Bedelia est un caprice et elle en porte les cicatrices
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Quand s'en vient la Renaissance :: Identités Déclarées :: Dossiers Validés :: Les Ainokos
(#) Sujet: Bedelia est un caprice et elle en porte les cicatrices 09.12.16 10:35
Image présentation 600*200
Bedelia

Informations
Année de Naissance : an 14 (36 ans)
Genre :
Race : Rat siamois
Statut : Asservi
Métier : Était entretenue, puis a plus ou moins officié en tant que demoiselle de compagnie (plus joliment dit qu'escort...).
Don(s) : Petite peste || Griffe vénimeuse ||
Du bout des griffes, elle peut sécréter une substance qui vous rendra malade. Elle ne peut tuer avec, sauf si vous êtes extrêmement faible de constitution et encore, car le genre de maladie qu'elle peut vous transmettre est guérissable par des médecins. La maladie peut aller du petit rhume à la bronchite en passant par des éruptions cutanées aux oreillons. Évidemment et heureusement, comme elle a le choix de vous refiler une maladie ou non, elle ne vous rend pas malade à la moindre griffure, même par inadvertance.

A la manière de certains animaux, il lui faut un certain temps pour refaire son venin, car il est bel et bien question de cela. Si elle ne l'utilise pas longtemps, son venin sera plus fort à la prochaine utilisation que si elle l'utilise régulièrement, ce qui ne contaminera que de manière légère.

Oreille absolue

C'est handicapant tout comme ça peut être utile. C'était très handicapant avant, quand elle ne savait pas encore bien contrôler les choses et que le moindre petit bruit devenait tintamarre à son oreille. Heureusement, avec le temps, Bedelia a apprit à faire le tri dans sa tête, se concentrer uniquement sur ce qu'elle a envie d'entendre. Ainsi, si son ouïe est déjà bonne grâce à sa nature animale, elle est décuplée grâce à ce don et lui permet d'entendre une conversation qui se trouve plusieurs mètres au-delà. Dans une foule, elle peut également trier et n'écouter que les gens qu'elle a envie d'entendre. Il lui arrive de faire cela lorsqu'elle boude et ne veut plus écouter son maître...

Le hic, c'est que s'il y a un mur où qu'elle se trouve dans une pièce confinée, elle ne peut plus entendre ce qu'il se passe en dehors. Et c'est pourquoi elle ne supporte pas les pièces fermées et a développer avec le temps une sorte de claustrophobie qui lui fait garder sa porte ouverte ou la fenêtre si elle le peut. Enfermez-là dans un placard et elle perdra tout ses repères.


Psychologie & Physionomie

"Maman, j'ai peur. Je les entends. Ils grouillent dans les murs de ma chambre. Ils sont si nombreux. Maman...les rats."

Un rat restera un rat. Domestique ou non, nous ne changerons pas l'histoire de l'animal et ne pourront probablement jamais faire partir le dégoût qu'il inspire. Le rat. Grouillant, sale, puant. Porteur des maladies les plus nocives, les plus laides. "Rat" comme une insulte. "Rat" comme la description, la quintessence de la pauvreté, de l'insalubrité. L'on parle de rat lorsqu'on est dans un endroit qui nous inspire peur et dégoût. Jamais personne ne vous dire "Fais attention au rat lorsque tu iras au palace". Les rats se terrent dans les égouts ou dans nos murs. On a beau tenter de les exterminer, ils finissent toujours par revenir. Tuez-en dix, il en reviendra cent. Tuez-en cent...il en reviendra mille. Le rat. Increvable créature immonde qui nous inspire une seule chose, le désir d'en finir.

Bedelia est un rat. Et on pourra dire ce que l'on veut, il y aura toujours derrière les belles paroles, les beaux atours, un arrière goût d'amertume faisandée. Elle est certes de bel ouvrage, mais n'est-ce pas uniquement une couverture ? Lorsqu'elle vous fait face, vous vous dites "Quelle belle peau." Un éclat chocolat, caramélisé. Un teint entre la crème et le café. Une chevelure aussi immaculée que la neige sur laquelle on aurait pas encore marché. Des reflets de fils d'argent, le rose des fleurs au-dessous. On se dit qu'il a bien de la chance l'extravagant Monsieur Q. De promener à son bras la grâce féline d'une ainoko qui n'a rien du chat. Si frêle et petite aux côtés de cette haute stature. Car Monsieur Q ne l'aurait pas voulu très grande. Risqué de se faire éclipser par quelqu'un ? Allons bon...

Et puis les rats. Les rats sont fait pour grouiller et se faufiler partout. Bedelia en est une digne représentante. Du haut de son tout petit mètre quarante-huit, ses quelques trente-cinq kilos. Sa main est si fine et délicate que lorsqu'elle vous touche...surtout qu'elle est souvent froide et parfois moite, mais même moite, elle reste froide. C'est désagréable et étrange les trois quart du temps. ça ne l'est pas lorsqu'elle est froide et sèche, cette paume et que c'est en pleine canicule. Vous avez chaud alors vous êtes bien heureux de pouvoir sentir cette petite chose se faufiler sous vos vêtements. Car c'est une manie chez elle. Toucher. Elle vous touche. Dés qu'elle s'approche pour vous parler, elle a besoin de toucher. Elle fait glisser ses doigts longs comme des phasmes et les bouge. Ils grouillent sous les tissus qui vous habillent. Et parfois, rarement...sauf si c'est sa volonté première en vous abordant, elle vous blessera. Avec ses petits ongles pointus, semblables à des milliers d'aiguilles. Elle vous rend malade ainsi...oh non. Pas à mourir, mais assez pour que cela soit pénible. Assez pour que vos toux vous donnent l'impression que vos poumons sont sur le point de se décoller. Assez pour que votre rhume vous prenne au nez et à la gorge. Que vos poumons s'enlisent dans dans des muqueuses dont on se passerait bien. C'est ça Bedelia...

C'est un rat.

Lorsqu'elle est de face pourtant, on se perd dans la contemplation de ses étranges yeux. Deux petites billes qui semblent briller d'autant plus fort qu'elles sont clairs. Et que le trou en leur milieu est tout petit. Minuscule. Quasi inexistant. Pourtant il est là. Qui vous regarde et vous transperce. Qui vous met à nu et mal à l'aise. Vous n'osez pas lui dire d'arrêter de vous regarder et quand bien même elle arrêterait, car Bedelia n'aime pas contempler plus d'un certain laps de temps, car autrement elle commence a avoir des vertiges, vous auriez la sensation de ce regard qui glisse sur votre peau et s'insinue dans vos pores et pénètre jusqu'à votre âme. Voyez comme vous devenez parano à la simple vue de ces yeux rosé...

La contemplation, tant qu'on y est. Cela lui vient d'avant. Une habitude étrange qu'elle a depuis enfant. Monsieur Q aimait bien lorsqu'elle faisait ça. Il avait l'impression que c'était parce qu'elle l'admirait. C'est probable. Mais il n'a jamais vraiment pris la peine de lui demander. Alors ils faisaient un jeu avec Bedelia. Elle devait le fixer le plus longtemps possible sans cligner des paupières. Ils jouaient à ce jeu jusqu'à ce qu'elle en ait les globes oculaires secs et que sa tête se mette à tourner et qu'elle ne s'évanouisse. Ce n'était pas amusant pour elle, mais elle voulait faire plaisir à son maître. Consciente qu'il était gentil avec elle et que lui ne la regardait pas avec ce même air étrange qu'elle n'a su définir que très tard, que trop tard, dans le regard des autres. Et aujourd'hui il lui arrive encore de partir en contemplation jusqu'à l'évanouissement. A se demander si c'est parce qu'elle est cassée ou si c'est parce qu'elle aime l'état dans laquelle elle se met...on ne peut jamais vraiment savoir avec Bedelia.

Monsieur Q avait pensé à beaucoup de chose en la regardant grandir. Il ne l'a certes pas dressée comme beaucoup l'ont fait de leur ainoko, mais il l'a éduquée, comme on le ferait de son enfant. Même si elle a reçu une éducation sommaire, basée avant tout sur le plaisir de recevoir et sur le besoin de donner, de se donner à son propriétaire. Et ce même si Bedelia ne sait pas vraiment si le propriétaire est un amant, un ami ou l'amour de sa vie. Nous y reviendrons après. Pour tout dire, ce qu'est devenue Bedelia, elle ne le doit pas à sa simple nature de rat, mais bel et bien à un maître-père devenu ensuite amant-"époux".  Il la gâtait assez pour qu'elle en devienne parfois capricieuse, boudeuse et refuse d'exécuter la moindre petite tâche ménagère si ce n'est pas le bon moment pour elle. Il ne l'a pas soumise et sans être insoumise, ce n'est pas elle que vous verrez se faire chatte ronronnante parce que vous le lui avez ordonné. Bedelia a en effet son petit caractère.

Il faut la voir...lorsqu'elle se met en colère. Il faut l'entendre, lorsqu'elle fait ses caprices. Il faut l'écouter lorsqu'elle tente de vous amadouer. Bedelia n'est certes pas la plus cultivée des créatures, mais elle est loin d'être sotte. Peut-être qu'elle aimera se faire passer pour telle, s'étant rendue compte à force de côtoyer du beau monde avec son Monsieur Q. A force d'observer les êtres qui l'entouraient et constituaient l'entourage de son ancien maître. Elle s'était rendue compte que jouer les sotte pouvait lui apporter bien des choses. On pardonne plus facilement "...la pauvre enfant n'est pas très futée" On la prend en pitié et on l'aide avec empressement "...vous comprenez, elle avait l'air perdue." Elle avait l'air. Elle n'est pas très...il m'a semblé qu'elle. Bedelia et l'art du camouflage. L'art du petit mensonge et des belles paroles. Sa voix qui est souvent un chuchotement, un murmure suave qui ne trompe pas tout le monde, car plus fourbe qu'autre chose, sournoise créature. Elle se glisse derrière vous, souffle dans vos oreilles ce que vous voulez entendre et finit par obtenir ce qu'elle désire. Elle n'est pas reconnue pour sa patience, bien au contraire...alors si elle ne peut avoir ce qu'elle veut, elle devient caprice.

Les caprices et les colères de Bedelia sont plus explosives que réellement dangereuses. C'est un rat, non un ours. Aussi elle n'aurait pas la capacité ou la force physique pour se battre et être violente. Ce n'est pas vraiment dans sa nature, qui, bien que volcanique, est plus bruyante qu'autre chose. Seulement, si elle n'est pas un risque pour vous, car la dominer est extrêmement facile, ne vous y fiez pas. Elle reste un rat. Un rat capable de faire de votre vie un enfer. On vous l'a dit. Elle est assez sournoise et assez têtue pour s'acharner. Elle vous aura à l'usure. Tout simplement. Au détour de chaque rue, vous aurez l'impression de la croiser. Elle vous suivra, écoutera ce que les gens ont à dire de vous, notera les détails. Elle gravera tout cela dans sa mémoire. Car si les rats dégoûtent, ils ont un atout qu'on leur envie. Ils ont une excellente mémoire. Et c'est le cas de la jeune femme. Prenez garde à ce que vous lui dites, car elle pourrait les ressortir même trente ans plus tard, lors d'une conversation qui n'a pas pour sujet quoi que ce soit en relation avec ces mots...qui causeront vos maux.

Bedelia.

C'est une jolie petite femme. Un tatouage entre ses seins qui rappellent sa nature, comme si on ne voulait pas que qui que ce soit l'oublie. Comment oublier. Lorsqu'elle se tourne, une queue rose et nue se meut, comme un serpent, ne se cachant jamais car sa propriétaire n'a pas appris à avoir honte de sa nature. Elle sait bien que le monde est mitigé sur sa nature, mais jamais elle ne se cachera. Nous n'avons pas encore abordé le sujet de l'amour et nous pouvons le faire maintenant. Une jolie conclusion...

"Avant de pouvoir aimer les autres, il faut s'aimer soi-même." Bedelia ne sait pas trop si elle s'aime. Elle se trouve jolie. Voilà tout. Elle a passé tant de temps à devoir aimer Monsieur Q, qui prenait beaucoup de place, qu'elle ne s'est jamais donné la peine de s'aimer elle-même ou se poser la question "Est-ce que je m'aime." Physiquement, elle fait attention. Elle grignote sans se goinfrer et entretien son corps par des séances de gym lente et de danse. La danse était imposée par son maître, mais elle a finit par aimer ça. sa souplesse naturelle est utile également, comme sa petite taille. Se faufiler partout, grimper facilement. Des petits doigts et des petites mains qui s'accrochent facilement. En soit, Monsieur Q aurait pu l'éduquer à bien des choses s'il l'avait voulu. Certains lui auraient même conseiller, plutôt que de la vendre, de lui faire commettre quelques petits cambriolages dans lesquels elle aurait put exceller...

Bedelia ne sait pas trop si elle a aimé son maître. Car elle n'a pas apprit la différence entre l'amour et l'amitié. Elle n'a pas apprit la différence entre l'amitié et la passion. Elle n'a pas apprit tout cela. Elle sait lorsqu'elle doit obéissance à quelqu'un et se montre fidèle et avenante. Elle dira "Je t'aime" comme on distribue des bonbons. Est-ce sincère ou non ? On ne sait pas vraiment. Il est difficile de savoir lorsqu'on la regarde, même dans ses yeux on ne peut rien lire. Elle laisse parfois croire, mais le doute reste. Est-elle sincère ? Ou encore en train d'essayer de vous vendre un mensonge emmailloté de belles paroles ?

Bedelia aimerait apprendre parfois. Aimer pour de vrai, comme elle en voit certains. Mais elle sait que c'est chose peu probable, car elle aimera celui qui sera son maître. Mais est-ce que ce sera de l'amour ou de l'amitié ? De l'amitié ou de la passion...

De toute façon Bedelia...tu n'es qu'un rat.


Biographie

"Tu peux lui enfiler les plus belles parures. Ta godiche restera un nuisible. Je ne la considérerai jamais autrement"

Des extravagances, il en existe depuis que le monde est monde. Des extravagances que l'on nomme, il en existe depuis qu'une société a été fondée. que l'on a posé des normes avec l'arrivée de cette société. Dire que Monsieur Q est un être extravagant est un euphémisme...

Monsieur Q était un homme que l'on pouvait aisément qualifier de "fou". Mais comme il était riche, on le disait "grandiloquent" "Spectaculaire" "impressionnant" "extravagant". Car on ne va pas cracher sur la main qui nous nourrit, qui nous flatte et peut par son seul désir, nous faire disparaître. Il vivait dans une grande maison dont certaines parties étaient faites d'or et de pierres précieuses. Car Monsieur Q aimait particulièrement étaler sa richesse et la beauté de ses affaires. Il n'était pas du genre discret et encore moins modeste. Et son manque de discrétion, son manque de modestie coupler avec son extravagance, sa grandiloquence, donnera naissance à un sacré caprice...du nom de Bedelia.

C'était il y a plus de soixante ans. Monsieur Q avait tout ce qu'un homme riche et puissant pouvait désirer. L'argent, les bijoux, les femmes. Il avait accès à tout un tas d'activités plus plaisantes les unes que les autres. Il ne pouvait s'ennuyer, ni souffrir de solitudes. Monsieur Q était bien trop riche pour avoir des ennemis...mais il était également bien trop riche pour avoir de vrais amis. Et c'était ça qui lui manquait. La franchise. Entouré de fourbe, d'hypocrites, qui ne cherchaient que quelques avantages à côtoyer Monsieur Q. Des imbéciles, inintéressants qui riaient faussement à ses blagues, se dandinaient à ses côtés et acquiesçaient à tout ce qu'il disait. Et si c'était plaisant d'avoir l'impression d'être entourés, d'être respectés et d'avoir l'impression d'être tout puissants...ça l'était moins lorsqu'on était assez intelligent, comme Monsieur Q, pour comprendre que ce n'était pas vrai. La faux semblance...

Alors un matin, Monsieur Q est allé voir un vieil ami. Le seul véritable très probablement. Ce vieil ami vivait dans un coin un peu isolé. Peu de gens l'appréciaient et contrairement à notre Monsieur Q, il n'avait pas la richesse pour prétendre à de l'amitié. Solal. Il était vu comme un paria par la plupart des ainokos. On ne le regardait jamais dans les yeux, on évitait de marcher devant ou derrière lui. On évitait de lui tourner le dos. On évitait de le toucher. C'était comme s'il avait été pestilent. Pourtant, Solal n'était pas dégouttant. Il n'était pas méchant. Il n'était même pas un peu cruel. C'était un ainoko qui vivait simplement dans une petite masure. Une créature sans problème, qui tentait de se faire une petite place dans une société qui le rejetait...pourquoi ?

Monsieur Q est donc allé voir son ami. C'était un matin où il faisait bon. La neige n'était plus qu'un très vague souvenir. Pour une fois, le richissime ainoko se baladait totalement seul. Il avait parlé de s'isoler, petit mensonge pour cacher le fait qu'il allait voir Solal pour une requête un peu particulière. Son ami l'accueillit en ouvrant la porte. Il l'avait entendu venir. Il l'attendait. Car ce n'était pas la première fois qu'ils parlaient de ce que Monsieur Q désirait, sans avoir jusqu'alors osé le demander clairement. Mais Solal n'est pas un idiot...il sait. Il sait qu'aujourd'hui, tandis que son ami arrive près de sa maison, que c'est pour une requête bien spécifique. Le pourquoi de ces regards sur son passage, ces chuchotements gênés. Solal est un éleveur d'ainoko...

Solal est un homme de science. Sous ses airs d'ermite, il est en réalité un biologiste de renom, dont le nom a été oublié de part ses pratiques peu orthodoxes. Peu de gens sont prêt pour ce qu'on appelle l'eugénisme. La sélection naturelle perd tout son sens entre les doigts fins de Solal. Le docteur Solal en faite. Et aujourd'hui, Monsieur Q désire faire appel à ses services. Évidemment, il ne le dit à personne. Les fidèles des différentes déesses et dieux, tout particulièrement Arano, risqueraient de très mal prendre le fait qu'un des plus puissants donateurs de l'île soit en fait un homme de peu de foi qui préfère s'en remettre à la science plutôt qu'à la nature. Mais Monsieur Q désire réellement acquérir une ainoko qu'il aura choisie, créée de A à Z...

- Et donc...tu veux une ainoko ? Tu sais que ça fait quelques temps que je t'attends ?
- Je sais Solal. Mais...
- ce n'est pas facile, parce que mal vu mmm ?
- Oui...oui on peut dire ça.
- Tu peux le dire. Les gens ici ne m'apprécient pas à cause de cela. Mais je te le dis. L'avenir des ainokos c'est ce que je fais ! Et bientôt, on reconnaîtra Solal comme autre chose qu'un paria.

Monsieur Q avait des doutes. Mais il préférait laisser parler son ami. Parfois, oui, parfois, lorsqu'il arrêtait de ne penser qu'à lui, il avait de la peine pour Solal. cet ainoko vivait seul avec quelques femelles qu'il effrayait plus qu'il n'aimait et qui faisait office de cobaye. Si une réforme était appliquée pour la libération des esclaves, Solal serait inquiété. Mais pour l'heure, alors que beaucoup ont leur propres jouets, le scientifique ne risquait pas d'être inquiété. La valeur d'un ainoko asservi ne valait pas grand chose après tout.

- Et qu'aimerais tu ?
- Une créature capable de franchise. Un tempérament rusé, intelligent. J'aimerais...
- Tu sais que la personnalité, je ne peux pas manipuler cela ?
- Alors trouve moi une race qui puisse avoir des prédispositions à cela. Et je veux qu'on me remarque lorsqu'elle sera à mon bras.
- Un rat.

Un rat. C'était la une idée des plus intéressante. Rien de tel pour se faire remarquer. Une créature qui en répugnait plus d'un, que Monsieur Q pourra vêtir et coiffer, arranger de la plus belle des manières. Un rat. Créature rampant dans les maisons, entre les murs, dans les égouts. On l'apparentait plus aux maladies qu'à un animal de compagnie. Et Monsieur Q qui aime se faire remarquer, aime être vu comme extravagant, qu'aurait-il pu choisir de mieux ? Solal le regarda longuement, un sourcil haussé. Il était installé à sa petite table de travail, son cahier ouvert, son encrier noir, sa plume levée qui gouta et tâcha une des pages parcheminées, vierge. Le papier absorba le liquide, le laissant s'étendre un peu, jusqu'à ce que Solal n'appuie rapidement avec un mouchoir dessus.

- Un rat ?!
- Un rat.
- Ce n'est pas commun comme requête. Je m'attendais à ce que tu ne me demande une chatte, une lionne...ou une créature merveilleuse que j'aurais eu toutes les peines du monde à te créer.
- Je veux juste un rat.
- Bon Bon...c'est comme si c'était afit.

Solal prit quelques notes sous les directives de Monsieur Q. Il ne pourrait peut-être pas trouver exactement ce que son commanditaire et ami demandait, mais il pouvait toujours essayé. Il lui fallait juste le temps de trouver une ainoko du rat qui soit assez jolie et accepte de jouer les porteuse. Enfin. L'acceptation n'était pas vraiment un souci. Solal prenait sans forcément demander. Le plus difficile était de trouver le donneur. Il ne pouvait pas risquer avec le sperme d'un autre ainoko qu'un rat. La génétique avait cela de difficile, c'est qu'elle n'acceptait pas d'être contrôlée et quand bien même Solal était doué avec tout ce qui touchait à la biologie, il ne fallait pas en attendre trop de sa part. Il n'était pas un génie et devait faire avec les moyens du bord. Et c'est ce qu'il fera.

Solal n'eût étonnamment pas beaucoup de temps à attendre. Il se contenta de mettre des missives un peu partout, demandant à tout ainoko rat désireux de se faire un peu d'argent, de le contacter. Il n'avait pas beaucoup d'ami, voir pas du tout dans le coin, mais il savait que l'argent pousserait les gens à se présenter à sa porte. Il y avait de tout. Même des ainokos qui étaient tout sauf des rats, voulant tenter leur chance. Solal dût en éconduire beaucoup, jusqu'à ce que ses prunelles s'arrêtent sur une jeune femelle qui ne semblait pas avoir sa place parmi la plèbe qui s'était présenté.

Chi. C'est ainsi qu'elle se présenta. La douceur de sa voix égalait celle de ses traits et Solal se rendit vite compte qu'il n'avait jamais rien eu de si joli dans sa maison. Elle avait hésité à entrer, mais avait finit par le faire, ne s'installant pas, même lorsque le maître des lieux le lui proposa.

- Est-ce vrai ? Pour l'argent...est-ce vrai.
- Oui.
- Alors j'accepte.
- Vous ne savez pas ce que je vous veux.
- Je m'en fiche. J'ai besoin de cet argent. J'accepte.

Solal lui parla de ce qu'il faudrait qu'elle fasse. Malgré une réticence affichée, Chi accepta toutes les closes du contrat. Le "scientifique" lui fit signer un papier et signa également avant de prendre des dispositions pour qu'il puisse gérer du début à la fin la création du cadeau pour Monsieur Q. Pour le mâle, il eût un peu plus de peine à trouver. Il lui fallait un candidat qui soit tout de même beau. Il ne pouvait risquer d'avoir une ainoko médiocre. Monsieur Q voulait la perfection. Il écuma donc une bonne partie des terres de Migoto, jusqu'à tomber sur son homme.

Il refusa de lui donner son nom. Solal le trouva dans un bouge, derrière le bar à essuyé des verres et servir des tords boyaux aux ainokos de mauvais genre présents. C'était un ainoko du rat, robuste, muscles épais, mais au visage qui jurait avec le reste. Ses traits étaient presque délicat. C'était étrange de se retrouver en face de lui. Le "Scientifique" ne passa pas par quatre chemin, il s'assit et demanda à lui parler. Il avait une proposition. Ils discutèrent argent avant tout.

- Tout s'que j'ai à faire, c'est te donner ma semence ?
- Oui. C'est ça.
- Et tu vas me payer tout ça pour...juste pour mon foutre ?
- ...Oui.

C'était surréaliste. Une discussion pareille entre deux ainokos mâles dans un bouge que Solal n'aurait jamais fréquenté. Car même s'il n'était pas un modèke de vertu, il ne serait jamais venu dans un coupe gorge pareille. Mais une source fiable lui avait dit que son homme se trouvait là. Au moins, ce n'était pas un mensonge et l'ainoko n'avait pas perdu son temps. Lorsqu'il quitta le bar, il n'était pas seul. Il devait recontacter Chi et il les laisserait seuls, elle et le barman. Cet enfoiré gagnait au change...se dit Solal.

Quelques mois après, Monsieur Q apprit que son ainoko allait être créée. La grossesse de Chi se passait à merveille et Solal faisait de sorte que tout se passe à merveille. Une grossesse sans accro pour une création parfaite. La jeune ainoko vivait chez le "scientifique" et était traitée en reine. Un traitement auquel elle n'avait jamais eu droit de sa vie. Le mâle était repartit dans son petit monde de la nuit. Il avait fait ce qu'il avait à faire, donné ce qu'il avait a donner. Son argent en poche, n'avait plus de raison de rester dans le coin et il se fichait éperdument de la suite des évènements.

- Bedelia...
- C'est un joli nom.
- Pour un rat ?
- ...pour un rat.

Chi était échevelée, installée dans un grand lit. Solal avait fait office d'accoucheur et Monsieur Q avait tenu à être là. Il attendait cependant dans la pièce d'à côté, ne se sentant pas de rester dans le coin et d'en voir plus que nécessaire. Lorsqu'il entra dans la pièce, Solal avait rabattu les draps sur la pudeur de la rate. Il se tourna vers Monsieur Q avec un petit être fripé entre les bras. Une petite queue rose sortait des replis du tissu dans lequel il l'avait emballée. Les quelques cheveux sur le crâne était blanc et rose. Le visage était doux, la peau n'était pas blanche, pas brune...quelque part entre deux et rosée-rouge là où il y avait des restes de l'accouchement. Monsieur Q, malgré le dégoût de toucher un être qui venait de sortir, chaud et humide, tendit les doigts. Juste les doigts, pour effleurer les oreilles se terminant en pointes.

- Elle est...parfaite.

Solal partit avec pour la laver pendant que Chi reprenait ses esprits. Froidement, elle regarda Monsieur Q qui signait des papiers afin de parfaire "l'adoption". Elle semblait ressentir un profond dégoût pour l'ainoko. Pour cette pièce. Pour ce qu'elle avait accepté de faire. Elle ouvrit la bouche. La referma. Puis elle se hissa hors du lit, baissant la robe qu'elle portait sur ses cuisses nues.

- Vous me donnez mon argent ?

Monsieur Q se tourna. c'était comme s'il avait totalement oublié la présence d'une tierce personne. Comme s'il se fichait de cette existence sans qui, pourtant, il n'aurait put avoir ce qu'il désirait. Ses yeux se posèrent sur la main, levée vers le plafond, qui réclamait son dût. Il observa qu'elle tremblait légèrement. Mais il ne prit pas la peine de lui conseiller de rester encore un peu. De se reposer. Ce n'était pas chez lui, mais tant pis. Il sortit l'argent d'une bourse et lui donna le tout. Il y avait probablement trop. Tant pis. Tout, pour qu'elle s'en aille.

- Ne parlez de cela à personne.
- De quoi pourrais-je parler de toute manière ? Il ne s'est rien passé.

Et elle sortit. Chi sortit. De la maison, de la vie de Monsieur Q et de Solal...de l'existence de Bedelia. Cette enfant qui ne saura jamais qui sont ses vrais parents. Qui se demande parfois ce qu'ils sont, où ils sont et surtout...à quoi ils ressemblent. Mais pour l'heure, elle est trop petite. Elle pleure et attends qu'on la nourrisse. Elle est affamée. Solal la nourrit et la tient contre lui en revenant dans la pièce. Il regarde le lit vide. Il regarde le nourrisson. Il balaie de deux doigts les petits cheveux blancs, regarde la petite bouche qui s'est entoure la tétine.

- Elle avait faim...
- Elle est partie.
- Je pense bien. Tiens. Il faudrait que tu viennes me voir avec de temps en temps.

Solal n'avait pas envie de la voire. C'était simplement...cela faisait partie de la routine. Il devait suivre l'enfant jusqu'à ce qu'il ait deux ou trois ans. Il déposa la petite dans les bras de Monsieur Q qui se contenta d'appeler un domestique qui l'attendait dehors. Il lui confia l'enfant comme si c'était quelque chose de sale. Puis il donna l'argent à Solal et sortit, promettant de revenir toutes les semaines jusqu'à ce qu'elle ait deux ans, puis, tous les mois jusqu'à ce qu'elle atteigne l'âge de quatre ans. Etc...C'était important, jusqu'à ce que Bedelia soit en âge d'enfanté, plus encore, d'avoir ses premiers rapports sexuels.

Bedelia grandit...
Elle le fera entre les murs de sa prison dorée. Monsieur Q ne s'occupait pas d'elle. Elle était encore trop jeune pour avoir un quelconque intérêt. Son but n'était pas de devoir l'élever et passer pour un bon père. Non. Son but sera d'être une compagne. Et pour le moment, Monsieur Q ne voyait en elle qu'une gamine un peu capricieuse.

- Monsieur ? Est-ce que vous m'aimez ?
- ...

Bedelia grandit...
Elle devient jolie. Ses cheveux sont longs. Blancs, très blancs, avec des mèches roses sur le dessous. C'est particulier, mais ça fait son charme et ça fait surtout ressortir ses yeux entre le rose et le rouge. Monsieur Q lui offre les plus belles toilettes, les plus beaux bijoux. Elle a des goûts de luxe. Monsieur Q commence a l'apprécier et à la prendre avec lui lorsqu'il sort quelque part. Les gens le complimentent sur la petite. Jusqu'à ce qu'il remarque la queue rose et nue qui sort de sous les kimonos. Ils sont dégoûtés. Mais comme par le passé, lorsqu'on disait que Monsieur Q était "extravagant" plutôt que "cinglé", "Grandiloquent" plutôt que "Pompeux" et "M'as-tu-vu", on se contente de sourire, gêné. Un sourire de dégoût, que l'on cache derrière de belles paroles. "Elle a de très beaux cheveux." "Elle a un joli visage". Avec cette retenue qui laisse présager un "...dommage qu'elle ait cette affreuse queue...ces petites dents pointues et ses oreilles pointues..." Qui laisse présager parce que personne, personne n'osera jamais dire les choses à un homme comme Monsieur Q.

- Monsieur ? Est-ce que vous m'aimez ?
- C'est complexe. Tu es encore jeune.

Bedelia se forme...
Entourée de nourrices, de précepteurs, elle apprend les choses de la vie. Mais on évite de lui en apprendre trop. Ainsi, elle ne sera pas trop cultivée et elle évitera de chercher à aller voir ailleurs. Parce qu'après tout, elle est libre. Monsieur Q tenait à ne pas la faire inscrire en tant qu'asservie. Il l'a adoptée, ce qui rendra les choses étranges. Bien plus étranges.

- Ta fille ?
- Si on veut.
- Mais tu as dit qu'elle t'apportait pleine satisfaction...
- au lit.
- Oui tu l'as dit tout à l'heure lors du repas.
- Eh bien oui.
- ...pourtant tu l'as adoptée et...
- Ce n'est pas comme si elle était réellement ma fille.

Bedelia est devenue l'amante. La femme de substitution. L'accessoire qui dérange, comme le piercing que l'on trouve mal placé. Que l'on aimerait effacé d'un visage ou d'un corps que l'on trouverait gracieux sans. Pourtant, Monsieur Q ne se débarrassera pas du sien. Bedelia. Elle est devenue l'amante et la femme de substitution. C'est une jeune femme bien dans son corps qui ne semble pas voir le dégoût qu'elle inspire chez certains. Elle ne voit que la passion qu'elle anime dans le regard de son Monsieur. Ce Monsieur qui la gâte et la traine partout comme son ombre. Quelle belle ombre n'est-ce pas ?

- Je trouve que tu devrais...t'en débarrasser et en changer.
- Elle est belle !
- Ce n'est pas ça.
- Quoi. Qu'y-a-t-il ?
- Elle est répugnante ! Elle est inquiétante. Personne n'a confiance en elle. Tout le monde fait semblant de l'apprécier parce que c'est toi ! TOI ! C'est un rat !
- Bedelia est peut-être un rat, mais c'est une très belle créature et je l'aime.
- Tu parles. Tu aimes le fait qu'elle soit...dérangeante. Tu aimes le fait qu'elle fasse parler de toi par sa nature.

Sa nature. Une nature qui en dérange plus d'un. Ceux qui savent la queue rose et nue, pareille à un gros vers se mouvant dans l'ombre de son dos. Aussi joli soit le visage, grâcieux soient les traits, il n'en reste pas moins qu'on sait ce qu'elle est vraiment. Mais Monsieur Q n'écoute pas les autres. Il s'en fiche. Il la garde, car il y tient un peu à sa Bedelia. Seulement, la vie lui fera prendre un choix auquel il n'aurait jamais songé, pas même dans ses pires cauchemars, là-bas, dans ses droits de soie.

C'était il y a deux ans. Il faut savoir que la richesse de Monsieur Q lui venait de divers commerces ouvert, vendus, achetés. Il avait le nez pour certaines choses ayant trait, surtout, à l'argent. Plus il pouvait s'en faire, plus il était heureux. Et autant vous dire, Monsieur Q a toujours été un homme heureux. Mais l'argent est une denrée périssable et la propension des propriétaires à s'en départir. Monsieur Q était dépensier. C'était connu. Il ne faisait pas attention à la crise économique. Il ne faisait attention a rien. L'argent entrait, alors il pouvait sortir. De dépense en dépense, la crise, son refus de vendre des objets, sa fierté. Il finit sur la paille...il finit par devoir se séparer de celle qu'il pensait garder à ses côtés.

- Il faut que...
- Oui ?
- Bedelia...

"Nous n'avons plus rien". Mais ça ne sortira pas. Il préférera un gros mensonge à une vérité qui tâche, qui fait mal. Il a l'impression, Monsieur Q, qu'il pourra s'en sortir sans rien lui dire. Puis à la longue, qu'il ne doit rien dire, car ce serait concrétiser. Rendre palpable une chose qui lui fait peur. Alors il ment. Il lui dit à Bedelia, qu'il veut l'emmener à une belle soirée. Qu'ils lui achèteront une belle robe, de belles chaussures pour qu'elle soit la plus belle. Il l'emmène, mais il rentrera sans elle.

Monsieur Q vendra Bedelia à un marchand. Il s'assurera que la somme soit conséquente, finira par en arracher une bouchée de pain tout juste. Mais pour Monsieur Q, cela suffira. De toute manière, un petit peu est mieux que rien n'est-ce pas ? Et Bedelia, bien vite, se rendra compte que c'était un mensonge. Qu'elle n'ira pas danser, qu'elle n'aura pas de nouvelle robe ou de nouvelles chaussures. Une toute petite cendrillon de pacotille qui n'aura droit qu'à une écuelle dans le fond d'une cage.

Le rat est enfin à sa place. Et tapie dans l'ombre de sa cellule, il attend.

"Maman, j'ai peur ! Maman...je les entends. Ils grouillent entre les murs de la maison. Maman j'ai peur. Les rats..."



Informations IRL

Pseudo : Beaudruche
Âge IRL : 26 ans
Comment avez-vous connu le forum ? : Je suis une refonte de Chieko, DC de Sasithorn et j'étais sur la première version en Damara
Code du Règlement : On est là pour s'amuser
Qui a créé les Ainokos ? :
Ils sont nés suite aux expériences d' anciens mage-chercheurs du Taiyotsuki

Ainoko Asservi(e)
avatar
Ainoko Asservi(e)
Bedelia
Messages : 48
Âge IRL : 26
Date d'inscription : 03/09/2015
Multi-Compte : Sasithorn
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Bedelia est un caprice et elle en porte les cicatrices 09.12.16 15:57
Capri(ce) c'est fini

Plus de parasites, ouééé


"Some men just want to watch the world burn."
Michael Cain, The Dark Knight

Avatar grâce à Namiko/Botan

Je parle en #330000
Ainoko Asservi(e)
avatar
Ainoko Asservi(e)
Kisaburi Itô
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t978-mechant-cafard-mechant
Messages : 290
Âge IRL : 22
Date d'inscription : 25/03/2016
Multi-Compte : Habane Satoshi/Makyura
Actif : Oui
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Bedelia est un caprice et elle en porte les cicatrices 09.12.16 16:04
Je suis fan de la race et de l'avatar

bonne chance pour cette refonte







je parle en #cc6600

Spoiler:
 
Ainoko Libre
avatar
Ainoko Libre
Jun'ichiro Kaiinu
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t445-jun-ichiro-kaiinu
Messages : 950
Âge IRL : 32
Date d'inscription : 31/07/2015
Multi-Compte : Hanae Umako, Idriss Ad-dîn , XiaoLi Huang, Ai yume
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Bedelia est un caprice et elle en porte les cicatrices 09.12.16 18:34
Merci vous deux !
Kisa: Oui mais...mais moi je ne suis pas laide ! (♥)


Ainoko Asservi(e)
avatar
Ainoko Asservi(e)
Bedelia
Messages : 48
Âge IRL : 26
Date d'inscription : 03/09/2015
Multi-Compte : Sasithorn
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Bedelia est un caprice et elle en porte les cicatrices 09.12.16 19:26
Seulement a l'extéieur...


"Some men just want to watch the world burn."
Michael Cain, The Dark Knight

Avatar grâce à Namiko/Botan

Je parle en #330000
Ainoko Asservi(e)
avatar
Ainoko Asservi(e)
Kisaburi Itô
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t978-mechant-cafard-mechant
Messages : 290
Âge IRL : 22
Date d'inscription : 25/03/2016
Multi-Compte : Habane Satoshi/Makyura
Actif : Oui
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Bedelia est un caprice et elle en porte les cicatrices 09.12.16 21:11
Le peu qu'on lit sur ton personnage est super intéressant ! *w*


Ainoko Libre
avatar
Ainoko Libre
Tsumugi Tokage
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t1548-mugi-un-drole-de-lezard#44959 http://inhumane.forumactif.org/
Messages : 157
Âge IRL : 34
Date d'inscription : 06/12/2016
Actif : Oui.
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Bedelia est un caprice et elle en porte les cicatrices 10.12.16 13:06
Hellow <3

Bon courage pour ta refonte ! ♥
Si tu as des questions, comme d'habitude, ne pas hésiter à solliciter le staff Very Happy !
Maître du Jeu
avatar
Maître du Jeu
Le Maître
http://migoto-renaissance.forumactif.org
Messages : 2214
Âge IRL : 25
Date d'inscription : 14/04/2014
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Bedelia est un caprice et elle en porte les cicatrices 20.12.16 1:22
Merci Maître !
Je préviens que j'aurai fini dans la semaine ! J'avance lentement, mais sûrement ♥


Ainoko Asservi(e)
avatar
Ainoko Asservi(e)
Bedelia
Messages : 48
Âge IRL : 26
Date d'inscription : 03/09/2015
Multi-Compte : Sasithorn
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Bedelia est un caprice et elle en porte les cicatrices 31.12.16 3:37
Je DP Pour annoncer que j'ai enfin terminé ma fiche !!!!! ♥
Je vous souhaite en passant une très bonne année ♥


Ainoko Asservi(e)
avatar
Ainoko Asservi(e)
Bedelia
Messages : 48
Âge IRL : 26
Date d'inscription : 03/09/2015
Multi-Compte : Sasithorn
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Bedelia est un caprice et elle en porte les cicatrices 31.12.16 9:12
Juste pour être certaine, Bedelia a donc été échangé en tant que gage pour les dettes de "Monsieur Q" ? Et c'est ainsi qu'elle est devenue asservie ? Car c'est pas vraiment possible ^^'

En fait, si un ainoko a beaucoup de gage et dette, au point d'atteindre le stade de l'impayé...il peut être punit de l'asservissement. Lui comme sa famille. Mais c'est une punition, et celui qui récolte l'argent de la vente est celui ayant porté la plainte pour obtenir remboursement des créances. Mais, de base, il est impossible de "vendre" l'un de ses enfants à un marchand d'esclave. C'est interdit.

Après, s'il l'a fait : c'est avec un marchand peu honnête et fiable. Et Bedelia a donc de faux papiers d'esclave (et s'il a utilisé des papiers officiels, il risqu encore plus gros ! Mais dans tous les cas, Bedelia restera une Libre dans les archives ultra-gardée de la Rijikainotou). Cela veut aussi dire que si elle est "asservie" : quelqu'un ayant des connaissances dans le domaine verra que les papiers sont faux ou si on fouille dans les archives : elle peut prouver qu'elle n'est pas une esclave.

Je préfère voir avec toi si tu veux revoir la façon dont elle est asservie, ou si tu veux garder celle-ci en prenant compte qu'elle pourra, plus ou moins aisément si elle pousse à une enquête sérieuse, redevenir libre.

Voilà.
Je reste en attente de savoir ton choix et tout, pour sinon te valider ♥


Humain(e) Libre
avatar
Humain(e) Libre
Xia Jin Yue
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t725-xia-jin-yue-termine
Messages : 137
Âge IRL : 25
Date d'inscription : 23/12/2015
Multi-Compte : Takamori Ankoku ▬ Kinu ▬ Kyoku Meiroo ▬ Eryn & Engel Raventail ▬ Katai "Zouka" Hikari
Actif : Au Ralenti mais Présent !
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Bedelia est un caprice et elle en porte les cicatrices 31.12.16 14:57
En faite il l'a vendue non pas en "gage" mais pour se faire un peu d'argent. L'idée de la voir avec de faux papiers est cela dit intéressant. Je garde donc l'option de pouvoir la voir plus tard redevenir libre grâce à enquête poussée. Cela me permet d'avoir quelque chose de plus pour mes rps [je n'aime pas me dire que c'est comme ça et voilà xD]

Elle est futée, mais ne connait pas du tout les règles de Migoto. Donc si elle se fait acheter, elle ne cherchera pas à savoir si elle a le droit d'être libre ou non. Mais par la suite, elle pourra très bien entendre certaines choses lui permettant de savoir qu'en fait, elle est libre.

Pour Monsieur Q, il est allé demandé à un homme très mal vu par la société de lui "créer" une ainoko. Il n'aura donc aucun scrupule à la revendre et connait assez de gens pour avoir de faux papiers pour la demoiselle.

Merci d'avoir pris le temps. Si je dois effectuer des changements dans l'histoire ou autre, je le ferai dans la semaine, car comme tout le monde je pense, je vais réveillonner la nouvelle année !

Bonne année à tous ♥


Ainoko Asservi(e)
avatar
Ainoko Asservi(e)
Bedelia
Messages : 48
Âge IRL : 26
Date d'inscription : 03/09/2015
Multi-Compte : Sasithorn
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Bedelia est un caprice et elle en porte les cicatrices 01.01.17 11:57
Pour moi c'est nickel ^^
Tant qu'on est tous les deux OK sur le principe qu'il y a donc fraude/illégalité/abus : ça me convient ^^
Donc, outre une BONNE ANNÉE : je valide ♥

Fiche Validée
"C'est partit pour le Grand Voyage ! Découvrons Migoto tous ensemble !"

Félicitation !
Ton personnage est validé, nous te souhaitons bienvenue sur Migoto no Shima et espérons que tu t’amuseras bien parmi nous !

Afin de commencer à jouer sur de bonnes bases, nous t'invitons à aller recenser ton avatar afin d’éviter de potentiels conflits quant aux images/personnages pour les nouveaux arrivants.
Nous te demanderons aussi d'aller Recenser tes dons ainsi que Recenser ta race si tu es Ainoko. De plus, peu importe ton groupe, si tu peux aller recenser ton Métier cela serait pratique.

A tout cela, s'ajoute le fait d'éditer ton Profil. Tu remarqueras qu'il y a de nombreuses informations à y entrer. Les langues que parlent ton personnage, tes autres comptes si tu en as, tes périodes d'absence, l'âge et autres petites informations utiles rapidement aux joueurs, et qui concernent ton personnage !
Merci d'avance en tout cas, de prendre le temps de remplir tout ça. Même si, je le sais, ça fait un peu beaucoup Embarassed ...

Sache que tu peux aussi réaliser une fiche de suivi RP/Relations ! Pour ce faire, il te suffit de te rendre dans ce forum-ci.
Nous avons aussi les Dépôts de Missives pour les rps de type "épistolaires". Le lien de sa boîte est à mettre dans son profil soit dit au passage ^^
A noter que les modèles proposés de codage ne sont pas obligatoires, si tu veux faire autrement : tu peux -_^

Pour te lancer en rp, tu peux consulter ou faire ta propre demande de rp dans le forum mis à ta disposition pour cela !
Tu pourras aussi y faire verrouiller tes topics clos, et trouver le code nécessaire si tu désires proposer des prédéfinis à l'administration.

N'hésite pas à contacter le Staff par MP si tu as un problème ou une question.


Le staff te souhaite la bienvenue!
Maître du Jeu
avatar
Maître du Jeu
Le Maître
http://migoto-renaissance.forumactif.org
Messages : 2214
Âge IRL : 25
Date d'inscription : 14/04/2014
Revenir en haut Aller en bas
Bedelia est un caprice et elle en porte les cicatrices
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Elle a frappé à ta porte.
» (n°13) Ça lui apprendra à ne pas fermer sa porte....[pv Ralph]
» Quand un fantôme de ton passé revient frapper à ta porte (William&Elena)
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» Porte étendard orque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Migoto no Shima : Renaissance :: Quand s'en vient la Renaissance :: Identités Déclarées :: Dossiers Validés :: Les Ainokos-
Sauter vers: