Tampopo Pokô - Tu me débéquète déjà
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Quand s'en vient la Renaissance :: Identités Déclarées :: Dossiers Validés :: Les Ainokos
(#) Sujet: Tampopo Pokô - Tu me débéquète déjà 28.01.16 11:38
Image Présentation 600*200
Tampopo Pokô

Informations
Année de Naissance : -18 (68 ans ans)
Genre :
Race : Raton laveur
Statut : Asservi
Métier : Branleuse / Artisan Potier / Combattante / A failli devenir Grand-Prêtre de Kage
Don(s) :
Métamorphose : Tampopo peut se transformer totalement en raton-laveur. Elle garde sa taille et son poids, ce qui en fait une bestiole assez conséquente, pataude et remplis de poil.

Impulsion : De l’air se compresse sous ses pieds, permettant à Tampopo de bondir en l’air et de faire des sauts impressionnants, elle peut enchaîner les sauts et cabrioles avec une facilité déconcertante. Depuis quelques années elle arrive à créer une déflagration d’air quand elle bondit ou à son atterrissage qui créer une onde de choc propulsant tout ce qui se trouve autour d’elle.

Malédiction de Kage : Sensation de douleur décuplée. Pour avoir été outrancière envers lui, Kage à maudit Tampopo et chaque douleur qu’elle ressent est multipliée par quatre ou cinq. Une simple piqûre peu la faire hurler de douleur. L'alcool peut toutefois atténuer un peu sa souffrance.


Psychologie & Physionomie

Physionomie :  Du raton-laveur, Tampopo à une énorme queue touffue et rayée qui lui mord les reins. Elle est ébouriffée et prend une place énorme, mais elle peut aussi servir d’oreiller à sa propriétaire, qui adore dormir la tête dedans et baver allègrement dans ses poils. Une paire de petite oreille est perchée sur son crâne et s’agite selon les sons qu’elle capte.
Tampopo n’est pas vraiment jolie, elle a le teint brouillon, à souvent l’air d’une souillon et ses cheveux sont parfois emmêlé. Clairement, elle n’a jamais vraiment fait attention à son physique et même si elle prend un bain tous les jours, il lui arrive que ses cheveux bruns et épais cache son minois. Elle a le nez qui remonte en trompette, de grands yeux bruns, de longues cernes et quelques rides aux coins des yeux, trahissant son âge. Car en vérité, sa petite taille lui donne un côté juvénile qu’elle n’a pas. Sa bouche est étrangement petite pour contenir toutes les insanités qu’elle sort. Des tâches de rousseurs lui parcourent le visage et ses sourcils sont rarement épilés. De toute façon, Tampopo à même des poils sous les bras et si il n’en pousse pas sur ses jambes, cela tient du miracle.
Elle n’est pas très attirante, mais possède un corps ferme et entretenu par les heures d’entraînement qu’elle fait chaque jour. Ses jambes sont assez longues, son ventre plat marqué par les abdominaux et sa poitrine opulente, quoique qu’un peu tombante car elle ne porte pas de sous-vêtement. Cela lui fait un peu mal au dos, mais la douleur est largement supportable comparé à ce qu’elle vit au quotidien. Merci Kage ! Kage, qui d’ailleurs à trouver pertinent d’apposer la marque de sa malédiction sur son sein gauche, imprimant ainsi les deux épées qui se croise dans sa chair à jamais.
Question vêtement, elle ne porte que des choses amples qui la laissent à l’aise dans ses mouvements et ne s’intéresse pas du tout à la mode, d’ailleurs elle se mouche dans les chroniques vestimentaires de Kagura Hikari et mélange sans honte des styles qui n’ont rien  à voir. Pantalon ramalien avec une robe zanshi, cela ne lui pose aucun souci. Ses vêtements sont souvent usés et elle n’en a jamais eu de neuf. De toute façon, elle aurait peur de les salir, elle est d’ailleurs mal à l’aise quand on lui fait des cadeaux et préfère balancer le présent dans la face de celui qui lui a fait que de devoir l’accepter et remercier.
Un peu dégingandé, ses os craquent souvent, et elle marche toujours mollement pour ne pas trébucher et se faire mal. Elle à toujours l’air sous l’emprise de l’alcool et pousse parfois de longs soupirs sans aucune raison.

Psychologie : Vulgaire, agressive, colérique, rageuse, rancunière, Tampopo n’a que très peu de qualité qu’on juge « féminine ». Elle dit toujours ce qu’elle pense quitte à blesser les autres, car elle n’aime pas mentir. Elle se fout de l’avis et des racontars des autres, préférant souvent se forger par elle-même ses propres pensées. Il y a peu de gens qu’elle apprécie et qui l’apprécie d’ailleurs. Tout le monde l’a connais à Migoto. Elle est la maudite de Kage et traîne son fardeau et sa mauvaise humeur constante.
Un peu sauvageonne, elle n’a pas de bonne manière, s’asseyant partout en tailleur, ses pieds sales, ses vêtements rapiécés. Elle rote la gorge déployée et exhibe parfois son décolleté sans aucune honte, se grattant l’entrejambe quand l’envie lui prend. Décontracté, elle n’est jamais mal à l’aise et rembarre tous ceux qui oseraient émettre des critiques à son sujet. Son langage est très fleuri et elle à une imagination débordante quand il s’agit de trouver des noms d’oiseaux.
Proche de son clan, les Pokô, ils sont sa seule famille même si elle les envois chier régulièrement. Elle n’aime pas la relation de dieté qu’à le clan depuis que Kage l’a punit pour son manque de respect. Elle a tendance à trouver le clan un peu pathétique car ils n’amassent ni fortune ni réputation…mais bon, elle est quand même heureuse de les retrouver quand elle s’enfuit de chez un maître quelconque ou de la boutique.
Alcoolique de renommé nationale, personne ne peut la battre quand il s’agit de boire le plus de verre possible et son estomac semble sans fond. Elle consomme des liqueurs depuis son plus jeune âge et elle affirme même que son opulente poitrine vient de là. De toute façon, elle a toujours l’air bourré, même au réveil.
Blessée au fond d’elle d’avoir été rejetée par Kage, elle lui voue une haine farouche, plus que pour la malédiction qu’il lui a lancé. Elle pensait qu’en tant qu’excellente combattante, le Dieu serait obligé de reconnaître son talent, mais il n’a fait que lui cracher au visage en dénonçant le fait qu’elle était une femme.
Tampopo est de toute façon une ainoko grossière, à l’attitude provocante et si elle est capable de s’en prendre à ses péteux de riches, elle n’hésite pas à offrir un verre à qui veut bien se joindre à elle et n’en a pas les moyens.
Oh, en tant qu’asservi elle n’a pas les moyens de se payer quoi que ce soit, alors se sont sa fille et sa petite fille qui lui fabrique des vêtements et les tenanciers de bar ont tendance à lui offrir ses verres si ils ne veulent pas voir leur établissement tombé en ruine sous la colère de la raton-laveur.
Mère poule au fond d’elle-même, elle veille toujours à ce que quiconque respecte sa progéniture et n’hésite pas à aller sonner les cloches à ceux qui auraient tendance à oublier qu’elles font partit de sa descendance.
Tampopo n’est jamais resté plus d’un mois chez un maître, et sa réputation d’aimant à problème lui vaut la tranquillité de ce côté-là. Elle est connue comme le loup blanc sur le marché aux esclaves et rares sont ceux qui ont encore le courage de l’acheter, malgré son prix symboliquement bas. De toute façon, elle insulte copieusement ceux qui oseraient croiser son regard et fait des croche-pieds à ceux qui tenterait de l’acheter.
Au fond, elle a peur de la solitude et n’aime véritablement pas être seule. Elle tremble aussi beaucoup pour sa fille et sa petite-fille qui sont à l’heure actuelle, sa seule faiblesse connue.




Biographie

“…et j’ai l’honneur de vous présenter le nouveau Grand Prêtre de Kage, Tampo Pokô !!! »

La foule qui était réuni autour de l’arène s’était levé et avait applaudit avec liesse. Quelques sifflements d’encouragement avait même retentit et le jeune homme au centre avait levé les bras en signe de victoire, un immense sourire collé sur le visage. Personne ne s’était attendu à voir, un garçon aussi jeune et surtout issus d’une famille peu renommée pour ses combattants écraser avec une étonnante facilité tous les prétendants au titre de Grand-Prêtre de Kage. La finale avait été rude, et il avait suffi que de voir le visage de Tampo couvert de sueur, de coup et d’ecchymose pour se rendre compte qu’il en avait bavé lors du dernier combat. Affronter un Kaijuu l’avait mis à mal, mais sa vivacité, son agilité et sa fougue avait eu raison de l’ancien soldat qui avait la cinquantaine bien avancée.
Au aucun représentant des Pokô n’avait été présent et c’était sur un rire encore un peu enfantin que Tampo avait tendu son poing vers le ciel pour montrer qu’il avait été fier de victoire.

La foule avait continué de crier enhardit par les combats, scandant le nom de Tampo avant qu’un prêtre de Kage ne traverse l’arène au pas de course pour rejoindre, le vainqueur et l’arbitre qui l’avait élu grand gagnant. Le prêtre s’était penché à l’oreille de l’arbitre pour lui chuchoter quelques mots et celui-ci était devenu livide. Il s’était tourné vers Tampo qui continuait de parader tranquillement sur l’arène, saluant la foule de quelques gestes de la main.

« Usurpatrice !!! » Avait crié l’arbitre, faisant se figer Tampo. Le silence s’était fait soudain dans la foule et tous fixèrent le jeune garçon.
L’arbitre lui avait saisi durement le bras pour la secouer en hurlant : « C’est une femme ! Elle a trompé les prêtres lors de son inscriptions et à bafoué l’honneur de Kage en mentant sur sa condition. »

La jetant au sol, le prêtre et l’arbitre l’avait toisé, avant que Tampo ne se relève en s’époussetant, un sourire sur les lèvres. De sa voix rauque, aux accents lourds et mous, elle avait répondu :

« Ouai je suis une femme ! Je vous ai tous latté vos tronches de mou du genou avec une certaine facilité, vous vous êtes fait battre par une femme, une gonzesse qui a une paire de nichon et enceinte de surcroit bande de couille molle ! »

Tampo avait alors ouvert son kimono, retirant les bandages qui lui compressait son opulente poitrine et son ventre arrondit. Elle avait exhibé sa nudité commune face à tous en criant : «  OUAI ! Je suis une femme et je mérite ce titre, j’ai gagné !!! Je suis la meilleure et vous êtes tous des bâtards trop respectueux pour oser le reconnaître. »

La jeune femme savait qu’elle n’avait pas le droit en tant que femme d’être la représentante de Kage, mais elle savait qu’elle était la meilleure, elle venait d’ailleurs de le prouver. Mais Kage en avait décidé autrement…

Elle avait relâché son kimono, laissant quand même entrevoir ce qui faisait d’elle une femme, son pubis velue à la vue de tous et avait croisé ses bras sur sa poitrine avec un air de défi. Le prêtre avait alors tremblé, houspillant alors que la foule avait commencé à  huer Tampo en criant : « Menteuse !!! Honte sur toi !! Traitresse ! »

Le sang dans le corps de Tampo n’avait fait qu’un tour et elle avait hurler par-dessus le brouhaha, réduisant au silence ceux qui se moquait d’elle : « Mais venez donc me régler mon compte en personne, vous n’êtes que des crétins finis, des cons tout juste bon à téter le sein de leur mère. Vous êtes des vermines puantes et Kage, tu es où, je sais que tu es ici, tu m’entends sale faible ! Tu dis vouloir le meilleur pour te représenter mais une fois que tu l’as en face de toi tu as les rotules qui tremblent, t’es pas capable d’assumer ma grandeur, t’es qu’un vil couard, puant et dégénéré, un dieu de pacotille tout juste bon à baiser les souliers de Shukumei et à pleurer dans les jupons de Taisha. Descend ici et viens m’affronter couille molle !!! Burne rabougris ! Dieu impotent ! Vermine de rat ! Sous merde odorante ! »

Et son jargon fleurit avait continué encore longtemps avant que la foule ne saute dans l’arène pour la stopper. Certains y perdirent leurs dents, d’autres eurent des membres cassés, voir défigurés par des griffures et poings enragés. Il avait fallu plus qu’une cinquantaine d’homme pour la stopper et l’enchaîner. On l’avait traîné de force hors de l’arène alors qu’elle continuait de hurler de toutes ses forces : «  Kage, t’es un chien galeux ! Un putain de parjure de merde ! Un sale rat sous une apparence de dieu ! Un enfoiré de cafard ! Un décérébré remplit de chiasse pourrie ! C’est tout ce que t’es Kage, une raclure ! Je te hais tu m’entends, je te hais de tout mon être, va pourrir dans ton enfer de solitude, chacal !!! »

Elle s’était alors tordue de douleur alors qu’on la jetait dehors dans la boue pour lui interdire à tout jamais l’entrée dans le temple de la dieté. Une forte brûlure lui avait mordu le sein gauche alors qu’elle se roulait sur le sol en hurlant comme une folle. Tous ceux qui était encore autour d’elle s’était figé, la fixant convulser sur le sol, hésitant entre l’aider ou la laisser moisir sur le sol comme la bon à rien qu’elle était. Elle avait hurlé, la salive aux coins des lèvres, les yeux révulsés alors que l’empreinte du sceau maudit de Kage imprimait sa chair à tout jamais. Tampopo était déjà sale, faible et misérable mais à cet instant elle fut frappée et rabaisser au rang de bétail. Elle qui avait passé son enfance à s’entraîner pour être reconnu en tant que digne adversaire alors qu’elle venait d’une famille d’artisan.

Meurtrie, elle était restée là inerte pendant de longue minute avant de se transformer en un épais raton-laveur, sa fourrure aux poils emmêlés, ternie et puant un peu. Quand tout le monde s’était finalement éloigné, c’était une femme un peu rondelette qui avait accouru, sortant de l’ombre pour venir la voir.

« Oh Tampopo, qu’est-ce qui t’es encore passé par la tête ? » Souffla celle-ci qui se penchait vers elle pour voir si elle respirait encore. Elle avait jeté des coups d’œil à droite et à gauche avant de hisser sur son dos l’énorme créature.

Ce jour-là, était celui des seize ans de Tampopo, ce jour où elle fut maudite à tout jamais par un dieu égoïste.


--

« AAAAHHH !! JE VAIS MOURIR PUTAINNN !! ÉVENTRE MOI ET QUE J’Y RESTE BORDEL DE MERDE A QUEUE, SORS CE TRUC DE MON PUTAIN D’UTÉRUS ! » Hurlait-elle alors que les contractions se faisait de plus en plus rapprochés. Elle allait y rester c’était sûr. La douleur s’immisçait dans ses os, décuplé par la malédiction de ce bâtard de Kage, elle hurlait, transpirante, crispée, ses mains tenant ses chairs écartées pour expulser hors d’elle ce qu’elle portait dans son ventre depuis neuf mois.
Quelques femmes du clan Pôko s’affairaient autour d’elle et, Inuko, la jeune femme qui était venu la chercher après le désastre au temple de Kage, lui ordonnait de respirer.

« Inspire…expire Tampopo, allez courage c’est bientôt finit ! »

« TA GUEULE ! TA GUEULE !! » Lui avait répondu la jeune fille en poussant comme un bœuf, le visage rougit par l’effort, essayant désespérément de canaliser la douleur qui filtrait dans ses chairs.

Elle n’en pouvait plus, elle était épuisée, son épaisse queue pleine de fourrure pendait mollement à côté d’elle et une contraction l’a fit hurler de nouveau :

« AAAAAHHH ! PUTAIIINN DE MERDE ! DONNE-MOI DE L’ALCOOL ! JE VAIS CREVER ! »

Inuko serra sa main plus fort, subissant ses foudres sans broncher.

« Hors de question ! Tant que le bébé n’est pas né, tu ne boiras pas une goutte. On voit le haut de crâne, aller pousse encore ! »

« TU VEUX M’ACHEVER C’EST CA !? »

Inuko la regarda froidement avant de répliquer : «  Exactement et si tu gardais tes forces pour pousser au lieu de beugler, ce se serait déjà finit ! Aller un dernier effort ! »

Et le dernier effort lui transperça le bassin, la faisant hurler comme jamais. Elle sentit ses chairs s’écarter et se déchirer alors que sa mâchoire se serrait à lui en faire exploser les dents. Elle hurla en même temps que le bébé et elle retomba sur sa couche, son cœur pulsant dans ses oreilles. Elle avait vécu l’enfer, mais elle avait survécu.

Inuko lui présenta sa fille et Tampopo la regarda d’un œil dégoûté avant de secouer la main : « Emmène ça ailleurs… »

Elle resta là, à fixer le plafond, la douleur lui transperçant le corps, se rappelant parfaitement dans quelle vie merdique elle était emprisonnée. Elle avait touché son rêve de si près pendant quelques secondes que de le voir voler en éclat avait été insoutenable. Elle avait passé les seizes premières années de sa vie à s’entraîner et s’entraîner encore, à aller espionner les combats au temple de Kage pour copier les mouvements et les assimiler et quand l’opportunité d’être une grande combattante se présentait, Kage l’avait rejeté, car elle était une femme. Elle était la meilleure, elle l’avait prouvé, peu importe de venir de la famille Pokô et d’avoir été élevé par sa tante Inuko.
Oui elle s’était fait engrosser par un mec de passage, mais elle avait vaincu les meilleurs combattants de Migoto, elle était née pour combattre et on l’en avait privé.

Alors elle était retourné à sa vie minable au sein du petit clan qu’était les Pokô, elle s’était remise à modeler ces statuettes de Dieu qu’elle avait cru vénérer, elle avait brodé ces talismans à leur effigies, crachant sur celui de Kage, son ventre s’arrondissant encore plus au fils des derniers mois. Les piqures d’aiguilles sur ses doigts étaient atroces et elle avait bu en cachette pour faire taire les douleurs avant qu’Inuko ne lui tombe dessus. Oui elle était rustre, malpoli, vulgaire et outrancière, oui elle ne voulait pas de cet enfant et dès qu’elle en fut débarrassé, elle reprit son entraînement, buvant à outrance et s’entraînant avant de s’effondrer sur le sol en cuvant. Elle devint la risée de tous et son nom fut synonyme de déchéance.

« Sois gentil, sinon tu finiras comme Tampopo Pokô » Disait-on. « Je suis bourée comme une Tampopo » «  Sois pas aussi vulgaire, on dirait Tampopo Pokô » Furent des expressions qui devinrent à la mode et qui se répandirent au fil des années.

--

« Non mais ooooh, tu te pren...prends pour quoiii espèce de meeeerde ! » Cracha-t-elle imprégné d’alcool en toisant l’homme en face d’elle qui était bien plus grand qu’elle et bien mieux habillé aussi. «  Tu crois que tu m’impressiiiionnes avec ta face de poulpe rabougris, mais t’es rien d’autreeeuh qu’une sale enflure comme tous ceux des grandes familles, une mauvieeiette qui se cache derrière son nom et qui peut même pas se cuuurer le nez lui-même. Ouaiii mon gars c’est ce que t’es, j’te le dis comme je te vois, t’es rien de moiiins qu’un ramassis de poiscaille pas fraîche…Alors tu dégaaage de là et que je te vois plus tourné autour de ma fille, est-ce que c’eessst claiiir ? »

L’alcool lui faisait tourner la tête, sa langue était pâteuse, lourde, ressemblant étrange à un bout d’éponge qu’on n’aurait pas lavé depuis des lustres. Elle buvait sa ration quotidienne d’alcool fort  pour oublier qu’elle avait mal aux moindres petits chocs. Puis elle avait vu sa fille passé, emmitouflé dans un élégant kimono, à son bras un vioque, un vieux Yume qui devait avoir au moins cent ans de plus qu’elle. Son sang n’avait fait qu’un tour et c’était sa gourde de saké à la main qu’elle l’avait provoqué en plein milieu d’une rue de Torikae.
Sa fille était devenu livide, la dévisageant et fixant finalement le sol avec honte. Elle avait serré le bras de l’homme : «  C’est faux, ce n’est pas ma mère, mais juste une pochtronne qui cuve son saké pas frais ! »

Tampopo avait secoué la tête, essayant de comprendre ce qu’il se disait mais tout ce qu’elle vit, ce fut le couple lui tourner le dos et la planter là. La colère gronda en elle, se mélangeant à l’alcool et elle sauta sur le dos du Yume, s’agrippant à ses épaules et lui mordant l’oreille jusqu’au sang avant de lui arracher d’un coup sec.

« Jaaamaaaiiis…tourner le dos…à son adversaire.. » Dit-il en riant, crachant l’oreille sur le sol en buvant une gorgée d’alcool. «  Alors couille molle, t’as les foies ?! Quand je dis, pas touche à ma fille, ça veut clairement dire ce que ça veut dire..Tu es prêt à t’envoyer une gamine de quinze ans… »

Le toisant mais tenant à peine debout, l’homme se releva, gémissant de douleur. Ses gardes du corps fondirent sur Tampopo, mais d’un geste souple et qui semblait incontrôlé, elle les esquiva, rebondissant sur l’un d’eux pour le projeter au sol et attraper le deuxième par la nuque pour le coincer sous son bras et lui écraser son poing dans la figure, lui cassant quelques dents au passage.
La douleur lui vrilla la main, mais fut atténuer par l’alcool mais elle eut un large sourire ses pieds nu épousant la poussière des sols.

« Tsubaki ! Tu viens là, maintenant ! » Beugla-t-elle en fixant sa fille qui commençait à pleurer. «  Bon sang, mais qui m’a foutu une pleurnicheuse pareille, tu dois sûrement tenir de ton père ce sale enfoiré de fennec… » Lui attrapant le poignet elle l’a tira à sa suite, ignorant le Yume qui se tenait toujours l’oreille en sang.

Le brouhaha du quartier disparu, ainsi que ses lumières chatoyantes et elle regagnèrent le quartier Tsumi où vivait le clan dans un silence de mort. Tampopo ne marchait pas droit et elle finit par trébucher et tomber au sol en gémissant de douleur.
Marmonnant, elle finit par s’allonger sur le dos au milieu de la rue déserte et sa fille s’assit à ses côtés.

« J’te laisserais pas faire des conneries comme j’en ai fais Tsubaki… » Gronda Tampopo en fixant le ciel avec une farouche obstination. « Tu vaux mieux que moi, alors trouve toi un bon petit mari que tu pourras écraser et fais ce que tu veux de ta vie, mais pas lécher les bottes de ces péteux de la haute, ils le valent pas, tu vaux beaucoup plus qu’eux. »

Lui frottant le crâne, sa fille finit par rire et elle lança dans des accents qui ressemblait un peu à ceux de sa mère : « J’sais bien mais avec quelques pièces d’or en plus, ça ne ferait pas de mal au clan. »

« Laisse tomber le clan, fais ce que tu veux de ta vie, t’as rien à leur devoir Tsubaki, si ton rêve c’est de parcourir la mer sur un bateau, alors fais-le ! Si ton rêve c’est d’être aussi brillante qu’une étoile, même ce connard de Kage ne pourra pas t’en empêcher…. »

Tournant sa tête vers sa fille, elle lui fit un sourire empreint d’alcool mais Tsubaki se mit à rire doucement. « Je veux juste trouver quelqu’un qui m’aime et aimer mes enfants, et devenir chef du monde aussi ! »

Alors, elles se mirent à rire toutes les deux, dans cette nuit noire et silencieuse.

--


Trente-sept putains d’année que Tampopo était maintenant asservi. Il n’est jamais bon d’emmerder un Yume de trop près ou de lui arracher l’oreille sous l’emprise de l’alcool. Comme quoi, Kage n’était pas finalement le seul bâtard de cette île moisie. Trente-sept années à cuver parfois dans une cage, parfois en dehors. Cela fait trente-sept ans qu’elle est chez le même vendeur, elle a vu défiler des esclaves, humains ou ainokos peu importe. Elle a vu défiler beaucoup de maître, incapable de la contrôler et elle finit toujours par revenir. Au final, le vendeur la connait bien, tous les vendeurs la connaissent bien, sa fille et sa petite fille Sakura viennent lui rendre visite, espérant un jour la voir de nouveau libre et de la faire revenir dans le clan.
Mais Tampopo n’est pas triste, au moins, elle est pénard dans sa boutique, elle a son coin à elle, elle boit et cuve en paix, s’entraîne dans la cours, parfois elle s’enfuit et même à la caserne ils savent où il faut la ramener.

Tampopo n’est pas idiote, elle sait qu’elle mourra sûrement asservi, mais au fond d’elle, mélangé à sa rage contre Kage, elle est fière de savoir que personne ne l’a jamais vaincu, fier de savoir que personne ne l’oubliera jamais.

Parce que si tu n’es pas gentil, tu finiras comme Tampopo Pokô.


Informations IRL

Pseudo : Rocket
Âge IRL : o.O
Comment avez-vous connu le forum ? : by Master
Code du Règlement : On est là pour s’amuser
Qui a créé les Ainokos ? : Taisha, ou les humains du Taiyotsuki, c’est selon le point de vu Wink





Kage, t'es qu'une burne aussi molle
qu'un pruneau trempé dans du saké !
Ainoko Asservi(e)
avatar
Ainoko Asservi(e)
Tampopo Pokô
Messages : 165
Âge IRL : 29
Date d'inscription : 28/01/2016
Multi-Compte : Tanchô Ankoku - Callum Maxwell - Atsuhiko Yume - Eiji Meiroo - Momiji Meiroo - Elupidio Aznar - Botan Kagenui - Fumihiro Junsui
Actif : Oui
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Tampopo Pokô - Tu me débéquète déjà 28.01.16 13:23
bienvenue...

.... Ce nom m'a fait rire c'est cool .. Bienvenue la maudite de KAge




 
merci:
 


Humain(e) Asservi(e)
avatar
Humain(e) Asservi(e)
Idriss Ad-Dîn
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t319-idriss-ad-din-danseur-d-orient
Messages : 3538
Âge IRL : 33
Date d'inscription : 23/06/2015
Multi-Compte : Hanae Umako , Jun'Ichiro Kaiinu, XiaoLi, Momoka minoue, Aï Yume, Ushio Shikai
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Tampopo Pokô - Tu me débéquète déjà 28.01.16 16:18
Héhé ! ^^

Je vais voir à terminer rapidement, avec Sayuri, l'annexe de contexte sur les malédictions divines Smile
Mais nous avons notre premier maudit ! (je rassure, nous n'en accepterons qu'un nombre limité dés la création de fiche...avec possibilité de le devenir in game selon ses rps : of course. A quand Botan maudit pour avoir fait l'idiot avec les déités au fait ? XD)
Maître du Jeu
avatar
Maître du Jeu
Le Maître
http://migoto-renaissance.forumactif.org
Messages : 2271
Âge IRL : 26
Date d'inscription : 14/04/2014
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Tampopo Pokô - Tu me débéquète déjà 28.01.16 17:12
Et voilà finit !
J'espère que ça vous plaira ^^

On maudira Botan quand il se sera vraiment prit la poire avec un dieu XD Même si il le mérite largement Wink



Kage, t'es qu'une burne aussi molle
qu'un pruneau trempé dans du saké !
Ainoko Asservi(e)
avatar
Ainoko Asservi(e)
Tampopo Pokô
Messages : 165
Âge IRL : 29
Date d'inscription : 28/01/2016
Multi-Compte : Tanchô Ankoku - Callum Maxwell - Atsuhiko Yume - Eiji Meiroo - Momiji Meiroo - Elupidio Aznar - Botan Kagenui - Fumihiro Junsui
Actif : Oui
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Tampopo Pokô - Tu me débéquète déjà 28.01.16 20:12
Bon, je t'ai assez fait attendre (fallait que je m'occupe de mes tempuras pour le miam de ce soir, désolée ^^")
Alors...Y'a tout à refaire !

...
... ...
... ... ...

Ok, je rigole (je sais, c'est pas drôle hein Wink lol) !
En fait, y'a juste un détail que je souhaite définir pour le futur. Il faut savoir que pour devenir Grand-Prêtre de Kage, un tournoi n'est pas obligatoire. Il faut défier l'actuel Grand-Prêtre. Néanmoins, il est tout a fait possible que le Grand-Prêtre de l'époque est mit son titre/statut en jeu, dans un tournoi : celui ayant généralement lieu au Mois de Kage d'ailleurs. ET avec la condition : tournoi réservé aux hommes, celui qui en sortira vainqueur sera béni par Kage. Car ouais, monsieur, il aime quant on se tape dessus....mais il a du mal à se synchro aux femmes, comme tous les dieux hommes de Migoto. C'est con, car les donzelles se retrouvent "hors course" ^^' lol

Brefouille, voilà pour le détail et je valide donc Very Happy

Fiche Validée
"C'est partit pour le Grand Voyage ! Découvrons Migoto tous ensemble !"

Félicitation !
Ton personnage est validé, nous te souhaitons bienvenue sur Migoto no Shima et espérons que tu t’amuseras bien parmi nous !

Afin de commencer à jouer sur de bonnes bases, nous t'invitons à aller recenser ton avatar afin d’éviter de potentiels conflits quant aux images/personnages pour les nouveaux arrivants.
Nous te demanderons aussi d'aller Recenser tes dons ainsi que Recenser ta race si tu es Ainoko. De plus, peu importe ton groupe, si tu peux aller recenser ton Métier cela serait pratique.

A tout cela, s'ajoute le fait d'éditer ton Profil. Tu remarqueras qu'il y a de nombreuses informations à y entrer. Les langues que parlent ton personnage, tes autres comptes si tu en as, tes périodes d'absence, l'âge et autres petites informations utiles rapidement aux joueurs, et qui concernent ton personnage !
Merci d'avance en tout cas, de prendre le temps de remplir tout ça. Même si, je le sais, ça fait un peu beaucoup Embarassed ...

Sache que tu peux aussi réaliser une fiche de suivi RP/Relations ! Pour ce faire, il te suffit de te rendre dans ce forum-ci.
Nous avons aussi les Dépôts de Missives pour les rps de type "épistolaires". Le lien de sa boîte est à mettre dans son profil soit dit au passage ^^
A noter que les modèles proposés de codage ne sont pas obligatoires, si tu veux faire autrement : tu peux -_^

Pour te lancer en rp, tu peux consulter ou faire ta propre demande de rp dans le forum mis à ta disposition pour cela !
Tu pourras aussi y faire verrouiller tes topics clos, et trouver le code nécessaire si tu désires proposer des prédéfinis à l'administration.

N'hésite pas à contacter le Staff par MP si tu as un problème ou une question.


Le staff te souhaite la bienvenue!
Maître du Jeu
avatar
Maître du Jeu
Le Maître
http://migoto-renaissance.forumactif.org
Messages : 2271
Âge IRL : 26
Date d'inscription : 14/04/2014
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Tampopo Pokô - Tu me débéquète déjà 28.01.16 21:19
Je mangeais aussi de mon côté donc y a pas de souci.
Merci pour les explications grand manitou, c'est vrai que c'était pas très clair dans ma fiche !!

"Va courir partout dans le forum"

JE SUIS VALIDÉE PUTAIN DE MERDE !!

Merciiiiii ❤️❤️



Kage, t'es qu'une burne aussi molle
qu'un pruneau trempé dans du saké !
Ainoko Asservi(e)
avatar
Ainoko Asservi(e)
Tampopo Pokô
Messages : 165
Âge IRL : 29
Date d'inscription : 28/01/2016
Multi-Compte : Tanchô Ankoku - Callum Maxwell - Atsuhiko Yume - Eiji Meiroo - Momiji Meiroo - Elupidio Aznar - Botan Kagenui - Fumihiro Junsui
Actif : Oui
Revenir en haut Aller en bas
Tampopo Pokô - Tu me débéquète déjà
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Pokédex - Chisame Sinashi
» Pokémax
» [JEU] Les Poké-devinettes
» Le Pokérus
» Le pokédex d'Axel Rivers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Migoto no Shima : Renaissance :: Quand s'en vient la Renaissance :: Identités Déclarées :: Dossiers Validés :: Les Ainokos-
Sauter vers: