Ainoko à l'image de son nom original
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: A la fin, vient la Rencontre. :: Les Mémoires :: Rayon des Identitées
Aller à la page : 1, 2  Suivant
(#) Sujet: Ainoko à l'image de son nom original 16.01.16 22:45
Image Présentation 600*200
Mayd Iezahel Chayna

Informations
Année de Naissance : 07/04/-17. (66 ans)
Genre :
Race : Hybride Papillon
Statut : Libre
Métier : Hôte au NADO NADO
Don(s) : Don d’apaisement "- Don d'illusion
Don d'apaisement : Mayd peut envoyer des "ondes" pour apaiser/calmer une personne ou soit même, il y arrive mieux lorsqu'il à un contacte physique avec la personne. Cependant, il doit pouvoir se delster du stress accumuler par l'utilisation sur son don sur une autre personne ou sur soit même.
Don d'illusion : Illusion auditive, olfactive et très rarement visuelle, Mayd peut les manipuler chez le cerveau d'autrui et sur le siens ; en contrepartie de ce don des hémorragies sont à prévoir, allant du simple saignement de nez à une hémorragie interne grave lors d'utilisations trop poussées. Mayd n'est pas conscient de ce don, celui-ci ne s'étant jamais réveillé ou alors montrant le bout de son nez de manière furtive.


Psychologie & Physionomie

Un homme ou une femme ? Si la personne n’ouvre pas la bouche, on ne peut pas le savoir. Trop efféminé dans son kimono pour avoir l’air d’un homme et pas assez féminine lorsque la personne revêt ses vêtements habituels pour être une femme. Mayd est pourtant bien un homme, sa voix ayant clairement un ton masculin légèrement rauque, sa voix est comme cassé et lorsqu’il va dans les aigus elle sonne criarde à l’oreille. Jouer de son physique pour tromper l’œil, il sait parfaitement le faire, ses cheveux marrons assez longs et à l’allure soyeuse ainsi que son corps et ses traits androgyne l’aide. Il sait captiver l’attention de ses clients à l’aide de ses yeux noisette, des yeux si clairs qu’ils paraissent jaunes selon la lumière. Lorsqu’il se veut femme, il se travesti, revêtant le plus souvent des kimonos faits de soie dans les tons ocres, assortissant sa coiffure à l’aide de baguettes et de coiffes sophistiquées pour ses chignons élaborés. Il maquille souvent ses yeux également et légèrement sa bouche lors de son travestissement. A contrario, lorsqu’il s’habille selon son sexe, Mayd est très sobre. Toujours habillé dans des tons gris, les cheveux attaché en une queue de chevale ou en une longue tresse. Délesté des ses vêtement, il est facile de reconnaître son côté masculin grâce à son appareil génital, sa fine musculature soulignant également son côté masculin. Son corps ne comporte pas de cicatrice ni d’imperfection ci ce n’est quelques grains de beautés sur hanche droite, faisant ressortir la pâleur de sa peau. Il doit faire attention d’ailleurs, il attrape bien plus souvent de coups de soleil que les autres. Excepté ses grains de beautés, les seules autres « imperfections » qui reposent sur son corps sont deux longues taches de naissance marronnatres à l’allure de cicatrice et qui traversent tout son dos de façon verticale. Très sensible à ces endroits, le moindre effleurement lui procure un grand plaisirs tandis qu’une coupure légère lui provoque une douleur affreuse. Mayd ne considère pas ses tâches comme une imperfection, au contraire ! Pour lui, c’est un signe de beauté supplémentaire car ses tâches représente là place où auraient dû pousser ses ails de papillon.
~~~
Langue de vipère et franc, Mayd n’hésitera pas à dire si quelque chose ou quelqu’un lui déplait, n’hésitant pas à en rajouter une ou deux couches pour bien enfoncer le clou. Il sait cependant garder ses remarques pour lui lorsqu’il fait son service au Nado Nado. Le Nado Nado est un bar où il exerce le métier d’hôte, n’ayant pas de talent artistique particulier il se contente d’y accueillir les hommes avec le sourire et de converser avec eux travesti jusqu’aux bout des ongles comme tout les autres employés d’ailleurs. Même si l’ainoko se plait à se travestir, il ne se considère pas pour autant comme femme. D’ailleurs, pour rien au monde il ne changerait de sexe si quelqu’un en avait le pouvoir. Le travestissement n’est qu’une activité comme un autre, une passion, certain aime l’adrénaline de la chasse, d’autres le calme des balades à cheval, lui aime se pomponner, se coiffer et se maquiller pour tenir compagnie a de beaux messieurs. Son comportement ne change que légèrement d’ailleurs lorsqu’il était en femme. Il devient un peu plus extravaguant et plus bavard, sachant quand s’extasier devant les dires d’un client et quand s’amuser en entrant dans son rôle de femme fatale. Très expressif de nature, il sait parfaitement changer ses expressions du visage, passant facilement du rire aux larmes. A contrario, Mayd a beaucoup de mal de mal à dissimuler ses émotions, ne pouvant que difficilement retenir un sourire amusé, une moue boudeuse, un regard dédaigneux ou une plainte dégoutée. Ce trait de caractère va avec sa franchise à toute épreuve, en faisant une personne haute en couleur à sa manière. Soyez certain que si quelque chose lui déplait chez vous, Mayd n’hésitera pas à vous le faire savoir et pas toujours avec des pincettes. Egalement, si quelque chose lui plait, il n’hésitera pas non plus à le faire savoir. Niveau goût de tous les jours, l’ainoko n’est pas difficile, il prend ce qui lui tombe sous la main. Cependant, s’il y a bien une chose que ses papilles ne supportent pas c’est bien le sucre ! Berk, il se demande pourquoi tant de monde est friand de ces petites choses bourrées de sucre. Son café, il le prenait toujours noir, bien amer, il préférait les agrumes aux autres fruits, appréciant tout particulièrement le citron. Le seul sucre qu’il pouvait supporter était dans la meringue des tartes au citrons, il savait l’appréciait sur ses délicieuse tartes.


Biographie


« My dear childhood »


Ah, l’enfance de Mayd ! Il l’avait passé sur un long fleuve tranquille, bercé par l’amour de sa famille et l’inconscience commune des enfants malgré un milieu de vie peu aisé. Il se souvenait encore de la petite chèvre dont il avait la garde. Chaque matin, à partir du moment où il fut assez automne pour marcher, il courait enfiler ses soulier pour emprunter le petit chemin derrière chez lui. Il adorait admirer la ville se réveiller, les marchands installer leurs échoppes et inscrire les prix sur des petits écriteaux de bois, sentir l’odeur du pain chaud sortir des boulangeries, se plaindre lorsque les filles de joie qui venait de finir leur service lui pinçaient sa bouille adorable d’après leurs dires. Le quartier Tsume n’était pas très riche, c’était même le plus pauvre de toute l’île, mais le petit garçon en était tombé éperdument amoureux. Pour rien au monde il n’aurait préféré vivre dans un quartier plus riche à l’époque. Il avait l’habitude de toujours prendre une grande inspiration lorsqu’il pénétrait dans l’étable où la chèvre de la famille était entreposée avec d’autres animaux qui n’étaient pas à eux. Il lui demandait toujours si elle avait passé une bonne nuit et si les poules ne l’avaient pas embêté avant de la caresser et de la traire. La peau tendre, tiède et légèrement duveteuse des mamelles de la chèvre l’avait toujours intrigué et il faisait bien attention de bien les essuyer à l’aide d’un chiffon avant de s’en aller accompagné cette fois d’un seau remplis  à ras-bords de lait pour, qu’une fois chez lui, il puisse en faire des petits fromages qu’il vendait l’après-midi même au marché avec sa mère. Lui attirait les clients avec sa voix d’enfant et sa bouille d’ange tandis que sa mère négociait sur les prix.
Sa mère était le seul adulte important dans la vie quotidienne du petit, il l’aidait au marché et dans les tâches ménagères tandis qu’elle lui apprenait à lire et à compter. Le garçon boudait souvent sur son tabouret lors de ses cours, ne voyant pas l’intérêt d’apprendre des choses qui ne lui servaient pas vu qu’il savait déjà soustraire et additionner correctement pour vendre ses fromages. Ses colères ne duraient jamais bien longtemps, sa mère étant patiente et plutôt rusée elle arrivait toujours à lui faire apprendre ce qu’elle voulait. A grand recours de chatouille, de rire et de mots doux, Mayd reprenait toujours le travail avec le sourire. Cependant, lorsque ses bouderies d’enfants persistaient la menace d’une punition de son père l’arrêtait tout de suite. Ses punitions il les sentait bien passer en général, la main de son père n’était pas clémente et il préférait ne pas le décevoir. Mayd ne voyait que très peu son père, celui-ci se levant très tôt le matin pour aller travailler et ne revenant que tard le soir, il ne pouvait passer du temps avec lui que lors de ses jours de congés. Ce n’était pas un étranger à ses yeux bien qu’il ne passe que très peu de temps avec lui. Le garçon adorait traîner dans les pattes de son père, jouer avec ses oreille duveteuses et s’installer sur ses cuisses pour qu’il lui raconte une histoire, un vrai fils à papa ! Il compensait en quelque sorte son absence en le collant un maximum lorsqu’il était là, il faisait tout pour le rendre fier de lui et ne pas le décevoir. Sur ce point, il était tout le contraire de son frère âgé de sept ans de plus que lui. Celui-ci était en constante opposition à l’autorité paternelle et commençait même à se rebeller contre leur mère. Il se prenait pour « l’homme » de la famille et rejetait toute affection venant de son père. Ils se disputaient souvent le soir, lorsque leur père revenait de son travail et Mayd, s’il n’était pas déjà endormi, partait vite se coucher pour échapper à leurs disputes. Son frère finissait souvent sa nuit dehors à vagabonder avec d’autres gosses, s’étant enfui de la maison sous une colère.
Mayd n’aimait pas du tout le comportement de son frère et pourtant, il essayait de faire comme lui lorsqu’il grandit un peu plus, ne voulant plus être considéré comme un bébé par lui. Il s’était mit à sortir seul l’après-midi, bâclant presque ses devoirs pour pouvoir poursuivre son frère dans les rues afin de devenir un grand et se rapprocher de lui. Sa mère le tolérait tant qu’il l’aidait toujours au marché et que son travail à la maison ne chutait pas, ce qui n’était pas le cas. Son père avait été quelque peu renfrogné à cette idée mais remarquant que le comportement de son petit garçon n’avait pas changé à son égard, il ne s’y était pas opposé. Au début, son frère l’ignorait et se faufilait dans les petites rues du quartiers pour le semer et Mayd rentrait toujours bredouille chez lui. Mais petit à petit, sous les demandes de sa bande d’amis, il finit par l’intégrer à sa bande et à lui apprendre ses petits tours de passe passe comme séduire une fille ou voler une petite bourse aux passants les plus aisés et les moins vigilants. Autant dire que si son père apprenait qu’il volait, il ne pourrait plus s’assoir pendant une bonne semaine au moins et adieu ses escapades avec son frère, alors il gardait sa langue pour lui. Les amis de son frères étaient bizarres mais ils le faisaient beaucoup rire à faire les paons devant les filles et à se chamailler entre eux pour trois fois rien, heureusement qu’il était là pour les calmer sinon l’un d’entre eux serait déjà édenté. L’un des amis de son frère vivait dans les beaux quartiers alors, quand ils allaient le chercher, Mayd s’essayait toujours au shamisen bien que son niveau soit médiocres et qu’il effrayait plus les animaux qu’il ne les attirait.
Un lien très fort s’était forgé entre son frère et lui et Mayd était heureux que cela n’affecte pas la relation qu’il avait avec son père bien que l’aîné n’aimait toujours par leurs paternel.


« This is war »

« Soldat, garde à vous ! »
Son corps se tendit par automatisme tandis que son cœur commençait à s’emballer sous le début d’adrénaline qui venait l’envahir sous cet ordre désormais familier. Un ans que les son chef de l’armé lui rabâchait cette même phrase jour après jour, son corps avait fini par associer l’ordre au mouvement. Les débuts avaient été durs, il avait plusieurs fois vomi, souvent ses muscles avaient fini en feu et sa tête remplis de bourdonnements mais il n’avait pas abandonné. Le soleil frappant contre sa nuque, le manque d’eau ressenti lors de ces moments, les stages de survie en forêt, les piqures d’insecte, les courses contre les animaux sauvages pour sauver sa vie, le manque de nourriture, l’épuisement, les éraflures, irritations et blessures intarissables, la pression de son chef, ses ordres et ses cris incessant n’avaient pas entamé sa volonté à être un soldat de l’armée au contraire, tout cela l’avait encore plus conforté dans son idée et lui avait forgé un mental de fer. Il voulait rendre sa famille fière de lui, il ne devait pas lâcher ! Il voulait rendre son frère fier. Celui-ci s’était engagé dès seize ans, voulant continuer à creuser le fossé qu’il y avait entre eut père et lui, se coupant définitivement du foyer familiale, cependant ce fut l’effet inverse qui arriva. L’armée lui avait mit du plomb dans la tête et l’adolescent avait fini par étouffer sa rancœur contre son père, apprenant que la famille était la chose la plus importante au monde et, même si son père n’était pas souvent présent, ce que lui reprochait l’adolescent, il devait l’aimer de tout son être et le respecter. La rancœur finit par disparaitre peu à peu, redonnant le sourire à leur mère et un lien fort se construit entre son père et son frère.
Mayd avait alors voulu suivre les traces de son frère, s’engageant dès l’âge légale attint, c’est-à-dire quinze ans. Il avait dû se couper les cheveux ce qui avait était un crève cœur pour lui mais ce sacrifice en valait la peine. Lors de son entraînement pour le préparer aux terrains, Mayd avait rencontré son équipe qui l’accompagnera lors de ses missions. Ils étaient cinq avec lui, tous plus grands que lui, plus forts aussi et plus vieux. La première fois qu’ils s’étaient rencontrés, Mayd n’en avait pas cru ses yeux, visiblement il était le cadet du groupe et ce n’est pas pour autant qu’ils allaient l’épargner, bien au contraire. Le plus vieux avait l’âge de son père et les autres n’en étaient pas loin non plus alors autant dire qu’il s’était souvent fait railler par rapport à son âge et son manque de force. Cependant, Mayd le prenait à la rigolade et n’était jamais le dernier pour se moquer de son propre manque de capacité, étant même le premier à se servir de sa langue de vipère lorsque l’un de ses compagnons échouait. Il avait plutôt bien réussi à s’intégré et ses compagnons d’arme le jugeait à sa juste valeur, bien que dans les premiers temps ils eurent du mal à ne pas le mettre de côté. Une solide amitié s’était installée entre les cinq Ainokos, permettant à l’hybride papillon de s’épanouir hors de son foyer familial et lui donner plus de confiance en lui.
L’escouade resta la même lorsqu’ils purent enfin partir sur le terrain, ayant fini leur formation. Même si Mayd ne l’aurait jamais avoué, il était plutôt soulagé de rester avec la même équipe que d’en changer en cour de route. Etonnement, l’entrée de Mayd dans la guerre qui s’était formée entre Ainokos et Humains fut facile pour lui. Il ne savait comment l’expliquer mais la transition s’était fait très facilement, Mayd n’avait aucun mal à transpercer un poumon, un cœur ou couper un membre ou une tête, tant que c’étaient ceux d’humains. Cela avait été d’autant plus simple puisque les humains semblaient complètement désorientés face à leur perte de magie à leur approche. Voir leurs visages confiants et arrogants se déconfire à leurs approches, leurs tentatives désespérées d’invoquer la magie. C’est en général à ce moment là qu’il sortait leurs armes traditionnelles mais c’était déjà trop tard, des Ainokos aux allures de bêtes leurs étaient déjà bondis dessus, armes aux points et magie fonctionnelle prête à être lâchée sur l’ennemis. Mayd, n’ayant pas don offensif, se servait de son don d’apaisement pour calmer des soldats trop enjoué et rejeter ce mauvais stress sur des humains déjà désorienté et terrifier, les rendant encore plus ridicules et distrayants aux yeux du jeune Ainoko. Il ne faisait clairement pas dans le propre, décapitant et transperçant toutes chaires inconnues passant sous sa lame. Sachant que sa famille ne se composait que de race différente de chats et que certain de ses lointains ancêtres étaient des papillons, le papillon s’amusait à penser que sa mère aurait trompé son père avec un lion, vu son excitation lors des combats ou plutôt des bains de sang. Certainement son côté félin qui ressortait d’une façon bien agressive, stimulé par le paysage désertique et aride du Ramal Saxin, pays auquel Mayd avait été affecté ainsi que son escadron et, par le heureux des hasards, celui de son frère également.
Son frère… Mayd serra les poings, se retenant d’hurler sa rage. Il recentra son attention vers le sergent-chef qui continuait son petit discours, ne prêtant pas attention au manque d’écoute du soldat envers lui. Le jeune papillon se retenait de l’étrangler, voulant lui cracher son manque d’empathie et sa stupidité en plein visage. La voix de l’homme continuait son voyage jusqu’à l’ouïe du garçon, renforçant sa rage qui se transformait petit à petit en peine et en désespoir. Son frère… Son frère qui avait servit corps et âme son pays, son frère qui venait à peine de se réconcilier avec son père, son frère qui se découvrait peu à peu une joie de vivre hors du commun, son frère qui allait bientôt se marier, son frère qu’il admirait toujours autant même son plus ! Son frère…
« Soldat, je suis au regrées de vous annoncer votre retraite anticipé pour cause d’incapacité mental engendré par  une trop grande instabilité mentale pour la poursuite de votre mission. Et toutes mes condoléances pour votre frère, c’était un très bon soldat doté d’un avenir certain parmi nous. »
Son frère qui était mort par leur faute et qui l’avait rendu fou ! Fou de douleur…


« Bye bye my Brother »

C’était lors de ses missions au Ramal Saxin, l’équipe de Mayd avait été appelé en renfort pour venir en aide à une équipe alliée capturée par l’ennemi. Il n’avait pas eut plus d’information excepté le lieu où était retenu l’escadron, un petit village éloigné de la capital et assez isolé. A peine arrivé que son équipe sentait l’odeur de brûlé et apercevait de grande voutes de fumé noir s’échapper du fond du village. Un bâtiment tombait en poussière sous la rage de flammes déchaînées.  Elles semblaient être en vie et obéir à une volonté propre. Magie, il n’y avait aucune autre explication.
L’équipe se couvrit un minimum et entra dans le bâtiment, les ordres avaient été donnés. Mayd devait s’occuper de retrouver les prisonniers Ainokos avec l’un de ses équipiers tandis que les trois autres devaient neutraliser les humains. Ils ne pouvaient pas éteindre le feu, ce n’étaient pas leurs pauvres petites gourdes qui allaient faire la différence et aucun de ses coéquipier n’avait un don lié à l’eau.
Se pressant, les deux soldats avaient réussis à trouver la salle où étaient retenus les prisonniers. L’odeur de chairs brûlé et le visage méconnaissable de certain avait provoqué un haut-le-cœur chez son coéquipier mais Mayd ne s’en souciait plus. Tout son esprit était focalisé sur le numéro d’escadron épinglé sur la veste du corps brûlé, c’était celui de son frère. La respiration de l’adolescent s’accéléra malgré la fumé, il senti son cœur battre plus fort et ses mains devinrent moites. Il se précipita vers les corps, se fichant du feu qui commençait à grignoter petit à petit son uniforme militaire.
Il ne prêtait plus attention à rien ni à personne si ce n’est à la recherche de son frère. Ni aux hurlements d’incompréhension de son coéquipier, ni au feu qui lui picotait la peau, ni à la fumé qui lui brûlait les poumons, rien si ce n’est son frère. En relevant la tête, il vit un corps entouré de flammes, celle-ci donnant l’impression de danser autour de lui. Son frère maîtrisait le feu. C’était son frère ! Sa peau était presque entièrement brûlée, ses yeux vide fixait un point inconnu et ses cheveux avait presque complètement disparu. Son thorax ne se soulevait plus.
Mayd se précipita vers le corps de son frère pour le sortir d’ici mais il fut intercepté au vol par des bras puissant. Il rua et donna des coups au hasard à son coéquipier qui l’avait empêché de se jeter dans les flammes, lui hurlant qu’il était déjà mort et qu’il fallait s’en aller. Mais Mayd était déjà loin dans son esprit, ses oreilles bourdonnaient au point de lui donner une migraine, ses yeux pleuraient pour se protéger du feu ou de tristesse, il ne savait pas encore, lui faisant mal par la même occasion. Plusieurs de ses ongles s’étaient cassés et ses doigts étaient écorchés à force de s’accrocher à n’importe quoi pour qu’on ne l’emmène pas loin de sa famille. Il se battait de sa maigre force en comparaison à son coéquipier pour sauver son frère.
Son sangs battait dans ses tempes, il s’accéléré à une vitesse inquiétante. Son cœur faisait de même pour suivre la cadence, sa tête tournait et là il le vit. La tête de son frère se tourna en sa direction et son bras fut prit d’un soubresaut comme s’il voulait s’approcher de l’adolescent en pleur. Ses lèvres brûlées bougeaient pour former une phrase inaudible. Faisant fit du sang qui s’était mit à couler de son nez et celui qui commençait à se bloquer dans sa gorge, il cira et rua plus fort, ses larmes ne semblant pas vouloir s’arrêter de couler.
« On n’abandonne pas un soldat blessé ! On n’abandonne pas un soldat blessé au front ! »
Il répétait ce principe qu’on lui avait appris pour que l’autre le lâche. Des tâches noires envahirent sa vision, ses ruades se firent moins fortes et ses cris s’espacèrent pour se faire stopper petit à petit par la fumée avant qu’il ne perde connaissance.


« Re-connect »

Mayd était dans la pièce qui lui servait de chambre à lui et à son frère avant. Il était retourné chez lui, s’étant fait viré de l’armé, le plus jeune retraité de l’armé ! Dix-sept ans et déjà retraité, ô joie. Il rit sarcastiquement à cette pensé. Il ne faisait plus que cela désormais : rire sarcastiquement. Il était rentré dans un état de choque chez lui, il n’avait voulu rien dire à ses parents, s’enfermant dans un mutisme qui les inquiétait. Sa mère avait vite compris et avait voulu se montrer forte pour son fils mais elle n’avait plus jamais souris depuis ce jours. Sauf si ce que vous appelez sourire et une contraction des lèvres qui les faisait montrer vers le haut, dans ce cas elle souriait mais ce sourire n’atteignait jamais ses yeux comme autrefois. Son père avait mit plus de temps à comprendre ou alors il l’avait mieux caché. Son seul moment de faiblesse fut lorsqu’ils reçurent la lettre annonçant  le décès officiel de l’aîné de la famille. Sa mère avait retenu ses pleurs pour ne pas que son cadet la voit s’effondrer et son père s’était levé en silence pour sortir de la maison, ses poings serré en en faire blanchir ses jointures. Mayd n’avait eut aucune réaction, toujours enfouis dans sa coquille vide de sentiments.
Le jeune adulte avait perdu beaucoup de poids depuis son retour, il ne mangeait presque plus. La nourriture le dégoutait, celle-ci lui donnant l’impression de manger de la cendre et la cendre lui rappelait trop de mauvais souvenir. Des cernes mangeaient la moitié de son visage, il ne voulait plus dormir, des cauchemars hantant son sommeil, il se retenait jusqu’à ce que son corps dise stop et le fasse tomber dans le sommeil, celui-ci devant alors supporter ses rêves atroces. Il n’avait ni eut la force ni l’envie d’assister à l’enterrement de son frère, l’armé n’avait pas retrouvé les cendres de son frère, elles s’étaient sûrement mélangé à celle du bâtiment et des autres gens présents. Il n’aurait rien manqué de toute les façons ! En quoi récupérer des cendres qui n’était peut être même pas celle de son frère lui servirait ? A rien, si ce n’est perdre son temps ! Ses parents avaient essayé de le convaincre de venir mais à chaque fois que l’un deux s’approchait il se mettait à hurler comme un possédé pour les tenir loin de lui. Il voulait juste être seul dans son petit monde.
Petit à petit, le jeune adulte sorti de son mutisme, crachant son venin sur tout ce qui lui passait sous la main, ses parents ne faisant rien pour l’arrêter et, bien que son père essayait de modérer les paroles de son fils, sa mère le laissait faire ce qu’il voulait. C’est ainsi qu’un jour, l’année de ses vingt-cinq ans, après huit ans de dépression puis d’agressivité envers ses proches, il franchit une limite. Il était irrité ce jour là par il ne savait quoi, comme tout les autres jours d’ailleurs. Sa mère était venu lui apporter son café noir et il s’était mit à crier sans raison. Il lui reprochait tous les malheurs du mondes, la mort de son frère, le fait qu’elle le délaissé quand il était petit même si c’était faux et qu’il aurait préféré naître dans une famille riche. Il lui hurla qu’il la haïssait plus que tout et qu’il n’aurait pas voulu naître ici. Tout cela était faux bien entendu mais Mayd ressentait le besoin de blessé autant qu’il se sentait blessé à l’intérieur et aujourd’hui c’était tombé sur sa mère. Sauf que lorsque des larmes coulèrent des yeux de sa mère, Mayd perdit sa voix qui se coinça dans sa gorge, ne voulant plus sortir. C’était la première fois qu’il la voyait pleuré, elle avait toujours su se montrer forte et supprimer ses émotions néfastes, mais cette fois-ci elle s’était lâchée devant son fils. Fils qui regretta aussitôt ses paroles et la prit dans ses bras pour s’excuser, lui répétant à quel point il l’aimait, se mettant lui aussi à pleurer ses nerfs ne pouvant pas en supporter plus.
Lorsque son père était rentré, Mayd avait voulu se faire tout petit sur sa chaise, ressentant une culpabilité et une honte énorme. Sa mère, toute joyeuse, lui avait expliqué que Mayd commençait à aller un peu et son père n’hésita pas à foutre une paire de claque au jeune adulte, la première pour son comportement odieux envers eux et la deuxième pour son refus face à l’aide qu’ils lui avaient proposé. Les jours qui suivirent, Mayd agît en véritable koala suivant sa mère partout où elle allait et lui proposant toujours son aide et collant son père dès que celui-ci rentrait de son travail. En parlant de travail, il aidait toujours sa mère au stand de fromage qui avait investi dans une nouvelle chèvre, mais il cherchait un petit travail pour être plus indépendant. Mayd avait toujours du mal à manger et dormir mais il commençait à remonter la pente à son allure.
Ses parents l’emmenèrent souvent au temple de la déesse créatrice pour qu’il s’y recueil et que les prêtres l’aident avec sa dépression mais ce qui lui fut le plus bénéfique fut la rencontre avec la grande sœur de l’un des anciens équipiers de son frère qui, lui aussi, était mort. Ses paroles l’avaient beaucoup touché même si elles paraissaient rudes d’un point de vue extérieur. Il garda contacte avec la jeune femme, aimant discuter avec elle de ses angoisses de temps à autres. Le plus libérateur fut sans aucuns doutes le jour où il alla sur l’autel de son frère. Il voulut être seul et ses parents respectèrent cela, lui qui pensait au début de sa dépression que ce recueillir sur un autel avec des cendres d’un bâtiment mélangée à celle de son frère ne lui servirait à rien, il s’était trompé ! Il avait acheté un bouquet de tulipes, les fleurs qu’il cueillait pour son frère quand il était petit, et le déposa sous le portrait de son frère, juste en dessous de son nom. Il s’était assis et n’avait fait que regarder le nom pendant une quinzaine de minutes puis était retourné dans sa chambre. Il n’avait ni parlé, ni pleuré mais il avait l’impression qu’un sur son cœur s’était envolé. Il se sentait apaisé pour la première fois depuis des années et il ressentit subitement le besoin de sourire et de retourner sur la tombe de son frère. Il se sentait enfin bien dans sa peau et dans son esprit.


« Welcome back Happiness »

Cela avait commencé par une demande à sa mère, pour pouvoir dissimuler ses cernes, qui lui prêta un peu de poudre faîte pour le visage. Chaque matin, il se plaisait tapoter le dessous de ses yeux avec un pinceau pour faire disparaître ses méchantes cernes. Ses cheveux avait déjà reprit de la longueur, atteignant facilement la moitié de ses épaules, il les brossait donc après s’être mit sa poudre avec soins, y ajoutant parfois quelques barrettes ou baguettes pour rendre sa coiffure plus jolie ou sophistiqué. Il essaya même une fois un peu de rouge à lèvre très proche de la couleur peau et un brin de mascara pour rehausser son regard et il apprécia grandement le résultat, se trouvant un air séducteur inattendu. Son père n’avait pas l’air d’apprécier de le voir prendre quinze minutes le matin pour se pomponner. Il n’appréciait pas la poudre tout simplement parce qu’il ne savait pas que son fils commençait à se maquiller, il lui aurait tout de suite fait arrêter son petit jeu. Sa mère, elle, n’y voyait pas d’inconvénient, si son enfant se sentait bien et voulait juste faire disparaître ses cernes avec de la poudre, elle lui fournirait la poudre ! Elle ne voyait pas où était le mal.
Mayd prenait plus de temps aussi pour s’habiller, choisissant avec minutie quel pantalon pourrait aller avec son haut du jour. Il se surprenait à devenir coquet et des fois même à inspecter plus ou moins discrètement les tenus des dames et à se demander la quelle lui irait le mieux. Cette constatation ne fit pas peur à Mayd. Il n’avait pas l’impression de changer ni de se glisser dans une nouvelle peau puisqu’il y avait des jours où il ne se maquillait pas, bâclait sa coiffure –voir même ne l’attachait qu’à l’aide d’un lacet en cuire- et s’habillait avec les premiers vêtements qui lui passaient sous la main. L’adulte se découvrait seulement un nouveau trait de personnalité. Un trait qu’il appréciait tout particulièrement ~ Un jour, repoussa même les limites qu’il s’était fixé, allant chiper l’un des précieux kimonos de sa mère pour l’essayer. Il se coiffa avec grand soin ses cheveux, y ajoutant des baguettes dorées qu’il avait peint lui-même, faute de moyens pour en acheter. Il se maquilla légèrement la bouche et un peu plus les yeux et, devant le miroir il découvrit une toute nouvelle personne. Une nouvelle facette de sa personnalité. Il se trouvait très beau et très attirant, à aucun moment il ne se fit la remarque d’être narcissique ou même qu’il se sentait attiré devant son propre corps. Cette personne était une inconnue, il ne la connaissait pas mais commençait déjà à l’aimer. Une même personnalité, un même physique pour deux personnes différentes et bien distinctes dans son esprit. Une passion était née.
Mayd continua de s’habiller ainsi en cachète et à sortir légèrement maquillé et habillé dans des vêtements fait pour les deux sexes mais il en voulait plus ! C’est ainsi que l’année de ses cinquante deux ans il sorti, habillé de son kimono tout neuf qu’il avait acheté avec un peu d’argent qu’il avait mit de côté. Il essaya de se faire discret dans les périphériques du quartier, quelques personnes pouvant le reconnaître. Cependant, arrivé au cœur du quartier, il se lâcha un peu plus, relevant la tête, chaloupant un peu des jambes et distribuant des clins d’yeux lorsque quelques messieurs le reluquaient avec un peu trop d’insistance. Il s’amusait à sentir les regards sur lui, découvrant une toute nouvelle sensation : celle la fierté de s’habiller en femme. Il avait entendu parler d’un bar non loin d’ici qui possédait pour hôtes des hommes travestis, tout comme lui. Il ne fut pas compliqué à trouvé ce bar, sa tenu ne passant pas inaperçu il demanda son chemin à quelques passant qui semblait apprécier son style vestimentaire et hop ! Le voilà arrivé à destination. N’hésitant pas à entrer, il fut surpris par le spectacle qu’il découvrit. Lopin des corps androgynes habillé de façon féminine, une véritable montagne de muscle portait deux ainokos comme s’ils ne pesaient pas plus qu’une plume pour le jeter dehors. L’homme… ou la femme ? Non c’était définitivement un homme même s’il était coquettement vêtu et maquillé comme une dame. Un sourire fleurit sur son visage en apercevant Mayd ainsi vêtu et il lui fit un coucou de la main, son comportement changeant radicalement pour coller à celle d’une jeune fille joyeuse. Mayd lui rendit son sourire bien que le sien soit assez crispé et rit nerveusement. Il ne valait mieux pas l’énerver celui-là. En lui parlant pour se renseigner auprès de qui il devait demander à être embauché, Mayd apprit que cet Ainoko le gérant… Enfin, la gérante plutôt ! Elle s’appelait Zouka mais aimait que ses employés l’appellent « Mama ». Elle semblait ravi d’avoir une nouvelle fille et lui donnait une semaine d’essaie avant de l’embaucher comme hôte.
Avec son travail, Mayd put se payer un petit appartement non loin du bar et était devenu indépendant. Il avait rencontré plusieurs hommes sympathique au Nado Nado, que ce soient des travestis ou des clients. Cela avait été assez bizarre la première fois qu’il avait accordé un “supplément” à l’un de ces clients, pas que ce fut la première fois pour lui, non, il avait été déniaisé à l’époque de l’armé, mais le faire en étant habillé en femme l’avait quelques peu troublé même si c’était très excitant. L’ainoko s’était prit d’une profonde affection envers sa Mama, il adorait cette femme et son sourire. Oui, il la considérait comme femme et non comme homme puisque sa patronne se considérait elle-même comme femme et l’assumait pleinement. Un client l’amusait particulièrement et ses doigts savaient le faire monter au septième ciel en un temps records, il était très doué. Un habitué du bar d’après Zouka ! Tanchou, il s’en fit un bon ami. Mayd n’avait eut aucun mal à s’intégrer au sein de cette petite famille, appréciant l’ambiance du bar dès le premier soir. Sa patronne avait été très attristée il y a six ans, sa sœur et son beau-frère étaient morts, laissant un petit orphelin derrière eux. Mayd était resté auprès d’elle pour la soutenir, il n’avait pas beaucoup parlé, ne sachant jamais comment consoler une personne, mais il avait tout fait pour que sa présence apaise Zouka, utilisant souvent son don pour penser ses blessures au cœur. Cependant, la mort de la sœur de sa patronne fut bénéfique pour le bar car, depuis peu, ils avaient emménagé pour Yuufuku laissant derrière eux le quartier pauvre et insalubre de Tsumi. L’appartement de Mayd ainsi que la maison de ses parents étaient toujours là-bas alors il y retournait régulièrement mais il se plaisait à se prendre pour un riche lorsqu’il était dans le quartier qui abritait le nouveau bar. Certes son salaire avait augmenté mais il n’avait pas ressenti le besoin de changer de quartier, il se sentait très attaché à Tsumi. La vie lui souriait désormais et Mayd comptait bien en profiter !


Informations IRL

Pseudo : Mayd~
Âge IRL : 18 ans et des brouettes
Comment avez-vous connu le forum ? : Je me suis baladée de partenaire en partenaire ^^
Code du Règlement : On est là pour s'amuser !
Qui a créé les Ainokos ? :  Ce sont les meilleurs chercheurs et mages de l'île qu'allait devenir Migoto no Shima


Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Ainoko à l'image de son nom original 16.01.16 22:51
... Bienvenue Made In china

Han j'adore la race, le travail déjà. Et puis le vava o_o




 
merci:
 


Humain(e) Asservi(e)
avatar
Humain(e) Asservi(e)
Idriss Ad-Dîn
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t319-idriss-ad-din-danseur-d-orient
Messages : 3538
Âge IRL : 33
Date d'inscription : 23/06/2015
Multi-Compte : Hanae Umako , Jun'Ichiro Kaiinu, XiaoLi, Momoka minoue, Aï Yume, Ushio Shikai
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Ainoko à l'image de son nom original 16.01.16 23:00
Bienvenue
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Ainoko à l'image de son nom original 16.01.16 23:04
Hellow <3

C'est Zouka qui va être contente ! Une "chérie" à chouchouter ! ^^
Ne t'en fais pas pour le nom, je t'avouerai qu'il m'a surtout rendu curieuse et fais sourire ^^ (bon, tu aurais fais un humain du zanshi...j'aurais demandé à changer le nom car de prime abord il est aisé de lire "made in china" j'avoue ^^' lol) Smile

Bon courage pour ta fiche !
Si tu as des questions sur le fofo ou autre, n'hésites pas o/
Et si tu as des demandes/questions au sujet du Nado Nado hésites pas aussi. Je joue sa/son proprio Wink
Ainoko Libre
avatar
Ainoko Libre
Takamori Ankoku
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t37-takamori-ankoku http://folio-adark.voila.net/
Messages : 860
Âge IRL : 27
Date d'inscription : 15/04/2014
Multi-Compte : Kyoku Meiroo ▬ Kinu ▬ Katai "Zouka" Hikari ▬ Eryn & Engel Raventail ▬ Xia Jin Yue
Actif : Au Ralenti mais Présent !
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Ainoko à l'image de son nom original 16.01.16 23:23
Merci à vous~ <3

J'adore aussi ton vava Idriss *q* *en est tombée amoureuse*

Yay~ Une copine avec qui papoter et se faire chouchouter ! *^* Ouf, pas besoin de trouver un autre nom alors~
Oui, j'ai une petite question sur le fofo, je n'ai pas trouvé la cb ;; Est-ce qu'il y en a une ?^? *c'est tout à fait possible qu'elle soit passé sous mes yeux sans que je m'en rende compte aussi xD*
Si des idées me viennent, je t'enverrai un mp pour Nado Nado ~ ^u^
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Ainoko à l'image de son nom original 16.01.16 23:31
(Ouais, Takamori a revêtu le compte du Maître j'avoue lol ^^')

Zouka va être intenable et sur son petit nuage lol
Sinon, le forum n'a pas de CB je le craint. Nous sommes un staff un peu "anti-CB" avec Sayuri (mauvaises expériences passées à de trop nombreuses reprises ^^') ...
Par contre, nous avons un flood open et très (parfois trop ? lol) actif. N'hésites pas à t'y faufiler à occasion. Les gens peuvent faire peur mais ils n'ont encore jamais manger personne ! (enfin, sauf Habane qui a essayé plusieurs fois)

Je reste à ta disposition au besoin Wink
Tu peux me MP sur n'importe lequel de mes comptes ^^
Maître du Jeu
avatar
Maître du Jeu
Le Maître
http://migoto-renaissance.forumactif.org
Messages : 2271
Âge IRL : 27
Date d'inscription : 14/04/2014
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Ainoko à l'image de son nom original 16.01.16 23:36
(Ô grand Maître *O*)

J'ai hâte de voir ce que ça peut donner en rp xD
Oui, Idriss vient de m'expliquer et c'est assez original comme idée je trouve (oui, la cb peut souvent être un gros tas problèmes malheureusement ;; ).
J'irai aller installer ma tante de camping là-bas alors ! =w= Et... je ferai attention a ce cannibale aussi *prend note d'y aller toujours à deux pour avoir une chance de pas perdre un membre*

Pour ma fiche, le physique est déjà rédigé niveau papier et le caractère et en cour ~ Ça devrait sortir en numérique sous peu ! **
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Ainoko à l'image de son nom original 16.01.16 23:50
Comment ça ?! Habane a beau être la seule personne à bouffer les autres, c'est pas la seule à les butter, quand même !

Et il y a des papillons non-hikari, sur l'île ? *se renseigne*


Couleur de la brute Ratel - #F5B9B5 #5C3D30

Ainoko Libre
avatar
Ainoko Libre
Yami Mitsuanaguma
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t243-yami-mitsuanaguma-fearless-beast
Messages : 1305
Âge IRL : 23
Date d'inscription : 01/06/2015
Multi-Compte : 'Melody', Asa-chan et Miyu
Actif : Oui
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Ainoko à l'image de son nom original 16.01.16 23:58
C'est rare, mais cela existe.
Comme l'exemple des Hachimitsu dans les exemples de famille qu'on a mis dans l'annexe contextuelle. Après, souvent, si on remonte aux grands-parents (voir au-delà si les âges le permettent) on retrouve souvent un(e) parent(e) qui avait ce racial et qui était membre de la grande famille concernait.
Maître du Jeu
avatar
Maître du Jeu
Le Maître
http://migoto-renaissance.forumactif.org
Messages : 2271
Âge IRL : 27
Date d'inscription : 14/04/2014
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Ainoko à l'image de son nom original 17.01.16 0:31
Bienvenue à toi beau jeune effiminé ! On fera un club si tu veux Wink
N'hésite pas venir nous stalker sur le flood <3



Regarde moi...
Que suis-je maintenant ?
Ainoko Libre
avatar
Ainoko Libre
Botan
Messages : 254
Âge IRL : 30
Date d'inscription : 28/12/2015
Multi-Compte : Tanchô Ankoku - Callum Maxwell - Eiji Meiroo - Momiji Meiroo - Atsuhiko Yume - Elupidio Aznar - Fumihiro Junsui - Tampopo Poko - Erwin Rosenthal
Actif : Oui - N'hésitez pas à mp mes autres comptes si je réponds pas ;)
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Ainoko à l'image de son nom original 17.01.16 0:47
Merci à vous~

*prend note d'aller sur le flood en armure complète pour ne courir aucun risque*
Yay un club d'androgynes~ *^*
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Ainoko à l'image de son nom original 17.01.16 3:02
La famille Hikari comporte que les beaux papillons fait dire Kaede...


Bienvenue à toi ^^


Humain(e) Asservi(e)
avatar
Humain(e) Asservi(e)
Camille de Soret
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t57-camille-de-soret http://fildecristal.liki.com/
Messages : 299
Âge IRL : 34
Date d'inscription : 27/04/2015
Multi-Compte : Minami Nomichi
Actif : Oui
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Ainoko à l'image de son nom original 17.01.16 10:21
Bienvenue cher collègue de travail. J'aime beaucoup ton avatar aussi ^^'.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Ainoko à l'image de son nom original 17.01.16 11:35
Bienvenue!!! ^^

Oui Habane a souvent envie d'en-cas mais on la surveille XD


Ainoko Asservi(e)
avatar
Ainoko Asservi(e)
Namiko Nagawa
http://matarragon.wix.com/legendutopia
Messages : 1660
Âge IRL : 34
Date d'inscription : 19/05/2015
Actif : oui
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Ainoko à l'image de son nom original 17.01.16 19:46
Merci à vous trois~ ^^
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Ainoko à l'image de son nom original 17.01.16 22:29
Bienvenue !!

Cool un papillon autre que ma Kagura sans ailes ^^ Elle va se sentir moins seule, même si elle sera du genre à regarder de travers cet homme qui s'habille en femme Wink
En tout cas, très bel avatar, j'ai hâte de lire le caractère et l'histoire de ce jeune homme Smile
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Ainoko à l'image de son nom original 17.01.16 22:41
Merci~

Mayd saura l'amadouer x)
Ton avatar aussi, Kojakou *^*
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Ainoko à l'image de son nom original 18.01.16 0:11
Bienvenue cher ancien collègue ^_^
Ainoko Libre
avatar
Ainoko Libre
Kazuki Ikeda
Messages : 432
Âge IRL : 32
Date d'inscription : 28/06/2015
Multi-Compte : Aido Kakon, Shiki, Takeshi, Kamil, Natsume
Actif : oui
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Ainoko à l'image de son nom original 18.01.16 12:19
Merci ~
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Ainoko à l'image de son nom original 18.01.16 16:35
Bienvenue \o/


Humain(e) Asservi(e)
avatar
Humain(e) Asservi(e)
Aedan Riwaleen
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t645-aedan-l-optimiste-fini-uc
Messages : 617
Âge IRL : 25
Date d'inscription : 16/11/2015
Multi-Compte : Nathaniel Kondoru - Hayate Kakon - Yachiru Higa - Miyabi
Actif : Absent jusqu'en Avril
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Ainoko à l'image de son nom original 30.01.16 10:15
Hello !

Nous arrivons à terme du délai pour la fiche : veux-tu un peu de rab ?
Je vois que ta fiche avance petit à petit après tout, et tu passes régulièrement Smile

N'hésites pas à demander au besoin ♥️


Ainoko Libre
avatar
Ainoko Libre
Katai "Zouka" Hikari
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t380-katai-zouka-hikari
Messages : 307
Âge IRL : 27
Date d'inscription : 10/07/2015
Multi-Compte : Takamori Ankoku ▬ Kinu ▬ Kyoku Meiroo ▬ Eryn & Engel Raventail ▬ Xia Jin Yue
Actif : Au Ralenti mais Présent !
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Ainoko à l'image de son nom original 31.01.16 18:06
Merci Aedan~

Un petit rab' en plus ne serait pas de refus en effet x) Je n'ai pas eut le temps de l'avancer en semaine mais je devrai la finir sous peut de temps si je m'y met ce mardi,ce mercredi et le week-end prochain~
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Ainoko à l'image de son nom original 31.01.16 19:43
Pas de soucis Wink
Un premier délai de 15 jours t'ait donc alloué. Tu as donc jusqu'au 13 Février Smile

Si y'a besoin de plus, nous pourrons accepter encore un délai sup' de 15 jours...après quoi, le délai maximum sera dépassé.
Bon courage pour la suite de la fiche ! ^^
Maître du Jeu
avatar
Maître du Jeu
Le Maître
http://migoto-renaissance.forumactif.org
Messages : 2271
Âge IRL : 27
Date d'inscription : 14/04/2014
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Ainoko à l'image de son nom original 12.02.16 18:43
Merci beaucoup pour ce délais mais... j'en aurai besoin d'un supplémentaire ><

La partie "This is War" est déjà bien avancée sur mon fichier word et je devrai surement la finir demain,la partie "By bye my Brother" est fini au brouillon, elle doit juste être retranscrite sur mon fichier et étoffée, elle devrai être postée d'ici la fin du week-end ^^
Cependant, les deux dernières parties n'ont que leurs axes de fait, les brouillons ne sont pas commencés et je n'aurai certainement pas le temps de bien finir ce week-end mais vu que dans une semaine, je suis en vacances, j'aurai tout le temps de finir dans les deux semaines, rassurez-vous ! ^u^
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Ainoko à l'image de son nom original 29.02.16 1:30
Petit double-post, désolée ;; , pour prévenir que ma fiche est enfin fini ! Yay~
Juste pour le Nado Nado, je n'ai pas précisé de date pour son déménagement vu que je ne sais pas si c'est en l'an 49 ou 45, j'ai juste mit "il y a peu" vu que 5 ans ce n'est pas beaucoup pour un ainoko je crois xD

Encore désolée du temps monstre que j'ai mit pour fini ma fiche, vous pouvez me fouetter pour la peine ! ...mais pas trop fort comme même s'il-vous-plait ;;

Édit : J'ai mis la date exacte de l'emménagement du Nado Nado ^^
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Ainoko à l'image de son nom original
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Ainoko à l'image de son nom original
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Faut-il se passer des scrutins sur le continent noir? Est-ce l'image d'Haiti?
» Préval-Duvivier -Bellerive ; Quand l'image parle
» L'Amérique Latine à l'image d'Haiti
» Les journalistes haïtiens en partie responsables de l'image négative du pays
» Haiti en image (courtoisie de lcn.canoe.qc.ca)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Migoto no Shima : Renaissance :: A la fin, vient la Rencontre. :: Les Mémoires :: Rayon des Identitées-
Sauter vers: