☼ Atsuhiko Yume - Domestique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Quand s'en vient la Renaissance :: Identités Déclarées :: Dossiers Validés :: Les Ainokos
(#) Sujet: ☼ Atsuhiko Yume - Domestique 17.07.15 0:23
Image Présentation 600*200
Atsuhiko Yume

Informations
Année de Naissance : An 13. (37 ans)
Genre :
Race : Loutre des Rivières
Statut : Asservi
Métier : Domestique de maison et cuisinier de talent.
Don(s) :
Apnée Prolongée : Atsuhiko adore l'eau et il peut rester sans problème vingt bonnes minutes sous l'eau sans respirer

Chaleur éternelle : Comme son animal totémique, Atsu possède une couche de graisse qui le préserve du froid, il n'est jamais gêné par les basses températures et ce même dans l'eau. De plus, il dégage de la chaleur, ce qui lui permet souvent de réchauffer des pièces ou des endroits.


Psychologie & Physionomie

Psychologie :
S’il y a une chose qu’Atsuhiko sait, c'est qu'il est le meilleur pour tenir une maison. Il a été élevé et éduqué dans cette seule optique, être le plus irréprochable possible. Maniaque du ménage, professionnel du rangement, rien ne l'effraie. Il peut passer ses journées à trier les baguettes et boîte à bento par taille, couleur, motifs, matière. Tout doit être propre, rangé, carré, sans la moindre poussière. Tout doit briller, le linge sentir bon le lotus et si son maître ne fait pas attention, il est capable de perdre la raison et de lui hurler dessus pour le houspiller. Il déteste qu'on gâche son travail et adore être félicité. Nerveux, impulsif, caractériel, la face cachée de sa perfection est cette manie de tenir tête à l'autorité et à savoir ce qu'il vaut. Il peut se donner à fond pour faire plaisir à son maître, mais s’il ne reçoit aucun compliment en échange, il est capable de bouder des heures entières en astiquant le plancher avec rage. A vrai dire, plus qu’un asservi, il se considère souvent comme l’épouse de son maître et agit comme telle. C’est une véritable perle avec le foyer, mais son tempérament fait de lui quelqu’un d’exigeant.
Pas vraiment du matin, il a toujours un peu de mal à se lever et il vaut mieux ne pas lui parler avant qu'il est bu un thé, toutefois il est toujours debout avant son maître et prépare avec soin son petit déjeuner.
Il aime être le centre de la maison, celui qui s'occupe de tout et particulièrement des repas. Fin gourmet, c’est un grand cuisiner et tout ce qui passe entre ses mains devient un met goutu. Il adore aller au marché, sentir le poisson frais, acheter des herbes et faire mijoter des plats pendant des heures. Sa cuisine a toujours été couverte d'éloge et il espère bien continuer sur cette lancée. C’est un véritable artiste du bento et prépare des boîtes à repas dignes de chef d’œuvres. Sa spécialité est le taillage de légume et il peut donner n’importe quelle forme à ce qu’il cuisine.
Ayant pour animal la Loutre, il ne peut jamais trop s'éloigner de l'eau, et se jette souvent la tête la première dans les étangs et quand il ne peut pas il peut rester des heures entières à barboter dans une baignoire. D'ailleurs, il mange exclusivement du poisson et raffole de l'algue ce qui donne à sa langue un petit goût marin.
Comme une véritable épouse, il accomplit tous les devoirs conjugaux que cela comporte et est exclusivement gay, il a d’ailleurs eu la chance de ne tomber que sur des Maîtres masculins. Il n'hésite pas à taquiner son Maître pour le faire tourner en bourrique mais se rattrape bien souvent en jouant de la shamisen, ou en chantant tranquillement de petite mélodie qu’il compose lui-même. Pas pudique pour un sous, il aime s'amuser avec son corps, mais ne supporte pas la douleur. D'ailleurs il n'est pas vraiment un combattant et est assez couard sur les bords. Il a une tendance à fuir les conflits mais n'accepte jamais d'être rabaisser car il sait que c'est lui le meilleur. Ayant passé sa vie à apprendre l’art d’être une bonne épouse, ce n’est pas quelqu’un de très cultivé et il connait peu de chose sur le monde extérieur et est bourré d’apriori. Il a peur des humains, se méfie d’eux et se juge supérieur à eux, malgré ça il est assez curieux et n’hésite pas à fouiner dans les choses que peut cacher son maître.
Au fond, il n’apprécie pas spécialement d’être un asservi et aimerait être reconnu et pardonner pour les fautes de sa mère par la famille Yume, pour pouvoir jouir d’un statut égal et pouvoir un jour véritablement devenir une épouse.

Physionomie :
Si Atshuhiko n’est pas très grand, il se rattrape par une beauté rare, noble et tranquille. Il est de ceux qui enchantent, que l’on trouve beau sans trop en faire. C’est une beauté naturelle, qui ne comporte que peu d’extravagance. D’ailleurs, il jouit de peu d’attributs d’animaux trop visible et cela lui donne un petit côté humain très exotique. Pourtant il est d’une beauté classique, typique de Migoto, de long cheveux noirs aux reflets violines, de grands yeux sombres, une peau de pêche sans imperfection, des joues rondes et mignonnes, des oreilles plus petites que la moyenne sans doute pour rappeler qu’il est issus d’une loutre, une bouche mutine aux dents blanches qui se tord souvent en sourire supérieur ou s’ouvre pour crier et geindre. Ses mains sont longues et un peu tordues, un peu griffue et si il ne les trempe pas dans l’eau régulièrement, elles s’assèchent et deviennent douloureuses. Sa peau sèche très vite à cause de sa chaleur et il adore se prélasser un peu au soleil les pieds dans l’eau. Sous ses kimonos, se cache un corps pas si fin que ça, car à force de manger ses propres plats, il est devenu un peu rond.
Une ligne de poils brun foncé lui descend de la nuque aux reins, ou pointe sa longue queue de loutre. Elle lui permet notamment de garder l’équilibre et surtout facilite sa nage en donnant des impulsions et servant souvent de gouvernail. Ses poils sont doux au touché mais peuvent parfois être drue quand il ne fait pas sa toilette.  Ses jambes sont longues et ses cuisses un peu rondelette et il n’aime pas vraiment ses pieds qu’il juge affreux. Comme ses mains, ils sont un peu tordue, douloureux et ont tendance à prendre la forme de pattes, si il épile avec attention le moindre poil, il est obligé de limer ses ongles pour ne pas avoir des griffes à la place. S’il a bien une chose dont il a terriblement honte c’est bien de cela. Il les cache en portant des Tabis et n’aime pas trop qu’on les lui retire. S’il peut les garder pendant qu’il fait l’amour, cela le soulagera grandement.
Côté vestimentaire, il porte des kimonos de bonnes factures, souvent de couleurs sombres et apprécie aussi les vêtements orientaux. A la maison, il est souvent affublé de son tablier, et noue un chiffon propre dans ses cheveux. Ses gestes sont souvent maîtrisé et élégant, et il n’est pas du genre maladroit, très méticuleux, ses tenues sont toujours choisis avec soin et il espère ainsi obtenir un compliment de la part de son Maître.


Biographie



Est-ce un crime que d’aimer quelqu’un qui ne vous ai pas destiné ? Est-ce un crime que d’être puni pour cela, parce que la vie qui est dans votre ventre n’est pas issue de celui qui tient les rênes ? Je suis né Yume, et pendant quelques années, j’ai jouis de cette renommée, de ce nom respecté et même si j’étais trop jeune pour m’en souvenir, tous ce que je sais c’est que la vie était tranquille. Mon père riait souvent, je me souviens de ses grandes mains couvertes d’écailles, du teint de sa peau d’un bleu si doux. C’était le frère du chef de la famille et il était fier de moi. Quand je suis né, on aurait dit un parfait petit humain, à la différence de mes parents, je n’avais ni écailles, ni nageoires, ni branchie. Rien de bien significatif, cela n’avait pas grand importance. Les bébés Ainokos peuvent mettre des années à développer ce qu’ils sont vraiment. Cela n’a pas inquiété mon père qui à continuer de me regarder avec ce regard rempli d’amour. Puis mes mains ont commencé à changer, elles se sont tordues, ma colonne s’est couverte de fourrure, petit à petit et si mon père à commençait à avoir des doutes, le jour où ma queue à commencer à pousser dans mon dos, il n’y avait plus de place au doute. Mon père, n’était pas mon père. Pourtant je me souviens que je l’aimais, c’était lui qui m’avait élevé pendant les cinq premières années de ma vie, il était mon père, mon papa, celui qui venait me consoler quand je pleurais le soir.
Une loutre, voilà ce que j’étais dans ce royaume fait d’océan, je n’y avait pas ma place. Comment deux si beaux poissons combattants aux couleurs chatoyantes auraient pu avoir une petite loutre ?
Mon père s’est sentit, trahi, humilier comme jamais. Les si fiers Yume trahit par une épouse volage, et même pas par une autre grande famille, ni même une secondaire, mais par un moins que rien, par un domestique de la plus basse extraction, un asservi, un ancien criminel, pour l’amour d’une femme qu’il avait tant rêvé.
La vie semble si simple quand on est tout petit et pourtant, elle ne l’a pas été. Nous avons été mis de côté, montré du doigt, ma mère me cachait dans les plis de son kimono et du quartier de Gouka no Nan, nous sommes allés vivre à Tsumi. Rejeté par sa famille, s’est alors enclenché une procédure judiciaire lourde de vengeance. On n’humilie pas un Yume de la sorte sans en payer le prix. On n’humilie pas le frère du chef de famille sans que l’honneur soit lavé. Écrasé par ce système, ma mère a eut beau se débattre, elle a fini par crouler et s’est rendu à son procès résignée et la tête basse. Si elle s’était attendu à devoir être exclu de la famille, elle ne s’attendit pas à devoir être rendu au rang d’asservi.  Je me souviens de son cri, du hurlement qu’elle à pousser, j’ai pleuré avec elle sans comprendre. J'’ai voulu rejoindre mon père, mais il était trop tard. Il ne nous reconnaissait plus.

Nous avons continué de vivre dans le quartier de Tsumi et la honte, le déshonneur à finit par morfondre ma mère qui a été incapable de s’occuper de moi. J’ai été vendu à la maison Washizuki, car j’étais encore très jeune, modelable à souhait, corvéable à merci. J’ai grandi sans mère, avec l’unique objectif qu’il allait falloir devenir le meilleur et si je n’étais pas assez beau et gracieux pour les arts et la luxure, j’étais suffisamment beau pour être un domestique, une parfaite petite épouse. J’y ai découvert le plaisir de cuisiner, de goûter, de manger avec bonheur ce qui était préparer avec soin. Si certains ont vécu un enfer, je me suis montré suffisamment brillant et maniaque pour ne pas écoper de lourdes punitions. Des coups de fouets, de cravaches j’en ai subi peu et ont à surtout flatté mon égo. J’étais le meilleur, celui qui excellait dans tous ce qu’il entreprenait, j’ai de toute façon toujours cherché une quelconque reconnaissance, peut-être à cause de l’absence de ce père, du souvenir de son sourire qui me félicitait, toujours est-il que je suis devenu un exemple. Je rangeais tous de façon méticuleuse, je pliais les draps avec un soin particulier, portant toujours une attention aux détails et ma lubie de la propreté m’y a aidé. Être reconnu et féliciter à fait de moi quelqu’un d’exigeant, je ne voulais pas être vendu à un quelconque citoyen lamba. Ce que je cuisinais était de loin meilleur que dans les restaurants et si j’avais travaillé si dur, c’était pour être reconnu et porter le nom des Yume avec fierté. Peut-être que si mon père apprenait que j’étais devenu quelqu’un, il reviendrait sur le procès et accepterait de me faire rentrer dans la famille. Peut-être….un jour.
Le seul souci qui s’est posé quand à ma formation a été le fait que je n’ai jamais été attiré que par les hommes et même si j’ai dû subir une formation assez sommaire sur le plaisir féminin, je me suis plutôt intéressé aux joies et plaisirs entres hommes. Celui qui était mon tuteur s’appelait Ryuki, c’était un Ainoko du renard et il était doux et patient, même si ses punitions laissaient des marques. Il a accepté et a fait son possible pour que mon premier maître soit un homme. J’ai été acheté par un homme exigeant, Takamori Ankoku et même si ce n’était pas vraiment lui qui s’occupait de moi, j’ai été un domestique de la famille pendant près de quinze ans. J’ai préparé ses affaires chacun matin, appréciant son calme et son efficacité. S’il est peu avare de parole, il est toujours poli et n’hésite pas à faire remarquer quand les choses sont bien faite.
J’ai commis quelques impairs au départ, qui m’on valut quelques punitions, mais j’ai vite prit le pli. Ma cuisine a été grandement appréciée et Takamori en personne réclamait que ses plats soient uniquement cuisinés par mes soins. Dans une si grande maison que celle des Ankoku, je n’étais pas vraiment le seul, nous étions nombreux, alors quand je réussissais à me démarquer et obtenir un compliment, j’étais terriblement fier. J’ai mis beaucoup de cœur l’ouvrage, avant de me voir revendu. Je n’ai jamais vraiment su pourquoi, mais pour nous petits domestiques, dans de si grandes familles, le personnel va et vient.
Je suis retourné au marché, et grâce à mon pedigree, je n’y suis même pas resté une journée. J’avais à peine mis le pied là-bas que je repartais direction la maison d’Asuma Meiroo. Un vieux Ainoko qui avait du mal à vivre tout seul, sa femme venait de partir pour rejoindre Taisha et cet homme qui avait eu par le passé une influence conséquente, se retirait de la vie politique de Migoto. Chez mon nouveau maître, il n’y avait que moi, juste lui et moi. C’était quelqu’un de doux, patient et très joueur. Malgré son âge, il était constamment de bonne humeur et si j’ai passé presque dix ans à ses côtés à m’occuper de sa maison, de ses repas, de lui tenir compagnie, il m’est encore aujourd’hui difficile d’en parler tant sa perte me serre le cœur.
Je me souviens de sa paume chaude sur ma tête qui me félicitait car mon repas était exquis, un curry de légume, accompagné de croquette de patate douce que j’avais réussi à faire pousser dans le jardin. Je me souviens de son corps contre le mien le soir venu, de m’être endormit dans ses bras alors qu’il lisait un livre à la lueur d’une bougie, du bruit des pages les unes contre les autres, de son odeur d’encens, de ses doigts usés dans mes cheveux. Il riait tout le temps quand je m’énervais après lui car il ne rangeait pas, il riait sans cesse ce vieux Meiroo. Puis il a soufflé la bougie, j’ai senti son corps s’affaisser, se coucher contre le mien, son bras me tenir contre lui, me chuchoter que j’étais le plus beau, que je lui tenais si chaud, lui qui avait si froid et il s’est endormit, pour toujours. Il a rejoint sa charmante épouse en me laissant seul dans cette grande maison qui était devenu mon chez moi.
En tant que domestique je n’ai pas été invité aux funérailles, je suis simplement resté là debout devant la maison, mon cœur se serrant étrangement avant de tourner les talons et de retourner au Kusari no Tokoro.

Après tout, c’est de là que je viens, sans doute que j’y retournerais encore, et encore…


Informations IRL

Pseudo : Yollo
Âge IRL : 27 ans
Comment avez-vous connu le forum ? : Un nuage m'a dessiné son url dans le ciel
Code du Règlement : OK by Nailah
Qui a créé les Ainokos ? : OK by Nailah


Ainoko Asservi(e)
avatar
Ainoko Asservi(e)
Atsuhiko Yume
Messages : 292
Âge IRL : 29
Date d'inscription : 16/07/2015
Multi-Compte : Tancho - Callum - Eiji - Botan - Momiji - Tampopo - Elupidio - Fumihiro
Actif : Oui
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: ☼ Atsuhiko Yume - Domestique 17.07.15 14:40
Finie !
J'espère que ça ira

=)


Je ferme les paupières éblouit par ton éclat
et je me demande pourquoi tu m'aimes.
Moi qui ne suis qu'une ombre sous ton soleil.
Ainoko Asservi(e)
avatar
Ainoko Asservi(e)
Atsuhiko Yume
Messages : 292
Âge IRL : 29
Date d'inscription : 16/07/2015
Multi-Compte : Tancho - Callum - Eiji - Botan - Momiji - Tampopo - Elupidio - Fumihiro
Actif : Oui
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: ☼ Atsuhiko Yume - Domestique 17.07.15 16:23
Fiche Validée

"C'est partit pour le Grand Voyage ! Découvrons Migoto tous ensemble !"

Félicitation !
Ton personnage est validé, nous te souhaitons bienvenue sur Migoto no Shima et espérons que tu t’amuseras bien parmi nous !

Afin de commencer à jouer sur de bonnes bases, nous t'invitons à aller recenser ton avatar afin d’éviter de potentiels conflits quant aux images/personnages pour les nouveaux arrivants.
Nous te demanderons aussi d'aller Recenser tes dons ainsi que Recenser ta race si tu es Ainoko. Et enfin, peu importe ton groupe, si tu peux aller recenser ton Métier cela serait pratique. Merci d'avance ^^

De plus, sache que tu peux aussi réaliser une fiche de suivi RP/Relations ! Pour ce faire, il te suffit de te rendre dans ce forum-ci. Sache que le modèle proposer de codage n'est pas obligatoire, si tu veux faire autrement : tu peux -_^

Pour te lancer en rp, tu peux consulter ou faire ta propre demande de rp dans le forum mit à ta disposition pour cela !
Tu pourras aussi y faire verrouiller tes topics clos, et trouver le code nécessaire si tu désires proposer des prédéfinis à l'administration.

N'hésite pas à contacter le Staff par MP si tu as un problème ou une question.


Le staff te souhaite la bienvenue!
Maître du Jeu
avatar
Maître du Jeu
Le Maître
http://migoto-renaissance.forumactif.org
Messages : 2214
Âge IRL : 25
Date d'inscription : 14/04/2014
Revenir en haut Aller en bas
☼ Atsuhiko Yume - Domestique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Yume No Pandora ~
» Britany, domestique au château d'Émeraude
» Yu-Yume... *se cache*
» Un maître impitoyable contre une domestique qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Qui va gagner ? (P.V: Leiris Lewingstones)
» Domestique VS Sauvage (Nuage Doux et Epine de Rose)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Migoto no Shima : Renaissance :: Quand s'en vient la Renaissance :: Identités Déclarées :: Dossiers Validés :: Les Ainokos-
Sauter vers: