Tancho "White" Ankoku
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Quand s'en vient la Renaissance :: Identités Déclarées :: Dossiers Validés :: Les Ainokos
(#) Sujet: Tancho "White" Ankoku 21.04.15 12:50
Image Présentation 600*200
Tancho « White » Ankoku

Informations
Année de Naissance : An -32. (82 ans)
Genre :
Race : Grue du Taiyotsuki
Statut : Ainoko Libre
Métier : Grand-Prête de Shukumei.
Don(s) :
Salve de vent :
Ses grandes ailes blanches et noires accrochées dans son dos ne lui permettent pas de voler, mais il peut toutefois envoyer des salves d'air pour faire reculer ceux qui tenteraient de l'embêter.

Régénération rapide :
La grue du Taiyostuki est le symbole de immortalité, Tancho voit donc ses blessures partielles se refermer rapidement. Il a une santé de fer et tombe très peu malade. Des blessures trop profondes mettront plus de temps à se refermer, mais plus rapidement que la normale. Tant qu'il n'est pas inconscient et que la douleur sillonne son corps, il sera capable de se soigner.

Aptitude de Grand-Prêtre :
Si Shukumei à le pouvoir de voir tous les destins possible et de protéger l'île de ces néfastes destinées, Tancho peut lui par simple contact physique savoir si le destin de la personne concernée sera funeste ou non. Il peut influencer par ses actions le destin de certains et ainsi prévoir leur mort certaine et leur éviter. Toutefois, selon les principes de Shukumei,  Tancho se contente bien souvent de sourire lors d'une prédiction néfaste et prends le moins possible partit. Ainsi va la vie !


Psychologie & Physionomie

Un véritable petit merdeux, c’est le terme qui convient le mieux à ce fouineur et fouteur de merde professionnel. Tancho est toujours fourré là où il ne devrait pas être, toujours à jeter des regards partout, à laisser traîner ses oreilles. Il fréquente même les lieux les plus sordides pour être à l’affut de tout. Avec une passion sans borne pour le glandage international, les jeux d’argent, la bonne chair et l’alcool, il est a très vite été indispensable à son frère jumeau  Takamori. Ancien conseillé du Chef des clans des Ankoku, il a fait de ses passions pour les ragots, les faux semblants une tâche utile.
Rarement à son poste, Tancho ne peut pas passer une journée sans sortir et fureter un peu partout. Son faciès de gamin délie facilement les langues et il sait amadouer les cœurs les plus réticents.
Avouant sans honte son penchant inébranlable pour les travestis, si vous le chercher vous le trouverez le plus souvent au « Nado Nado » à faire des concours de boisson avec la tenancière Zouka, ou un bras de fer avec les filles du boudoir. Il aime ces corps masculin viril, habillé avec la grâce des femmes. Mais attention, il n’apprécie guère les personnes androgynes et voue un culte aux hommes musclés, paré de velours et de dentelle.

D’un naturel insouciant, il se fiche de beaucoup de chose et n’a jamais prit ses responsabilités très au sérieux. La seule chose à laquelle il tient, c’est son frère jumeau Takamori. Véritable ombre, il l’observe, veille sur lui, surveille ses arrières et fait toutes les tâches ingrates dont il ne veut pas. Son jumeau, il l’adore, il ferait tout pour lui et il considère que Takamori est sa moitié et lui appartient de droit. Après tout, ils ont partagé le même placenta. Il adore taquiner ce prude et mysogine frangin, lui racontant ses déboires sexuels, ses frasques grandiloquentes et l’aguichant juste pour le plaisir de le voir rougir. Si un jour son frère doit épouser quelqu’un, il sera le premier à mener l’enquête, à retourné tout le passé de la fiancée et à se glisser dans son lit pour savoir si elle mérite son frère bien aimé.

Depuis qu’il a été « choisi » en tant que Grand Prêtre, il n’a plus autant de temps qu’avant et esquive comme il peut ses responsabilités, préférant bien souvent déléguer que de devoir rester enfermé dans le temple. S’il peut prédire l’avenir de certains, il préfère toutefois ne pas s’en mêler et sourire à tout bout de champ. Il n’y a que pour son frère qu’il agit et à déjà plus ou moins réussit à faire sombrer une tentative d’assassinat contre Takamori.

Toujours de bonne humeur, souriant et avenant, il ne faut jamais se fier à Tancho, c’est une véritable petite peste qui le revendique.

Tancho n’est pas très grand, à peine un mètre soixante dix et se glisse partout. Il hérité des cheveux de son père, une belle crinière blanche  qui tombe sur son visage un peu poupon. Comparé à son frère, il fait un peu pâle figure mais cela ne le dérange pas. Il a souvent été rabroué d’appartenir à la famille Ankoku alors qu’il est une grue, mais le sucre qu’on lui à cassé sur le dos à fait de lui l’homme impertinent qu’il est.
Plutôt fin, il n’est pas quelqu’un qui fait beaucoup de sport et commence même à avoir une petite bedaine qu’il cache sous ses tonnes de kimonos blancs et or. Pour le moment, il laisse poussé ses cheveux dans son cou, et les fait couper sur le devant quand il en marre d’avoir des mèches dans les yeux. Depuis qu’il est Grand-prêtre il est obligé de porté le costume traditionnel blanc et noir. Il cache ses grandes ailes sous sa cape, et les montre rarement. Cela le fait souvent ressembler à un bossu mais peu importe, il n’aime pas qu’on les voit, qu’on les touche et elles ont tendance à le gêner plus qu’autre chose. Ses ailes sont surtout utiles pour se défendre mais là encore, sa bonne maitrise du sabre Taiyotsuki suffit souvent à faire fuir les plus audacieux.
De toute façon, en vérité, il n’aime pas se battre et préfère plier devant quelqu’un avec fourberies que de devoir l’affronter à la loyale.


Biographie

Est-ce que vous savez ce que c’est que de naître différent des autres ? De naître en étant rejeté en à peine quelques secondes, juste parce que notre physique n’est pas conforme ? Juste parce que j’ai été différent de ce à quoi ils s’attendaient, juste parce qu’au lieu de cornes j’ai eu ces pauvres ailes inutiles dans le dos. Je suis un oiseau mais je ne peux pas voler, je suis né en même temps que mon frère, à peine quelques secondes, minutes après lui, mais je n’ai jamais été dans les bras de notre père. Je suis resté là dans le giron de notre mère, ses plumes caressant mon visage de nouveau né braillard.
Toute ma vie on m’a reproché d’être comme elle, d’être différent de ceux qui m’entouraient, j’ai été le reflet des erreurs de mon père, de cet amour qu’il avait pour ma mère et même si nos cheveux avaient la même couleur, je n’avais pas les bons attributs. Mais ma mère m’a toujours dit de sourire, quoi qu’il se passe, car un sourire désarme plus que des larmes, car il ne faut jamais montrer sa faiblesse. On la traité de manipulatrice, de traitresse et moi je lui tenais simplement la main, ses doigts accrochés aux miens alors qu’elle souriait doucement.
Peut être bien que tout cela était vrai, mais Mère n’a jamais courbé l’échine, elle riait tout le temps, se moquant de tout, superbe dans ses atours de plumes et de soie. La vie des autres n’est pas importante, seul compte son propre bonheur et le chemin que nous empruntons pour y accéder.

Pendant de longues années je suis resté assis pendant que les autres jouaient, j’étais bien sage et silencieux, je regardais mon frère lui souriant doucement. Mon frère, je l’ai toujours aimé, et même si il détestait mère, il a toujours été là pour moi. Il m’accueillait dans son lit quand l’orage grondait, il dormait avec moi quand j’avais peur, lors des réunions de famille il se bagarrait avec les cousins et cousines qui se moquait parce que je n’avais pas de cornes. Mais ce n’était pas si grave après tout, tant que mon frère me tenait la main, tant que ma mère me souriait, ce n’était pas bien grave.

J’ai grandit en souriant, à me faire discret, j’ai entendu des murmures outranciers, des secrets de polichinelles, j’ai continué à sourire et à raconter tout ce que j’entendais à Takamori. Je lui racontais tout  à mon fidèle frangin. J’ai été son ombre pendant tant et tant d’année et quand mère est morte, quand père est mort, je suis resté à ses côtés. Il avait besoin de mon sourire, de mes oreilles qui furetaient, alors j’ai enfilé mon masque de bouffon et je l’ai rejoins à la tête de cette famille qui me haïssait.
Je leur rit aux visages en faisant explosé tout leurs précieux secrets, puis ceux des autres familles. Ce n’est pas si compliqué a trouvé un secret vous savez, il suffit d’être là, au bon moment, au bon endroit, d’écouter, tout doucement. J’ai fréquenté des lieux qu’il valait mieux que Taka ignore, j’ai salis mes mains, ma chair pour des murmures offensants et je rentrais toujours en souriant, faisant avancer les pièces sur l’échiquier.

Puis ces stupides humains sont arrivés, la guerre à été déclarée, pendant un an j’ai été à la tête des Ankoku, j’ai ris, tellement ris, j’ai siégé au conseil où je me suis prélassé pendant que Taka risquait sa vie au front. Pourquoi y serais-je allé ? Il comptait sur moi ici, puis les armes n’ont jamais été mon fort. Mes ailes sont trop encombrante, elle me gêne, je serais mort dés le premier assaut. Alors mon frère m’a gardé à l’abri et quand il est revenu j’ai cédé ma place, car je n’étais pas fait pour être dans la lumière. Je n’ai pas son charisme magnétique, sa poigne, je ne suis qu’un gamin capricieux tout juste bon à être derrière lui. Son ombre à dû m’empêcher de grandir, je suis bien plus petit que lui, mais ce n’est pas grave, Takamori m’appartient, il est à moi, je le suis seul à le comprendre, le seul qui le fait rire, le seul à pouvoir l’approcher au point de baiser ses lèvres quand il dort.

Tout aurait pu continuer ainsi, mais il a fallut que ce stupide Grand-Prêtre rêve de moi juste avant de mourir. On ne peut pas renier la place de grand-prête de Shukumei, c’est un devoir qu’on doit endosser jusqu’au prochain rêve. J’ai dû revêtir le kimono traditionnel, psalmodier des litanies à la gloire du destin implacable, j’ai dû affronter les visions de ces gens qui mourraient, leur épargner le fait de savoir. Ils ne doivent pas savoir non, car la balance de la vie et de la mort doit être équilibré. Alors je continu de sourire en leur avouant qu’ils mourront, un jour, comme n’importe qui. Je bois, je ris, je m’amuse, je glisse entre eux sans les toucher, rien ne peut m’atteindre, je suis une grue, magnifique et immaculée, immortelle paradant avec grâce et s’esquivant au moindre de coups de vent.
Je ne suis plus le conseiller de mon frère, mais personne ne peut faire ce travail à part moi, alors je traîne, je fouine, je suis là immobile et souriant, comme une ombre fugace. Parfois je crois comprendre pourquoi Shukumei m’a choisit, parce que je m’implique pas, parce que les conséquences de mes actes m’importent peu, parce que le destin est implacable.
Il n’y a qu’un seul destin que je manipule sans cesse, que j’oriente vers une fatalité heureuse, celui de Takamori. Puis peut être un peu celui de Zouka que j’aime tant, cette homme-femme qui me fait rire doucement, qui me regarde avec ses grands yeux et sa large carrure. Comme j’aimerais dénoué la ceinture de son kimono pour glisser mes mains sur ses larges muscles, m’étaler sur des draps alors que sa dentelle parcourt mon corps.

Est-ce de la triche que de savoir si ses actions prennent la bonne direction ?

Peut être, mais la triche fait partie du jeu, je ne suis pas mauvais perdant, en réalité je ne perds jamais.
Je suis juste là, à sourire doucement…


Informations IRL

Pseudo : Yun
Âge IRL : 27 ans
Comment avez-vous connu le forum ? : le Dieu du rp me l’a soufflé
Code du Règlement : Ok, by Master.
Qui a créé les Ainokos ? : Ok, by Master Wink


Ainoko Libre
avatar
Ainoko Libre
Tancho "White" Hikari
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t36-tancho-white-ankoku
Messages : 569
Âge IRL : 29
Date d'inscription : 21/04/2015
Multi-Compte : Callum E. Maxwell - Atsuhiko Yume - Eji Meiroo - Momiji Meiroo - Tampopo Pokô - Botan Kagenui - Fumihiro Junsui - Erwin Rosenthal
Actif : Méga-Actif
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Tancho "White" Ankoku 23.04.15 11:11
Hello ! ^^
Et bien, un frangin haut en couleur malgré l'immaculé de sa chevelure Wink

Fiche Validée
"C'est partit pour le Grand Voyage ! Découvrons Migoto tous ensemble !"

Félicitation !
Ton personnage est validé, nous te souhaitons bienvenue sur Migoto no Shima et espérons que tu t’amuseras bien parmi nous !

Afin de commencer à jouer sur de bonnes bases, nous t'invitons à aller recenser ton avatar afin d’éviter de potentiels conflits quant aux images/personnages pour les nouveaux arrivants.

De plus, sache que tu peux aussi réaliser une fiche de suivi RP/Relations ! Pour ce faire, il te suffit de te rendre dans ce forum-ci. Sache que le modèle proposer de codage n'est pas obligatoire, si tu veux faire autrement : tu peux -_^

Pour te lancer en rp, tu peux consulter ou faire ta propre demande de rp dans le forum mit à ta disposition pour cela !
Tu pourras aussi y faire verrouiller tes topics clos, et trouver le code nécessaire si tu désires proposer des prédéfinis à l'administration.

N'hésite pas à contacter le Staff par MP si tu as un problème ou une question.


Le staff te souhaite la bienvenue!
Maître du Jeu
avatar
Maître du Jeu
Le Maître
http://migoto-renaissance.forumactif.org
Messages : 2214
Âge IRL : 25
Date d'inscription : 14/04/2014
Revenir en haut Aller en bas
Tancho "White" Ankoku
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Young Haitian MD named White House fellow
» Can't Blame White People.
» The white countess.~
» Ryan White et Max Pacioretty
» Présentation Remy White [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Migoto no Shima : Renaissance :: Quand s'en vient la Renaissance :: Identités Déclarées :: Dossiers Validés :: Les Ainokos-
Sauter vers: