Juste Toki, ça suffira.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: A la fin, vient la Rencontre. :: Les Mémoires :: Rayon des Identitées
(#) Sujet: Juste Toki, ça suffira. 27.08.16 14:12
Image Présentation 600*200
Tohidetaka Kisakaraba no Rattanakosin

Informations
Année de Naissance : -50. (100 ans)
Genre : ♀ / ⚥
Race : Araignée : Veuve noire.
Statut : Libre.
Métier : "Herboriste/Botaniste" (Comprendre empoisonneuse inconsciente),officiellement bouilleuse d'enfants (Mais c'est presque pas vrai), combattante vétéran à la retraite, veuve éplorée (A de nombreuses reprises) (Oui, c'est un métier), casseuse de pieds et terroriste visuelle, essence de cauchemar et philanthrope inversé à temps partiel.  .
Don(s) :
•  Entoîleuse de compèt' :
Madame Toki (Ou Toki pour les intimes) est une araignée. Comme toutes ces adorables créatures des nuits où on peut pas dormir parce qu'on croit que y'en a une pas loin alors que non, elle est donc capable de produire ce que l'on appelle communément des toiles d'araignées. (Juste que là, ça semble crédible)
Prison infâme dont les fils diaphanes n'ont jamais laissé quiconque s'échapper de son terrible joug impie, elle n'est pas en elle-même mortelle, mais incapacitante, gluante, visqueuse et bien plus solide qu'on ne saurait l'imaginer dans une de ces nuits ou vous savez maintenant de quoi je parle sinon lisez plus haut au lieu de sauter des lignes parce que sinon vous allez rien comprendre tout ça.

Qui ne s'est jamais jeté tête la première, épée en avant, jambe en avant, queue entre les jambes en se disant "Boarf c'est qu'une toile d'araignée." ne s'en est jamais plaint mais n'en est jamais revenu non plus. En effet, quoi qu'il puisse se figer dedans risque bien de l'être pendant un bon moment. (Le temps que la toile se dégrade car laissée à l'abandon ou bien qu'on y mette le feu. Auquel cas, forcément, ça collera moins bien.) Il est tout de même possible de la couper, ou de la déchirer. Il vous faudra un ustensile particulièrement aiguisé et tranchant, voir plusieurs, des fois que vous en perdiez un pendant l'opération, ou une force relativement titanesque pour venir à bout de la viscosité sans vous transformer par vous-même en cocon à force de gigoter.
Tout ceci, bien entendu, sans compter le fait qu'il y'ait un pourcentage important de chance pour que vous éveilliez les soupçon de sa créatrice et qu'elle ne vienne pas vous gratter amicalement le dos à grand coup de papatte crochue dans le dos pour vous apprendre à défaire le travail d'autrui.

Autre problème : Les araignées (Comprendre Madame Toki) peut se déplacer librement sans être gênée d'aucune sorte par l'adhésion forte de ses propres toiles. Elles lui permettent, entre autre, de se mouvoir verticalement, horizontalement, sur divers plans, dans n'importe quelle position saugrenue, voir même la tête vers le bas (Et ce, sans même avoir la migraine) ce qui est quand même bien avantageux. Malheureusement, elle n'en crache pas par la paume de sa main et ne peut se balader d'arbres en arbres tel un gamin en collant bariolé le ferait entre plusieurs grosses structures à la taille démesurément incongrue. Mais là n'est pas la question.

Physiologie adaptative : Pouvoir sournois pour une créature aussi vile et déjà forte inquiétante, Toki possède la faculté singulière de pouvoir modifier certaines de ses caractéristiques physiques et physionomiques.

En effet, elle dispose d'un panel d"évolution" temporaire pour se fondre dans un environnement ou trahir les yeux, les sens d'une personne malavisée. Telle une sirène attirerait les marins libidineux avec son chant suranné de vieille sardine sans sa conserve, Toki est capable de ravir les yeux des désespérés en prenant l'apparence d'autre chose... Mais seulement pour la partie supérieure de son anatomie, ce qui restreint pas mal son champ d'action.

Le scénario se déroule souvent ainsi : Une proie se perd sur le terrain de chasse de la baronne des arachnide, maîtresse des morsures aux genoux et des pantalons souillés par la peur. Elle est là, inconsciente du danger, mais pas très rassurée, car il fait bientôt nuit, que bobonne a préparé le dîner et que gare à son cul si il est pas rentré pour coucher les gosses. Bref, il est là (Vous pouvez pas voir mon doigt sur la carte, mais il est là) et Toki est là, derrière quelques arbres et buissons, dissimulée dans les ombres de la cime des des arbres qui ne laisse filtrer qu'une maigre raie de lumière fébrile, vacillante, prête à s'éteindre et à laisser le monde forestier dans les noirceurs de la pénombre dévorante, laissant le pas aux ombres, aux superstitions et aux rêveries les plus noires dans l'esprit des déjà-condamnés à la mort par mandibules. (Même si elle n'a pas de mandibules)

Toki observe cette proie faible et sans défense (Enfin, en théorie) elle essaie de savoir si il s'agit d'un humain, qui, pour le coup, se serait VRAIMENT paumé, ou un Ainoko. Si il s'agit d'un de ces derniers, elle cherchera à savoir si il appartient à une race particulière si des traits particuliers ne sont pas apparents. Elle tentera ensuite d'adapter la forme supérieure de son corps à une vision attirante, bienveillante et agréable à l’œil de la même ou d'une ethnie proche de la future hypothétique victime.  
Toki se plonge ensuite dans une étendue d'eau (Flaque stagnante dans un trou, un fossé, une tranchée... Ruisseau, lac, ect...) ou dans une cavité (Grotte, caverne...) ou profitant des ombres des bois (Feuillage dense, arbres proches, lianes, famille d'écureuils particulièrement nombreuse...) pour dissimuler son gros cul ses attributs arachnées particulièrement volumineux. D'une voix douce et mélodieuse de camionneuse qui aurait abusé de la nicotine pendant 45 quarante-cinq ans et fluette d'une gracile et fragile demoiselle aussi paumée que la victime, ou d'éphèbe élancé et entièrement épilé (Sauf race canidé, félidé... auquel cas ce serait fort suspicieux...) et fort avenant (Genre sourire colgate) elle attire, donc, disais-je, le malheureux dans ses filets, dans une toile disposée là, au préalable et quasiment invisible sauf si reflet il y'a ou très bonne vue (Genre 10/10 à chaque œil, la nuit et avec un bandeau de pirate sur l'un et un doigt dans l'autre) (Mais bon, ça arrive peu)
La victime, enchantée, ravie, se voit alors prise dans une attrape et Madame Toki fond sur elle. Prise dans la toile ou non, si elle s'est suffisamment rapprochée, il est généralement trop tard et, tractée par la puissance des ses effroyables pattes crochue, déferle sur elle pour s'en emparer.

Il est cependant rare qu'elle tue directement ses proies, sans raison. Elle les écorche, les démène un peu, les secoue, les balance sur une toile proche et laisse la nature faire le reste. Si on veut venir le becter, tant pis pour la proie. Si elle parvient à s'en extirper, elle aura des trucs à raconter ce soir. Si elle se pète un truc en se décrochant... Eh bien elle sera pas à l'heure pour dîner. Car oui, Toki accroche généralement ses victimes tête en bas, bien ficelée (Ou non) et reste pas loin, mais suffisamment, pour voir comment s'en sort la personne concernée. Ce n'est pas du sadisme.
Non.
Toki tue l'ennui comme elle peut. C'est tout.
Puis il lui arrive de se lasser et de s'en aller avant de connaître le résultat. Donc vous voyez, c'est pas quelqu'un de trop trop mauvais non plus. Hein ?

Il est important de noter qu'elle peut copier l'apparence, mais aussi un nombre d'attributs substantiels, comprenant les membres supérieurs, les particularités du visages, les faciès et les rictus associés, l'illusion semble donc quasi-parfaite. Elle peut également reproduire une grande partie des organes internes, externes, liés à une quelconque reproduction.

La "transformation" est temporaire. Plus elle est rapide, plus elle est douloureuse. Il n'est pas rare qu'elle se coince un bâton dans la bouche pour ne pas hurler et donc, éveiller les soupçons. Elle est prise de spasmes violents, de convulsions, se met à baver abondamment. Il lui arrive de se "rater" et de se retrouver inconsciente, voir paralysée pendant plusieurs heures.
Elle est incapable de se transformer dans un espace de quatre à cinq jours. Il est alors inimaginable pour elle de tenter deux métamorphoses dans la même journée.
Toki peut également ne prendre qu'une partie précise. (Visage, si elle s'immerge complètement dans l'eau à l'exception de la tête, par exemple, peut suffire pour attirer les proies les moins suspicieuses... Ou organes reproducteurs, dans certaines circonstances précises...)

Cependant, il est important de noter une chose. Son panel de choix et de variantes est limité à une chose... Sa "consommation" maritale.
En effet, elle ne peut prendre l'apparence, les gênes, les particularités que d'une race qu'elle a... Absorbé... De ses précédents mariages. (Forcés ou volontaires)
Il lui arrive donc encore, si gêne particulier se trouvait sur son sillage, "d'épouser" un mâle de temps en temps pour enrichir son code génétique.

Il est constitué de : Loup, Léopard, Corbeau, Bouc, Renard.)



Psychologie & Physionomie


Toki est une jeune (Oui, oui, dites-lui qu'elle est encore jeune) personne parfaitement équilibrée dans son déséquilibre mental et physique. Sa personnalité est aussi difforme, abjecte et traumatisante que saurait l'être son apparence monstrueuse de créature issue des pires cauchemars distordus et enténébrés d'un esprit maladif partiellement brisé par les aléas d'une vie cruellement dissolue.
En effet, nul ne saurait davantage mettre en garde sur ses intentions malsaines que son corps chitineux et aussi sombre que ses idées les plus noires aux moments les plus bas de son interminable tourment d'existence.

Il n'en reste pas moins qu'il s'agit là d'une femme de principes. Très à cheval sur les horaires, Toki ne rate jamais l'heure du thé, (Qui oscille régulièrement entre seize et dix-sept heures)
Ce qu'elle appelle "Thé" est un breuvage ignoble, parfois presque aussi cristallin que de l'eau, parfois aussi noir que le plus sombre de ses desseins, parfois limpide, parfois pâteux, il n'a jamais le même goût et toutes les caractéristiques de ce breuvage innommable sont définies par les plantes qu'elle ramasse au gré de ses envies lors de ses nombreuses déambulations. Inutile de dire que parfois, ces infusions sont explosives : Plantes urticantes, crampes d'estomac, diarrhées cosmiques, impossible de dire à l'avance le résultat de l'absorption de ce breuvage, tant est qu'elle ne retient jamais la leçon, ne retient pas les propriétés des plantes récemment utilisées et qu'elle n'y connait absolument rien. A force, elle sait lesquelles sont les plus nocives, mais il lui arrive de s'empoisonner encore régulièrement. Un jour peut-être, parviendra-t-elle à s'auto-suicider elle-même par mégarde. Sait-on jamais.

Toujours très classe, distinguée et respirant la féminité comme elle fleur bon l'exotisme, Toki fume la pipe à de nombreuses reprises, en plus d'attirer les convoitises. Non, je ne parle pas de ce genre de convoitises, produite par un physique à faire tourner les esprits (Et non les yeux, dans le cas contraire) et aux arguments de poids, non non... Les convoitises des esclavagistes à la recherche de produits rares, Non pas qu'elle soit fameuse dans le monde entier, par delà les mers, mais il arrive parfois qu'on évoque l'existence probablement hypothétique, pourquoi pas, sur un malentendu que peut-être, il se pourrait qu'il existe, quelque part, des hybrides d'insectes, des trucs monstrueux qui pourraient aguicher les esprits les plus libidineux à la recherche d'envoûtement des sens autrement que dans la fourrure ou les écailles.

Il faut dire que la dame a de quoi étonner. Mesurant pas moins de cinquante de plein pied, (Et elle en a beaucoup... Des pieds.) (Enfin même si ce ne sont pas des pieds, mais vous comprenez l'astuce.) (J'espère.) Elle domine donc, généralement, ses congénères et ses un peu moins congénères que sont les hommes, de toute sa hauteur une fois déployée sur ses trois paires de pattes crochues, d'une couleur ébène aux reflets violacés. Son abdomen, relativement important, est recouvert entièrement, comme ses pattes d'une chitine (Servant de squelette externe) particulièrement résistante. (Mais bon, faut pas y aller comme un sourd non plus, hein.) En réalité, cette apparence est plus dissuasive qu'autre chose. C'est certes, plus solide qu'un gros sac de viande grossièrement raccordé par quelques jointures en os et deux ou trois tendons pour maintenir des muscles flétris en place, mais tout de même, faut pas trop cogner dessus.

La partie supérieure de son anatomie singulière paraît moins effrayante, pour peu que son faciès, trônant à son sommet, ne se fende pas d'un sourire lugubre et inquiétant, semblable à celui qu'arborent les fantômes fantasmagoriques de petites filles disparues dans les bois lugubres et brumeux durant les longues soirées d'hiver.
Si l'on retirait ses deux paires d'yeux supplémentaires, d'une couleur un peu ocre légèrement rosée, son visage ovale et avenant n'est pas désagréable à l’œil. Les traits fins, un nez fin et délicat, légèrement retroussé, des oreilles discrètes, dissimulées par une chevelure relativement courte, n'arrivant pas jusqu'à ses épaules, d'un blanc aux reflets un peu bleutés. Témoins d'un âge certain pour la fraîchement centenaire qui ne prête que peu d'attention à ce genre d'atouts mais qui n'apprécie guère qu'on le lui fasse remarquer. (De toute façon, y'a assez peu de candidats pour ça)

Pour le reste, Toki conserve un corps élancé, svelte, à la peau laiteuse et douce, aux attributs certains. Loin de la rigueur de la chitine... Sauf peut-être pour l'extrémité de ses bras. En effet, ses doigts sont, à l'égard de ses pattes, couverts de cette carapace naturelle et forcément pointus. Elles lui servent de "crochets" en quelque sorte...

Madame Toki, car oui, c'est MADAME Toki pour le commun, et elle y tient, n'a que peu d'interactions sociales avec... L'extérieur, dirons-nous. Vivant à l'écart, reclus d'une société qu'elle exècre et dont elle a été rejeté pour de nombreux facteurs, qui, pour certains, peuvent se comprendre, d'autres lui paraissent bien injustes aux vues des crimes et des bassesses auxquelles se livrent certains "Bien-nés" de cette société hypocrite et superficielle.
Ayant connu la guerre, qui, même si elle n'a que peu duré, a endurci un caractère déjà bien trempé d'indépendance et de franc-parler. Parfois grossière, elle n'en reste pas moins polie et étrangement courtoise, comme si elle avait été bien éduquée. Se prêtant à toutes les formes de courtoisies, de petits jeux de gambettes, de courbettes ou de baise-mains. (Oui, elle est très sensible à ce genre de niaiseries alors qu'elle n'a jamais fait partie de la "haute"... Son petit coté "Bourgeois".) Cependant, ce vernis craque lorsqu'on parvient à l'énerver. (Parler de son âge, de ses origines, de sa grande taille, de sa carapace, de l'irrégularité de ses toilages (Bon là faut vraiment avoir que ça en tête...) du goût douteux de ses préparations à base de plante, sont des sujets à éviter si vous ne voulez pas subir ses foudres et vous retrouver en vrac dans un fossé, avec la tête coincé entre les fesses, deux griffes plantées dans le séant et le slip dans la bouche en plus de vous faire agonir d'insultes diverses et variées. Ou que votre crâne finisse en bougeoir, en butoir de porte, en presse-papiers ou en très élégante tasse à thé.

De manière général, outre le fait qu'elle soit pleine de bonnes manières, Toki n'est pas ce qu'on pourrait appeler "Chaleureuse"... Non, plutôt distante, cynique, parfois mélancolique, elle succomberait aux supplices de l'alcoolisme si il en parvenait jusqu'à elle. Tout ce qu'elle demande, en réalité, c'est un peu d'attention, pourquoi pas, d'affection tout ça. Mais la dame est bien trop fière pour l'admettre et quiconque s'y risquerait de manière peu subtile ce verrait supplicié de toutes sortes de courroux sus-nommés un peu plus haut. (Oui. Vous pouvez les relire. Je vous y autorise.)

Elle entretient une relation toute particulière avec le genre masculin. En effet, très à cheval sur des règles qu'elle s'est elle-même imposée, (Parce qu'elle est complètement givrée) elle ne consomme qu'après le mariage.
Alors qu'en général, on consomme une union en galipettes, puis un bisou sur le front et un soupir satisfait avec une claque sur la fesse droite, dans le cas de Toki ça se finit en fringale, dans les hurlements et la douleur. De par un instinct incontrôlable, après un accouplement dans les règles avec un mâle (Relativement) consentant et un "mariage" dans les règles, Toki s'en prend régulièrement à sa vie et ne la rend jamais. (Sa vie.) Sujet délicat qui est un des facteurs essentiels du rejet de la société à son égard. (Ce qu'elle a du mal à concevoir car pour elle, c'est tout à fait naturel. Il a signé un papier, après tout, comme quoi il s'engageait pour le meilleur, le pire tout ça...)

Il lui arrive cependant d'attenter à l'intégrité physique de tout un tas de gens de manière aléatoire en fonction de ses envies du moment. Plutôt que de vous chahuter, elle en aura après votre minois. Qu'il s'agisse de femmes ou d'hommes. Dans ces cas bien précis, cela ne se finit pas dans le sang, mais c'est souvent pas super romantique. Et elle se soucis assez peu de la douleur, de la peur, des hurlements, des pleurs, des plaintes... C'est comme un état second dont elle ne peut sortir qu'une fois qu'elle est satisfaite et s'en va sans se retourner se morfondre sur son état lamentable et ses mœurs insupportables pour elle qui aimerait tant être respectable. (Ou pas.)

Elle ne porte pas les humains dans son cœur. Mais les pense presque plus légitime que sa race d'hybrides déviants qui sont aussi éphémères que répugnants. Elle n'estime aucun des camps plus que l'autre. Elle se méfie simplement de tout le monde, attendant patiemment qu'on attente à son existence, ce qui arrive régulièrement, ou qu'on parvienne jusqu'à elle pour lui dire "Eh, on remet ça", qu'elle retourne alors casser de l'humain et mettre un terme à cette trêve ridicule qui ne peut se terminer que par une trahison d'un camp sur l'autre. Les Ainokos restent passifs avec un accord grotesque, tandis qu'elle pense qu'il est évident qu'un groupuscule d'humains, ou la nation dans son intégrité, fomente des supercheries pour passer outre les protections anti-magiques des Ainokos pour prendre leur revanche. Auquel cas, ça ne se passerait peut-être pas bien pour eux. Aussi... Valait-il mieux les achever tant qu'ils le pouvaient. Mais ça, c'est trop tard... Maintenant, bien trop de monde se repose sur cette trêve et les bénéfices qu'elle apporte pour penser à mettre un terme à l'humanité.

Toki n'est pas une grande optimiste.

Pour achever le tableau, Toki possède un rire très singulier, parfois sardonique (C'est pas vulgaire ce que je dis) grave comme une pierre tombale d'un jour de pluie lorsqu'elle tente de se "maintenir". Autrement, il s'agit plutôt d'un grincement strident de hyène enrouée très disgracieux, proche de ce que l'on pourrait imaginer provenir des gorges de vieilles sorcières de contes pour enfants.



Biographie


"Je promets, c'est la première fois que je le tue, je recommencerais pas !"

Telle fut la défense qui, étrangement, ne pris pas. Madame Toki dû s'enfuir, chassée par les siens, par son propre peuple à cause de mœurs jugées contre-nature... Alors qu'elles font partie intégrale de sa nature à elle. Elle, qui, autre fois, avait servi son peuple donnant sa sueur, son sang, sa rage, dans une guerre qui ne dura que quelques instants dans une vie qui lui parut après ça, interminable.
Nulle personne, n'avait osé lui imposer pareille trahison. Elle ne sut comment se justifier, comment tenter d'expliquer, on lui avait tourné le dos ce qu'elle pense être à jamais.

Toki s'enfuit. Elle y parvint. Alors qu'on voulait l'emprisonner. Pourquoi pas la condamner à mort. Après tout, c'est vrai. Elle avait dévoré son mari pendant la nuit. Mais y'avait-il vraiment matière à en faire toute cette histoire ? Elle qui n'avait jamais fait de vague, elle qui n'embêtait personne, qui se contentait simplement d'être elle-même.
Bon, il faut dire aussi que ce n'était pas spécialement la première fois, disons que... C'est à force de disparitions que les soupçons se sont éveillés.

Désormais bannie de la société, Toki dû s'adapter durement aux aléas du temps, de la nature. Revenant aux fondamentaux, dormir aux cotés des petits oiseaux, dormir par terre, dans des grottes, ou sur un arbre suffisamment large pour la contenir dans son intégralité, faire ami-ami avec les habitants de la forêt, éviter les autres sauvages qui le sont restés depuis trop longtemps...

Après tout, pourquoi ne pouvait-elle espérer temporiser puis revenir à la civilisation ?

L'occasion ne se présenta cependant jamais...

Censément, la Nature avait un avatar. Une déesse en qui les sauvages croient avec ferveur. Il n'en était rien pour cette créature désabusée qui ne demandait qu'à rentrer dans son foyer. Leur relation resta essentiellement mondaine. Toki ne la bafouait pas, elle ne mettrait donc pas le feu délibérément aux arbres pour manifester son mécontentement ni n'homiciderait sans vergogne ses protégés et en échange, leurs interactions restaient purement courtoises. Histoire de faire bonne figure devant un farouche partisan de la gardienne des bosquets, des petits ours et des orties qui vous gratte l'arrière-train pour peu que vous n'ayez rien trouvé d'autres pour vous essuyer, Toki mimait parfois avec nonchalance cette ferveur dérisoire dont ils faisaient preuve. Toujours est-il qu'elle n'y croyait guère davantage et ne voulait être ennuyée avec ces incongruités.

Plus les années passaient, plus elle devenait aigrie. Il faut dire que les Hommes la fuyaient un peu, ses congénères pas forcément plus brillants. Censément ouverts d'esprits, tolérants, les insectes avaient plus de mal à se faire accepter. Sauf ces saloperies aux ailes diaphanes qui, comme leurs congénères de plus petite taille, devraient songer à être éphémère, histoire qu'ils apprennent une sorte d'humilité en se pavanant un peu moins. Difficile de trouver des adorateurs d'arachnides, même chez les Ainokos.

Pour assouvir ses soifs inextinguibles, car à force de privation un moment, ça lâche, Madame Toki se mit à traquer des proies. Des humains un peu aventureux, quelques hybrides un peu perdus. Au début, sa conscience la tiraillait et ces... Interventions étaient espacées de longs mois de vide, d'abstinence et de perdition à tenter de calmer ces ardeurs dans l'élaboration de règles de vies strictes, d'horaires de vie fixes (Pour rester à peu près dans les clous d'une vie en ville et ne pas succomber à la folie et la déchéance des vies en ruralité extérieure et pour ne pas devenir complètement cintrée) et de tout un tas de principes complètement farfelus. Seulement voilà, des fois le vernis craque et... bah oui, justement, crac. Au fil des années, elle s'y fit et cela devint tolérable, puis acceptable. Elle vivait de mieux en mieux avec cette façon d'être, acceptant également peu à peu cette sauvagerie qu'on ne saurait toléré en milieu urbanisé.

Plus le temps passait, plus elle devenait une parodie d'elle-même, de ce qu'elle avait cherché à esquiver, à éviter d'être tout sa vie : Une araignée. L'essence des cauchemars nocturnes, une ombre parmi les ombres, fantasme des nuits sans sommeil... Bientôt, faire peur devenait un jeu, traumatiser une raison de vivre. Tuer n'était pas son but premier, ni une finalité. Instiller la peur, oui. Faire parler d'elle en ville, en quelque sorte. Cela l'amusait, lui donnait une nouvelle raison de vivre.

Après soixante ans passés en pleine nature, loin de tout et près de rien, Toki se contentait de vivre au jour le jour, sans se soucier de rien ni de personne. Pourtant, au fond d'elle, elle n'attendait qu'une seule chose. Qu'on la brave, qu'on vienne briser son quotidien. Retourner à la guerre, pourquoi pas... Qu'on l'affronte, qu'on lui tienne tête. Qu'on ne s'oublie pas devant elle, qu'on lui fasse peur, pourquoi pas. Qu'on la repousse dans ses derniers retranchements...

Qu'on la fasse se sentir en vie.

Mais en attendant... Elle se contente de tisser sa toile, là où bon lui semble, pour capturer ceux et celles qui pourraient lui procurer un peu de satisfaction en hurlements et en supplications déformées par la terreur de finir dans une bedaine.


Informations IRL

Pseudo : /
Âge IRL :  23 ans.
Comment avez-vous connu le forum ? : Sur internet.
Code du Règlement : On est là pour s'amuser.
Qui a créé les Ainokos ? : Taisha.


Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Juste Toki, ça suffira. 27.08.16 17:30
Bienvenue et joli choix choix de vava







je parle en #cc6600

Spoiler:
 
Ainoko Libre
avatar
Ainoko Libre
Jun'ichiro Kaiinu
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t445-jun-ichiro-kaiinu
Messages : 958
Âge IRL : 34
Date d'inscription : 31/07/2015
Multi-Compte : Hanae Umako, Idriss Ad-dîn , XiaoLi Huang, Ai yume
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Juste Toki, ça suffira. 27.08.16 18:05
Hi ^^

Alors, il y a quelques passage à revoir pour une validation. ^^
Citation :
Censément, la Nature avait un avatar. Une déesse en qui les sauvages croient avec ferveur. Il n'en était rien pour cette créature désabusée qui ne demandait qu'à rentrer dans son foyer. Leur relation resta essentiellement mondaine. Toki ne la bafouait pas, elle ne mettrait donc pas le feu délibérément aux arbres pour manifester son mécontentement ni n'homiciderait sans vergogne ses protégés et en échange, leurs interactions restaient purement courtoises. Histoire de faire bonne figure devant un farouche partisan de la gardienne des bosquets, des petits ours et des orties qui vous gratte l'arrière-train pour peu que vous n'ayez rien trouvé d'autres pour vous essuyer, Toki mimait parfois avec nonchalance cette ferveur dérisoire dont ils faisaient preuve. Toujours est-il qu'elle n'y croyait guère davantage et ne voulait être ennuyée avec ces incongruités.
C'est sympa de reprendre ce que je t'ai dit pour le fait qu'Arano est vénérée, même par les Sauvages. Néanmoins, dans ce texte, je lis que ton personnage ne la vénére pas du tout. Aussi, j'imagine que les autres dieux non plus. Pourtant, les ainokos sont relativement "obligé" de croire. Car les dieux sont réels, tangibles, visibles.
Bon, ils se mêlent rarement des affaires des gens, mais on peut parfois avoir la chance d'apercevoir Arano dans la forêt...ou Seisui dans le Seikimi. Et la grotte interdite du volcan, tout le monde sait qu'elle mène à la prison de Tsuku et qu'il faut mieux éviter d'y aller si on veut pas finir rôti ^^" lol
Alors, je n'ai rien contre un ainoko "non-croyant" mais : il me faut une justification. Car ce n'est pas du tout un peuple où le concept même de "Athée" ou de "Non-Croyance" existe. Depuis toujours, ils peuvent entendre parler de manifestation divine. Et l'éducation se fait en majorité au Temple. Donc voilà, peut-être reprendre ce petit paragraphe ? ^^

Citation :
Après soixante ans passés en pleine nature, loin de tout et près de rien, Toki se contentait de vivre au jour le jour, sans se soucier de rien ni de personne.
La guerre ayant commencé et fini en l'an 00...et le forum étant en l'an 50, je pense que le terme "cinquantaine" correspond plus non ? Surtout si elle a été soldat à la guerre Wink

Enfin, le dernier point concerne son second Pouvoir.
Citation :
La "transformation" est temporaire. Plus elle est rapide, plus elle est douloureuse. Il n'est pas rare qu'elle se coince un bâton dans la bouche pour ne pas hurler et donc, éveiller les soupçons. Elle est prise de spasmes violents, de convulsions, se met à baver abondamment. Il lui arrive de se "rater" et de se retrouver inconsciente, voir paralysée pendant plusieurs heures.
Elle est incapable de se transformer dans un espace de quatre à cinq jours. Il est alors inimaginable pour elle de tenter deux métamorphoses dans la même journée.
Toki peut également ne prendre qu'une partie précise. (Visage, si elle s'immerge complètement dans l'eau à l'exception de la tête, par exemple, peut suffire pour attirer les proies les moins suspicieuses... Ou organes reproducteurs, dans certaines circonstances précises...)

Cependant, il est important de noter une chose. Son panel de choix et de variantes est limité à une chose... Sa "consommation" maritale.
En effet, elle ne peut prendre l'apparence, les gênes, les particularités que d'une race qu'elle a... Absorbé... De ses précédents mariages. (Forcés ou volontaires)
Il lui arrive donc encore, si gêne particulier se trouvait sur son sillage, "d'épouser" un mâle de temps en temps pour enrichir son code génétique.

Il est constitué de : Loup, Léopard, Corbeau, Bouc, Renard.)
Ce passage notamment. Alors, qu'elle puisse "changer de forme" sur le haut du torse je suis d'accord. Mais plus soit un don de Transformation animale complète (donc, 100% araignée) soit il s'agit d'Illusion et non de Transformation. Car un ainoko, s'il peut se transformer partiellement ou entièrement : c'est uniquement en son animal "totem" nous dirons. Cela ne peut pas être en un autre ainoko ou une autre personne. Ce genre d'aptitude, sur Migoto, serait plus de la magie que du pouvoir ainoko.
De plus, cette notion de se transformer en ce qu'elle mange...Ben, quant on sait que le principe même de la transformation n'est as possible : on comprend que la chose ne l'est pas non plus. Après, en illusion, y'a pas de soucis.

Une illusion "Morphique" de ce genre, on a déjà accepté des persos avec ce type de don.

Voili, voilou !
Maître du Jeu
avatar
Maître du Jeu
Le Maître
http://migoto-renaissance.forumactif.org
Messages : 2271
Âge IRL : 27
Date d'inscription : 14/04/2014
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Juste Toki, ça suffira. 27.08.16 19:52
*apparaît sur une branche en hauteur pour observer la belle*

Quelle jolie tisseuse fort sulfureuse et certainement dangereuse ! Bienvenu, ma tendre, parmi nous humbles deux pattes ! Veuillez m'excuser si je vous envoie mes embrassades de si loin, je suis certes subjugué par vos écrits mais je me méfie !

Bon courage pour les modifications, et pour votre validation ! Au plaisir, chérie, au plaisir ! (l)


All it takes it one bad day to drive the sanest man alive to lunacy. That's how far the world is from where I am...

Just one bad day.





Wanna try, darling ?


Dokeshi susurre en #6E123E.

Merci à Sheila pour l'avatar <3 !
Ainoko Libre
avatar
Ainoko Libre
Dōkeshi
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t1285-dokeshi-do-i-really-look-like-a-man-with-a-plan-en-cours#35228
Messages : 145
Âge IRL : 25
Date d'inscription : 16/07/2016
Multi-Compte : Rengu Kokuren - Svein Lothbrok - Ruby - Hiniku Yamamoto
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Juste Toki, ça suffira. 01.10.16 14:19
Fiche Refusée
"Nous avons dit "Non". Nous avons dit ce qui devait être changé...Pas de réponse, soit."

Bonjour.

J'ai le regret de t'annoncer que nous refusons ta fiche.
Il y a de cela 1 Mois, nous t'avons fait part des erreurs concernant ta fiche, que tu devais changer pour pouvoir prétendre à la validation.

Or, depuis, nous n'avons pas eut de nouvelles concernant les modifications liées à cette fiche, ou ton avis/choix sur les idées faîtes afin de te permettre de nous rejoindre.

En raison de cela, nous nous permettons de refuser ta fiche et ton personnage parmi nous, et nous allons archiver cette-dernière.

Nous supprimerons aussi ton compte ce Lundi 3 Octobre 2016, si tu ne donnes pas de signe de vie concernant ce refus, ne fut-ce qu'en proposant une nouvelle idée de personnage.

Cordialement,
Le staff.
Maître du Jeu
avatar
Maître du Jeu
Le Maître
http://migoto-renaissance.forumactif.org
Messages : 2271
Âge IRL : 27
Date d'inscription : 14/04/2014
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Juste Toki, ça suffira.
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Juste Toki, ça suffira.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Gérard Jean-Juste janbe kafou a
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Juste pour rire
» photos du chariot de guerre ( juste monté )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Migoto no Shima : Renaissance :: A la fin, vient la Rencontre. :: Les Mémoires :: Rayon des Identitées-
Sauter vers: