Dōkeshi || Do I really look like a man with a plan ? [terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Quand s'en vient la Renaissance :: Identités Déclarées :: Dossiers Validés :: Les Ainokos
(#) Sujet: Dōkeshi || Do I really look like a man with a plan ? [terminée] 16.07.16 17:44
Image Présentation 600*200
Dōkeshi

Informations
Année de Naissance : An 03. (47 ans)
Genre :
Race : Taïpan du désert

Statut : Libre
Métier : Contracteur.
Don(s) :

Mains de Veritas || On cache tant de choses en nous si amusantes à dévoiler et découvrir, ce genre de choses qui fait de nous des proies faciles, des cœurs à poignarder. Les mains de Dōkeshi sont les plus à même de tourner certaines pages pour se délecter de leur contenu. La main gauche découvre ce qui vous est le plus précieux. La main droit dévoile ce que vous désirez de plus interdit. Peut-être que même vous, vous n'en avez conscience, et c'est le plus amusant dans l'histoire. Mais pour obtenir des vérités, il faut se rapprocher, il faut un contact peau contre peau, quelle difficulté... On ne risque pas de s'ennuyer !

Téléportation || Dōkeshi ne peut se téléporter sur de longues distances, il peut apparaître, disparaître aléatoirement sur une superficie de 20m² environ. Il aime utiliser ce don pour des effets théâtraux lors de ses réflexions et discours alambiqués. Tel un cheshire cat, il apparaît sur une poutre pour, une seconde plus tard, déposer ses mots vicieux à votre oreille. Apparition. Disparition. Il s'en amuse délicieusement, tel un jeu bon enfant. Le souci est que ce jeu peut devenir sanglant : s'il se téléporte dans un objet en mouvement ou immobile eh bien... Il meurt transpercer, ou agonise un long moment. Mais ça, notre serpent, ça ne le fait que rire éternellement.



Psychologie & Physionomie

« Monsieur, madame, je crois qu’il serait de bon ton de détourner le regard car ma merveilleuse laideur saurait s’offenser de votre rude curiosité ! Mais comme je vous connais que trop, je sais à quel point vous lisez encore ces lignes, ces mots, imaginant ma voix dans la connotation que vous souhaitez. Je me demande si elle vous est enfantine, ou au contraire, d’un ténor grave et raisonnant dans votre cœur. Peut-être est-elle perçante et sifflante, cheminant entre vos pensées, s’éteignant à chaque fin de phrase. L’imagination est la plus belle des choses : elle est l’arme du feignant, la précieuse sauveuse du rusé ! Et concevons-le, mes chéris, je suis un fin renard sous mes belles écailles. Mais loin de moi l’idée de me prétendre chimère ! Seulement, pardonnez mon sourire... Je suis amusé par la situation présente ! Vous n’avez qu’à lire, lire et imaginer tout ce que je peux penser. Et alors ? Je n’ai plus rien à faire, si ce n’est vous observer, vous examiner, et vous connaître de part en part. Car à force de vous créer cette image dans votre âme de ma personne, il m’est tellement plus facile de vous atteindre, de vous effleurer de l’intérieur. Alors, mes chers et tendres, laissons le jeu commencer et nous sustenter, qu’en pensez-vous ? »

D’aussi loin que je me souvienne, d’aussi proche me fut-il malheureusement possible de l’approcher, Dokeshi a toujours été ce serpent vil et rusé. A sa seule différence comparés aux autres renards et sauriens rampant dans la ville, il ne cherchait guère à le cacher. Dokeshi a toujours eu ce sourire, fin et mauvais, joueur et d’un enfantisme pervers. Il est le bouffon de sa propre farce, créée de ses doigts et de son imagination pour mieux nous y accueillir. Il est méprisé, craint, et tant d’autres. Et son sourire, lui, ne disparait pas. Car il n’aime ni ne déteste les pensées des autres ; il est ce qu’il est, un regard en coin, un sourire mal avisé, une langue sifflant à notre oreille, une pensée empoisonnée.

On compte un nombre incalculable de calculateurs et de menteurs sur cette île. Dokeshi est un hypocrite, oui, mais un hypocrite qui m’a toujours effrayé par sa nature. Car sa nature, elle, ne nous atteint pas. On aura beau se méfier du bouffon chanteur, notre instinct ne s’alarme pas de sa présence comme il le ferait lorsqu’un évènement survient. Il est capable de s’approcher, de ce pas dansant et burlesque, sans que rien ne nous avertisse. Et pourtant… On se méfie. On se méfie de cet esprit qui adule serpenter dans le nôtre, trouver les failles, les agrandir, trouver les murs, les épaissir, observer le comportement face à ses actions.

Ricanant, susurrant, s’exclamant, théâtre de mouvements, de pas de danses et d’expressions faciales aussi aléatoires qu’étrangement préparées, Dokeshi sait se faire entendre et parler. Il tourne, il saute, il disparaît, il apparaît, il effleure, il ricane, il cherche, il trouve. Car dans ces bouffonneries serpentines, le saurien sait ce qu’il souhaite, ce qu’il veut emprisonner dans ses griffes adroites.

Et le voici, les faisant cliqueter sur la table tout en observant de ses yeux sauriens le savoir sur nos faciès. Il aime analyser, dévorer les expressions et ressentir leur goût unique à ses papilles. Il aime parler, parler, viser, tirer en plein coeur les choses qui nous blesse, les enchaîner et s'en servir. L'enfant est aussi cruel que l'adulte. Dokeshi peut tant se montrer sérieux qu'immature dans sa façon d'analyser les êtres. Et ô, ces jeux sociaux sont aussi appétissants pour lui qu'effrayants pour nous. Car Dokeshi est si doué pour deviner, assujettir un esprit et le connaître qu'on le croirait béni de Youkou. Lui, l'homme capable d'arriver à une réunion importante, non invité, sur un cheval de bois pour enfant. Après tout, le chaos est plus tentateur que le pouvoir, à ses yeux scintillants.

Ô, suave Dokeshi, le plus possessif des hommes, le plus jaloux, le plus enfantin. Cruel tel un enfant, il ne s’amuse à tuer, il s’amuse à changer, à influencer, et à observer les conséquences de ses actes, sans ressentir le moindre regret. Imprévisible, aussi fou que lunatique, Dokeshi est capable de créer un monde pour son jeu, pour ses joueurs, pour ses envies. Lesquelles ? Telle est la mystérieuse question sur ce personnage aux milles travers, aux milles couleurs, à la profonde et dérangeante passion pour les jeux et leur saveur. Il est le bouffon connaissant trop de choses, la mauvaise herbe parmi les fleurs, l’amuseur parieur de sa propre existence. La vie est un jeu pour lui, surtout la nôtre.

« Je suis tel un chien qui court après des voitures ; je ne sais pas ce que je ferais si j’en attrapais une ! Mes envies sont aussi chaotiques que changeantes. Je ne suis qu’un excentrique qui aime s’embarquer dans la difficulté et les choix cornéliens ! L’impossible est bien plus tentant que le possible, pourquoi s’enfermer dans des carcans préconçus lorsqu’on peut les éclater tels des ballons de baudruche ? Mh ?... Mh ? Laid, mauvais, suave, original, ignoble, pustule. Je me sais bien bas dans vos âmes, car je me suis joué de vous, ou plutôt, vous vous êtes joué de vous-mêmes. Que je sois bien informé sur votre personne est un fait anodin… Je ne suis pas le fautif, dans l’histoire, mes chéris. Vous l’êtes, pour me laisser observer vos secrets les plus fabuleux. Je ne propose qu’un contrat, je ne fais que sustenter vos tentations affamées. Je ne suis qu’un humble contracteur, mes chéris… Un humble et poli contracteur, hihi ! »

Ses pas dansaient sur le marbre, emprunt d’une rythmique délurée, dynamique. Il avait cette démarche des petits princes et des mendiants. Ses pieds étaient deux danseurs d’un bal costumé, entourés de ses manteaux colorés, de ses gestes burlesques. Dokeshi avait la souplesse d’un serpent, mais aussi celle d’un joyeux luron. Il avait cette façon de se mouvoir aussi fascinante qu’hypnotique, aussi agaçante qu’ironique.

Il semble enfant dans le corps d’un petit grand. Et pourtant, du haut de son mètre soixante-deux, Dokeshi n’affichait jamais respect, effroi ou crainte dans ses iris étincelantes : il était trop fou pour cela. Il termina son tour, ses talons claquant l’un contre l’autre telle la ponctuation d’une phrase silencieuse. Et son index, à la griffe amoureuse, embrassa ses lèvres minces, son dos incliné, ses yeux brillants. Ils arrachaient un frisson, autant que son visage masqué. Il est serpent plus que renard, à n’en point douter. Deux grands yeux jaunes dont les pupilles longilignes ne cessent de glisser d’un visage à un autre, prêtes à gober toute faiblesse démontrée.

Il a l’air si enfantin, c’est le pis, chez lui. Petit, mince et s’habillant de couleurs chatoyantes, son visage garde la finesse d’un innocent, entachée par toute la folie du personnage. Chacun s’écœure en le voyant arriver, car plus que cette réputation, Dokeshi reste dans les mémoires comme celui qui tracasse, comme celui qui cache, comme celui qui sait et peut dire nos moindres secrets. Ses cheveux d’un blond platine bouclent autour de son visage au menton pointu. Mais personne n’a vu ses joues, et personne ne souhaite observer son museau. Un masque de fer à l’effigie de Tsuku. On peut imaginer sous la beauté de l’art, toute la laideur de l’être. Brûlé, purulent, puni pour un acte qu’aucun ne connait mais que chacun imagine. Dokeshi n’a jamais été vu sans ce masque, car il est tout simplement dit que même lui ne peut l’enlever. Seules ses lèvres intactes s’étirent, dévoilant ses canines dont le poison terrible est assoupi, dévoilant durant ses discours, cette langue fourchue de serpent sinistre.

Taïpan est-il, taïpan il restera. Car sa finesse de corps prouve que la rapière à son côté est plus décoratrice qu’utile, Dokeshi s’arme de breloques et d’écailles d’une nature dont on ne doute guère. On ne veut le voir nu, il est trop laid. Les écailles aux reflets bleutés dévorent son dos autant que ses avant-bras, et restent seules connaissances de sa personne et des prostituées qui veulent bien l'accepter. Quant au reste, il est aussi humain que vous et moi… Aussi humain peut-on qualifier un fou tel que lui.

Cauchemar enfantin il rappelle, violence et mystère. Il est ce que la décadence peut faire à un Ainoko parfaitement sain, il est la parfaite progéniture du vicieux et de l’intelligent. Il est ce bouffon plus laid que charmant, plus charismatique qu’innocent.


Biographie



La rue grouillait, vomissait des flots de jambes et de faciès. La rue serpentait, invincible, se remplissant à jamais de ces visages terribles. Les étales se faisaient nombreuses, autant que les bousculades et les détritus écrasés au sol, ignorés, aussi délaissés que les esclaves mourant au coin du trottoir.  Les pavés étaient assaillis de pas continus, de pieds aussi sales que richement vêtus. Le ciel ne cachait en rien le soleil pesant de l’été, et les toitures n’offraient qu’une parcelle d’ombre pour les plus faibles et endeuillés.

Faiblesse, un mot qui n’aidait en rien dans les bas fonds. Une condamnation à mort dans ce lieu trop plein. Rien ne retenait l’attention, pas un visage, pas une silhouette. Dans ce capharnaüm comparable à un amas de vaches beuglant et de poulets pialant, il régnait un vide. Rien n’existait dans cette inondation d’existences. Aveugles étaient ceux qui regardaient, sourds ceux qui entendaient, muets ceux qui gémissaient. Car rien ne venait à l’oreille, aux yeux et à la voix de la foule. Car la foule bruyante n’était rien d’autre qu’un animal sans réflexion condamné à l’abattoir.

Et puis, là, juste au milieu des gens passants, se bousculant et s’injuriant, il apparût. Ainsi, dans un clignement de paupières, telle une poussière venant s’inviter au coin de notre iris. Il était là. De l’inexistence, il était né, un inconnu devenu connu. Petit, masqué, souriant. Les mains jointes dans son dos, le regard rivé au nôtre, sans ciller. Un immense sourire se cachait sous son masque. La preuve de son apparition résidait dans ses prunelles rieuses sachant que trop de choses.

La foule passait autour de lui, sans le regarder, et pourtant l’évitant. Rien ne le touchait, rien ne le sentait. Le bouffon semblait fantôme que seul nous pouvait remarquer, à notre grand regret. De l’inexistence, il en vint notre cœur battant. Il battait, battait et battait à tout rompre à sa simple vue. Ce n’était plus la foule qui rendait sourd, mais bien ce tambour de panique à l’intérieur du cerveau et du cœur. Car de rien, Dokeshi était apparut.

De la foule, Dokeshi était né. Des détritus, des mugissements, des piaillements, des hurlements, de la vache à la volaille, de l’amas était sorti un individu dont on ne savait rien jusqu’alors. Dokeshi apporte l’angoisse, car à partir de ce point, de ce point seulement… Il exista. Au-delà, il n’existait pas. Ce qu’était Dokeshi, aucun n’en sut rien. Telle une magie occulte, le bouffon dans sa maisonnée, dans ses drapés et ses contrats, se mit à danser sur cette page de l’histoire, un sifflement au coin de la lèvre.

Dokeshi est ce frisson dans notre nuque, la langue fourchue sur notre peau. Il est ce qui n’existait pas, ce qui apparut, dans cet ironique claquement de doigt.

_________________________

Il effaça d’un mouvement de langue fourchue le sang sur sa lèvre rompue. Ses yeux frillant de bien des désordres, observaient avec une crainte non feinte les mâchoires serrées de son cher ami. Ami, mot tout aussi ironiquement utilisé qu’était usée la page que je vous décrite. Chers et tendre, comme dirait notre vicieux, voici à vos yeux ébahis, le plus maigrelet des Dokeshi, et le moins fou de l’histoire.

Il était jeune, ou peut-être assez vieux ? Il était l’arnaqueur de bien des malheureux. Néanmoins, comme tout renard à la fourrure devenue que trop voyante, il se fit attraper par le fermier dont il a osé voler la mauvaise poule. Et Dokeshi se retrouva ainsi, le visage sanglant, les jambes ballantes dans le vide tandis que deux molosses le retenaient par les épaules fermement, comme par crainte qu’il puisse se glisser d’entre leurs doigts.

« Visiblement, t’aimes penser être le fin renard de l’histoire, hein ? »

Dokeshi étira un demi sourire rieur, il n’était pas fou, mais était si orgueilleux. Malgré la crainte dans le creux de ses iris mordorés, Dokeshi faisait le fier. La douleur transperçait ses côtes, et pourtant il continuait de ricaner.

« Oh monsieur, je ne suis qu’un humble commerçant serpent, point un renard trop bavard ! »

Pour le faire taire, l’un des deux Ainokos envoya son poing avec un plaisir non caché dans l’estomac de l’écailleux. Ce dernier vomit quelques restes de repas, pour mieux hoqueter de douleur. Silencieux, l’individu semblant être le fermier à ne point emmerder, se rapprocha du feu de sa chaumière.

« Tu croyais vraiment pouvoir te faufiler entre mes doigts ? » demanda-t-il sans attendre une quelconque réponse. « Tu croyais vraiment que dans Tsumi, tu allais pouvoir t’échapper… ? »

Dokeshi ne répondit pas. Il n’était pas courageux, certainement pas téméraire. Le saurien levait juste ses iris malgré tout flamboyantes vers son interlocuteur. Ce dernier effleura les cendres encore crépitantes de ce feu digne de ce dieu.

« J’ai bien réfléchi à comment te punir, et je me suis dit que te tuer serait futile, t’es encore utile. Mais juste te bastonner ne servira à rien. T’es assez stupide pour faire la même erreur. Puis j’ai eu une idée. »

Sa main se leva, attendant qu’un des hommes caché dans l’ombre y dépose un masque décoré, en fer, à l’effigie de Tsuku. Le grand fermier fixa ce renard immobile, puis le lança dans le feu, observant le fer chauffer.

« Tu joues trop avec le feu, Dokeshi. A un moment donné, tu vas finir par te brûler. »

Et sans un autre mot, les deux molosses attrapèrent ce visage si enfantin aux yeux écarquillés. Une tige en fer récupéra le masque, pendant que ce doux fermier enfilait des gants de forgeron. Dokeshi se débattit, le cœur battant. S’il faisait tant le fier, la rationalité lui disait désormais le contraire.

« On peut… On peut s’arranger ! … » Commença-t-il à déblatérer.

Qu’importe ses sentences et suppliques, le fermier avançait. Et le fer brûla la chair de Dokeshi, si fort qu’il s’en évanouit. Mais le fermier ne lui laisserait pas ce répit. Alors il le frappa pour l’éveiller et l’entendre hurler. Son épiderme se cautérisait et s’effilochait. Ses yeux s’écorchaient de cette scène tandis que ses joues bien tendres se voyaient dévorer par le plus affamé des êtres. Tsumi se para du plus beau des cris, cette nuit, accouchant de la plus belle des folies.

_________________________

« Tout ce qu'il faut, c'est un mauvais jour pour conduire le plus sain des hommes à la plus tendre des folies. C'est à cette distance que le monde se trouve, de là où je suis perché... Juste un mauvais jour. »

Et plus ses paroles glissaient sur sa langue fourchue, plus son corps disparaissait de l’iris pour danser sur un coin de son regard. Dokeshi croisa ses jambes sur la poutre de cette immense maison dans laquelle il avait élu domicile. La pièce ne respirait pas, confinée et noyée d’objets plus étranges les uns que les autres. Le tic tac de quatre horloges rythmait ses propos et le cœur battant de son interlocuteur. Ses yeux perçants semblaient seule source de lumière dans la nuit de ce domicile.

« Je ne comprends rien à vos propos, vous êtes bien fou ! »

Le regard du reptile se retrouva à deux centimètres de l’homme aux lèvres tremblantes.

« Un fou à qui vous quémander un service, mon chéri. Alors qui est le plus fou de nous deux, mh ? »

Ses canines claquèrent au visage de l’hybride qui frissonna de dépit. Dokeshi réapparut sur une table, faisant glisser au sol avec la nonchalance d’un chat, les objets du pied.

« Vous n’êtes pas le premier à me traiter de fou, ni le dernier. Et comme le premier vous serez dernier, et le dernier d’un contrat remplissant moult rayons de ma caboche… TSUKI. DU THE… Et comme eux avant vous, vous avez besoin de ce contrat plus que moi. Maintenant à savoir ce que vous avez le mieux à donner en échange d’un service tellement terrible à demander que vous venez à ma porte. Mais ça, mon chéri, vous n’êtes encore ni le premier ni le dernier ! Malgré ma réputation vous êtes venu, et ça, ça, ce n’est pas du courage comme vous pourriez vous réconforter à cette idée. Non, c’est de la pure et simple couardise, mon premier dernier ! Ai-je raison ? »

« Vous êtes décidément fou… »

« Vous vous répétez très cher, vous vous répétez. Quel ennui, quelle tragédie ! »

La tasse amenée par l’ainoko au regard vide, glissa sur ses lèvres, faisant grincer le métal de son masque. Il but goulument le contenu avant de redonner la tasse au mannequin vivant. L’homme sentit sa gorge se serrer, à la vue de cette femme autrefois bien vive, trop vive aux yeux du bouffon.

« Avons-nous un marché, monsieur dernier premier ? »

« J’ai besoin de garantis. »

« Oh croyez-moi, vous en avez une dans cette pièce. »

Dokeshi titilla d’une griffe joueuse le menton de cette pauvre chose, sa langue fourchue pourlécha le masque.

« Votre victime sera aussi morte à l’intérieur qu’elle ne l’est. Dès lors, votre mortel ennemi qui n’a su faire son travail, en aura le cœur brisé. Un pauvre légume en guise de fille… Quelle tragédie ! Il ne reste qu’à vous de cacher vos traces. »

« … Quel est votre prix ? »

Dokeshi se frotta le menton, puis il pointa de ses doigts glissant la broche sur le beau manteau du contractant. Ce dernier, décontenancé, la lui tendit. Il l’attrapa d’un geste vif et sortit de ses atours une fiole au liquide noir qu’il lâcha dans la paume de l’Ainoko. Son regard, désormais, ne se posa plus sur ce dernier.

« Pourquoi cette broche ? On m’a dit que vous preniez le plus précieux de nous. »

« Elle est jolie. » Il ne répondit pas à sa dernière affirmation.

D’un claquement de doigt, il congédia son esclave. D’un claquement de pied, il pendait sur sa poutre préférée, la tête à l’envers, son regard fasciné par le rubis scintillant de l’accessoire.

« Puis-je demander comment vous êtes arrivé à un tel résultat ? » demanda l’Ainoko, un pied déjà au dehors de la pièce.

Dokeshi haussa les épaules : « J’ai fait joujou. Maintenant va mon chéri, fâner une vie... Hihi ! »

La porte close, Dokeshi lécha ses canines produisant son venin, si précieux venin. Sa cave regorgeait de jouets, mais aussi de ces fioles où il s’amusait à mélanger tant de substances avec son propre engin de mort. Un passe-temps après d’autres anciens. Chasse, peinture, petits trains, collection de timbres, mélanger les papiers peints, couture, menuiserie… Et s’il se mettait à la taxidermie tiens ?

Trois jours plus tard, un Ainoko aux traits fatigués et aux yeux rougis franchit cette même porte. Il observa alors le dos du petit homme que l’on méprisait tant, avec détresse.

« J’ai besoin de votre aide… Ma fille… Je crois que les dieux lui ont jeté un sort… Je ne sais plus quoi faire. »

Dokeshi étira un mince sourire vicieux, ses yeux débordant d’un plaisir malsain. Il fit tournicoter son talon pour se retrouver face à son nouveau contractant.

« Monsieur le juge, quelle histoire ! Et si nous voyions les termes du contrat, n’est-il pas ? »

Ce sourire rendait ses blessures terriblement douloureuses. Une souffrance si vivifiante…


Informations IRL

Pseudo : Jabberwocky !
Âge IRL : 22 ans
Comment avez-vous connu le forum ? : Je suis déjà membre héhé
Code du Règlement : On est là pour s'amuser !
Qui a créé les Ainokos ? : La déesse mère bien entendu.




All it takes it one bad day to drive the sanest man alive to lunacy. That's how far the world is from where I am...

Just one bad day.





Wanna try, darling ?


Dokeshi susurre en #6E123E.

Merci à Sheila pour l'avatar <3 !
Ainoko Libre
avatar
Ainoko Libre
Dōkeshi
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t1285-dokeshi-do-i-really-look-like-a-man-with-a-plan-en-cours#35228
Messages : 145
Âge IRL : 23
Date d'inscription : 16/07/2016
Multi-Compte : Rengu Kokuren - Svein Lothbrok - Ruby - Hiniku Yamamoto
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Dōkeshi || Do I really look like a man with a plan ? [terminée] 16.07.16 17:53
Re hello !

Un pouvoir intéressant dis donc, ça pourrait être utile à Tancho tout ça XD
Bon courage pour ta fiche, n'hésite pas si tu as des questions.

Smile




Laisse moi te chérir pour tout les autres, laisse moi t'aimer aux yeux des autres,
laisse moi faire de toi celle d'aucun autre.
Ainoko Libre
avatar
Ainoko Libre
Tancho "White" Hikari
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t36-tancho-white-ankoku
Messages : 569
Âge IRL : 29
Date d'inscription : 21/04/2015
Multi-Compte : Callum E. Maxwell - Atsuhiko Yume - Eji Meiroo - Momiji Meiroo - Tampopo Pokô - Botan Kagenui - Fumihiro Junsui - Erwin Rosenthal
Actif : Méga-Actif
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Dōkeshi || Do I really look like a man with a plan ? [terminée] 16.07.16 17:53
Bienvenue l'mignon

J'suis toujours fan du choix de tes vavas moi XD







je parle en #cc6600

Spoiler:
 
Ainoko Libre
avatar
Ainoko Libre
Jun'ichiro Kaiinu
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t445-jun-ichiro-kaiinu
Messages : 950
Âge IRL : 32
Date d'inscription : 31/07/2015
Multi-Compte : Hanae Umako, Idriss Ad-dîn , XiaoLi Huang, Ai yume
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Dōkeshi || Do I really look like a man with a plan ? [terminée] 22.07.16 8:28
Madame, Monsieur ! Ma magnifique personne se découvre petit à petit à vos yeux é-ba-his, je vous l'assure, hihi !

Merci pour les bienvenus *hug les deux* j'ai écris la psychologie même si je n'aime pas trop ce que j'ai fait @@ Je me mets au physique d'ici peu !


All it takes it one bad day to drive the sanest man alive to lunacy. That's how far the world is from where I am...

Just one bad day.





Wanna try, darling ?


Dokeshi susurre en #6E123E.

Merci à Sheila pour l'avatar <3 !
Ainoko Libre
avatar
Ainoko Libre
Dōkeshi
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t1285-dokeshi-do-i-really-look-like-a-man-with-a-plan-en-cours#35228
Messages : 145
Âge IRL : 23
Date d'inscription : 16/07/2016
Multi-Compte : Rengu Kokuren - Svein Lothbrok - Ruby - Hiniku Yamamoto
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Dōkeshi || Do I really look like a man with a plan ? [terminée] 22.07.16 8:54

BIenvenu Dokeshiiii

Tu n'aimes pas ce que tu as fais, mais personnellement, j'ai adoré !

Tu es fou fou, fou !

Non sérieusement, un caractère super intéressant, j'ai hâte de lire le reste *0* !




Merci à Idriss pour mon super beau kit !!! I love you I love you I love you
Ainoko Libre
avatar
Ainoko Libre
Sheila Raion
Messages : 113
Âge IRL : 23
Date d'inscription : 26/04/2016
Multi-Compte : Shohei Kaijuu - Noriko Ankoku - Tenkei Kakon - Junya Yume - Mori Ineko - Tamao Suguru
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Dōkeshi || Do I really look like a man with a plan ? [terminée] 16.08.16 0:32
Merci tendre demoiselle (l) Tant d'amour et de pourtours, à croire que vous allez craqué pour mon vilain faciès hihi ! *étire un grand sourire*

Je viens donner des nouvelles donc ! J'ai écris la majorité de l'histoire, il ne me reste qu'un passage et j'aurais stoppé de faire saigner ma plume ! Je m'excuse de tant de temps pris... Chérs et tendre, je ferais de mon mieux promis !


All it takes it one bad day to drive the sanest man alive to lunacy. That's how far the world is from where I am...

Just one bad day.





Wanna try, darling ?


Dokeshi susurre en #6E123E.

Merci à Sheila pour l'avatar <3 !
Ainoko Libre
avatar
Ainoko Libre
Dōkeshi
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t1285-dokeshi-do-i-really-look-like-a-man-with-a-plan-en-cours#35228
Messages : 145
Âge IRL : 23
Date d'inscription : 16/07/2016
Multi-Compte : Rengu Kokuren - Svein Lothbrok - Ruby - Hiniku Yamamoto
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Dōkeshi || Do I really look like a man with a plan ? [terminée] 16.08.16 0:43
J'ai hate de lire... Tu vas faire aussi long que pour un autre de tes autres perso?




 
merci:
 


Humain(e) Asservi(e)
avatar
Humain(e) Asservi(e)
Idriss Ad-Dîn
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t319-idriss-ad-din-danseur-d-orient
Messages : 3506
Âge IRL : 32
Date d'inscription : 23/06/2015
Multi-Compte : Hanae Umako , Jun'Ichiro Kaiinu, XiaoLi, Momoka minoue, Aï Yume, Ushio Shikai
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Dōkeshi || Do I really look like a man with a plan ? [terminée] 16.08.16 0:47
Ah non du tout xD Vu où je suis, c'est déjà super difficile d'écrire un rp ! Non non, je pense ça sera pas super long, juste deux pages word encore et j'aurias terminé !

Merci Idriss Very Happy


All it takes it one bad day to drive the sanest man alive to lunacy. That's how far the world is from where I am...

Just one bad day.





Wanna try, darling ?


Dokeshi susurre en #6E123E.

Merci à Sheila pour l'avatar <3 !
Ainoko Libre
avatar
Ainoko Libre
Dōkeshi
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t1285-dokeshi-do-i-really-look-like-a-man-with-a-plan-en-cours#35228
Messages : 145
Âge IRL : 23
Date d'inscription : 16/07/2016
Multi-Compte : Rengu Kokuren - Svein Lothbrok - Ruby - Hiniku Yamamoto
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Dōkeshi || Do I really look like a man with a plan ? [terminée] 16.08.16 1:16
Bienvenue et bonne fin d'écriture de fiche


Spoiler:
 
Humain(e) Inexistant(e)
avatar
Humain(e) Inexistant(e)
ShuChun Huang
Messages : 144
Âge IRL : 27
Date d'inscription : 01/05/2016
Multi-Compte : Kento Soukoku - Loun Kakon - Kinko "Katastrophea" Sagai - Yuzukari Inori
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Dōkeshi || Do I really look like a man with a plan ? [terminée] 24.08.16 18:26
Merci miss !

J'ai fini ma fiche, désolée de la qualité, j'ai essayé d'écrire ça rapidement @@


All it takes it one bad day to drive the sanest man alive to lunacy. That's how far the world is from where I am...

Just one bad day.





Wanna try, darling ?


Dokeshi susurre en #6E123E.

Merci à Sheila pour l'avatar <3 !
Ainoko Libre
avatar
Ainoko Libre
Dōkeshi
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t1285-dokeshi-do-i-really-look-like-a-man-with-a-plan-en-cours#35228
Messages : 145
Âge IRL : 23
Date d'inscription : 16/07/2016
Multi-Compte : Rengu Kokuren - Svein Lothbrok - Ruby - Hiniku Yamamoto
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Dōkeshi || Do I really look like a man with a plan ? [terminée] 27.08.16 19:08
Personnage intéressant, et métier intéressant !
Je me demande ce qu'un personnage du genre va donner. Very Happy

Désolée du retard en tout cas, mais je valide !

Fiche Validée
"C'est partit pour le Grand Voyage ! Découvrons Migoto tous ensemble !"

Félicitation !
Ton personnage est validé, nous te souhaitons bienvenue sur Migoto no Shima et espérons que tu t’amuseras bien parmi nous !

Afin de commencer à jouer sur de bonnes bases, nous t'invitons à aller recenser ton avatar afin d’éviter de potentiels conflits quant aux images/personnages pour les nouveaux arrivants.
Nous te demanderons aussi d'aller Recenser tes dons ainsi que Recenser ta race si tu es Ainoko. De plus, peu importe ton groupe, si tu peux aller recenser ton Métier cela serait pratique.

A tout cela, s'ajoute le fait d'éditer ton Profil. Tu remarqueras qu'il y a de nombreuses informations à y entrer. Les langues que parlent ton personnage, tes autres comptes si tu en as, tes périodes d'absence, l'âge et autres petites informations utiles rapidement aux joueurs, et qui concernent ton personnage !
Merci d'avance en tout cas, de prendre le temps de remplir tout ça. Même si, je le sais, ça fait un peu beaucoup Embarassed ...

Sache que tu peux aussi réaliser une fiche de suivi RP/Relations ! Pour ce faire, il te suffit de te rendre dans ce forum-ci.
Nous avons aussi les Dépôts de Missives pour les rps de type "épistolaires". Le lien de sa boîte est à mettre dans son profil soit dit au passage ^^
A noter que les modèles proposés de codage ne sont pas obligatoires, si tu veux faire autrement : tu peux -_^

Pour te lancer en rp, tu peux consulter ou faire ta propre demande de rp dans le forum mis à ta disposition pour cela !
Tu pourras aussi y faire verrouiller tes topics clos, et trouver le code nécessaire si tu désires proposer des prédéfinis à l'administration.

N'hésite pas à contacter le Staff par MP si tu as un problème ou une question.


Le staff te souhaite la bienvenue!
Maître du Jeu
avatar
Maître du Jeu
Le Maître
http://migoto-renaissance.forumactif.org
Messages : 2214
Âge IRL : 25
Date d'inscription : 14/04/2014
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Dōkeshi || Do I really look like a man with a plan ? [terminée] 27.08.16 19:48
Hihi merci de ces compliments cher ami ! Approchez donc si le métier vous attire, promis, je ne fais aucun vol à la tire ! Un petit contrat entre vous et moi ne vous irait-il pas ? Merci encore pour cette validation express, je vous offre mes remerciements dans toute leur finesse !


All it takes it one bad day to drive the sanest man alive to lunacy. That's how far the world is from where I am...

Just one bad day.





Wanna try, darling ?


Dokeshi susurre en #6E123E.

Merci à Sheila pour l'avatar <3 !
Ainoko Libre
avatar
Ainoko Libre
Dōkeshi
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t1285-dokeshi-do-i-really-look-like-a-man-with-a-plan-en-cours#35228
Messages : 145
Âge IRL : 23
Date d'inscription : 16/07/2016
Multi-Compte : Rengu Kokuren - Svein Lothbrok - Ruby - Hiniku Yamamoto
Revenir en haut Aller en bas
Dōkeshi || Do I really look like a man with a plan ? [terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Go Habs Go - Simple Plan
» [Guide] Le verger
» Modeliste : Titan Warhound
» Inauguration [MJ Dédale]
» Le plan du Centre-ville de PAP devrait être confié à des Haitiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Migoto no Shima : Renaissance :: Quand s'en vient la Renaissance :: Identités Déclarées :: Dossiers Validés :: Les Ainokos-
Sauter vers: