Tamao Suguru (Terminée)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Quand s'en vient la Renaissance :: Identités Déclarées :: Dossiers Validés :: Les Humains
(#) Sujet: Tamao Suguru (Terminée) 26.04.16 9:46
Image Présentation 600*200
Suguru & Tamao

Informations
Année de Naissance : An 16. (34 ans)
Genre :
Nationalité : Yamato. (Originaire du Taiyô to tsuki no tochi.)
Statut : Asservie
Ancien Métier : Servante.


Psychologie & Physionomie

Dans la vie de Tamao, ou ce qu'il en reste aujourd'hui, il y a un fils. Un fils inconnu, un fils à peine tenu, un fils qu'on lui a arraché sans un mot, sans une excuse. Un fils désiré, mais volé, un fils qu'elle a perdu il y a dix-huit ans déjà. Pour Tamao qui vient d'être revendue une nouvelle fois, qui n'a ni famille, ni amis et ni mari, ce fils est tout ce qu'il lui reste. Un dernier rêve, un ultime fantasme, son espoir de demain. Elle ne respire plus que parce qu'elle espère qu'il l'attend quelque part, en vie et en bonne santé, protégé par Taiyokami et Tsukigami. Et la jeune mère se jure chaque soir, qu'elle le retrouvera, oh oui elle le retrouvera, son Saki, son petit. Elle en est certaine, elle le sait. Elle n'est pas seule à le penser, on lui affirme, on lui murmure. 

Tandis qu'elle monte une énième fois sur le vieux plancher du Hall des enchères, Tamao prie en silence. Depuis combien de temps n'est-elle pas allée au temple ? Depuis combien de temps n'a-t-elle pas revu son pays ? Depuis combien de temps son cœur est si vide et sa tête si pleine ? Depuis trop longtemps déjà. Si longtemps qu'elle ne se rappelle plus la beauté des cerisiers en fleur, si longtemps qu'elle en perd son beau Yamato traditionnel, si longtemps que les pas de danse qu'elle avait appris par cœur s'emmêlent. Et elle ne peut que tenter de se souvenir tant que mal, essayer de se rappeler, se forcer en vain à retrouver les odeurs, les goûts, des images qui sont si floues dans son coeur. Peut-on en vouloir à Tamao d'être nostalgique ? Après tout, elle est triste, elle est humaine, elle est esclave, et elle est, il est vrai, un peu raciste ? Elle est aussi envieuse, jalouse, car elle aussi voudrait sa vie, sa maison, sa famille, revoir les toits de sa région, les grands temples rouge et or, les mikos de son très cher et aimé Taiyotsuki. Elle veut retrouver son chez-soi et récupérer sa magie, cette sensation si chaleureuse, cette fontaine d'or, ce petit bout de raison qu'on lui a pris sans remord. Depuis, dans son coeur il y a comme une artère bouchée. Et c'est froid à l'intérieur de son bas ventre et de son corps. Elle n'est plus tout à fait elle. Mais il y a moi.

Elle entend le vendeur faire sa rapide présentation et son accent fait saigner les oreilles de Tamao. Pourtant, elle s'y est habituée à les entendre parler, eux, les ainokos. Mais cet individu en particulier, elle déteste sa façon de mâcher les mots. Si les habitants de Migoto parlent Yamato, ils chantonnent à ses yeux une mélodie discordante, pâle copie de ce qu'est la vraie langue du Taiyotsuki. Leur histoire est trop juvénile, leur île en elle-même semble artificielle, bâtit sur des fondations qu'elle ne saisit pas. Pour Tamao, ils ne comprennent pas la vrai profondeur d'un mot, son sens caché, le pourquoi de ses traits. Ils ne savent pas donner à la langue sa richesse et ainsi tout sonne terriblement creux. Creux comme son ventre. Creux comme son corps. Creux comme son existence. Ne sois pas si triste. Ce n'est qu'une étape de plus à passer. Tamao acquiesce dans le vide. Elle ouvre la bouche et murmure un merci à son éternel ami. Celle qui la guide et la soutien. Celle qui prend le dessus parfois. Celle qui l'aide à ne pas avoir peur. Celle qui lui dicte comment avancer et comment mieux réussir. Celle sans laquelle sans Tamao est bien fade, égarée et en proie à la peur. Celle sans laquelle, Tamao est trop faible pour continuer de se relever.

Fait quelque chose pour t'avantager, vite ! Tu ne dois pas tomber entre les mains du premier venu, ce ne serait pas profitable à notre objectif. La gorge nouée, Tamao se force à sourire et chanter comme « elle » lui demande. C'est une vieille mélodie de sa terre natale qu'elle entame dans un murmure de rossignol, la berceuse qu'elle fredonnait à son amant et aurait voulu susurrer à son bébé. Cela tirait presque des larmes à ses yeux chocolats que de la prononcer. La jeune femme est sensible, terriblement sensible, d'ailleurs ses joues pâles sont déjà rougies par la peine et la gêne. Pourtant elle a l'habitude de se tenir debout, elle a l'habitude de se faire déshabiller et de prendre des coups. Mais Tamao reste ainsi, timide, réservée, discrète. Une Yamato dans l'âme et dans le cœur, pour toujours une servante, jusqu'à la mort une obéissante. Je suis là pour corriger ça. Tamao hoche la tête de nouveau et dans le mouvement le bout de sa queue-de-cheval frôle sa jolie nuque. Elle a un frisson. Elle vient de se souvenir que c'est ici que ce chien, celui qui l'a emmené ici, celui qu'il lui a tout arraché, aimait à l'embrasser. Quand elle repense à cet homme ingrat Tamao se sent des envies de meurtre. Elle ressent de la colère, de la fureur. Elle le maudit de tout son cœur, de toute son âme. Pourtant Tamao n'était pas rancunière avant, elle n'était pas mauvaise, elle n'était pas méfiante. Elle l'est parfois, pour ne pas dire souvent maintenant. Il le faut ma chérie, il le faut.

Tamao lui murmure qu'elle comprend. Elle comprend qu'il ne peut pas en être autrement, que personne ici n'aura vraiment de pitié pour elle. Elle sait mieux que personne quel tort on a de faire confiance à quelqu'un. Une main sur son ventre, Tamao défait ses cheveux comme on lui demande. Elle est jolie, petite et menue, musclée par des années de service. Elle est aussi tendre, pleine de formes délicates, son précédent maître prenait soin d'elle et de son physique. Il aimait avoir une asservie bien présentée et propre sur elle. Sa peau est blanche, marquée par endroits d'un grain de beauté ou d'une légère trace, mais rien de vraiment laid. Elle est entière, avec un nez droit, un regard franc, mais penaud. Elle donne envie d'être enlacée. Si seulement elle n'était pas humaine, peut-être que la vie aurait été plus clémente. En silence, elle attend docilement que les ainokos lancent leur prix et se remémore ses anciens maîtres. Le premier dont la femme était si jalouse qu'elle ne lui faisait que des misères, le deuxième qui s'est débarrassée d'elle après s'être suffisamment satisfait et le dernier, qui, s'il était plus doux que les autres, a finalement préféré pour une raison qu'elle ne connaît en rien la jeter. Elle s'en fiche, de toute façon on ne l'a jamais écouté, elle n'a jamais pu se défendre. Elle n'a jamais rien possédé. C'est pour ça que l'on va se battre. Le regard fixe, les narines frémissantes, Tamao est d'accord. Elle va se battre, surtout maintenant qu'elle sait où elle pourrait potentiellement trouver son enfant.


Biographie

La fleur de cerisier sur le point d'éclore ne sait pas à quel point elle est belle. Puis elle vit, se fane et tombe, dansante dans une grande ronde.

D'abord, Tamao fut jeune enfant.
Le cœur chaud et sur la main, généreuse en dépit du peu que son pays lui avait offert. Elle était déjà cette femme maternelle, cette petite pousse de douceur et de tendresse, cette main pâle tendue naïvement à tous les malheureux de la terre. C'était une enfant curieuse et vivante, un sourire joyeux, une voix basse et reposante, un être aussi lumineux que son Dieu du soleil. Elle était encore quelqu'un de simple et pure, une innocente de cœur comme d'âme. Sa gentillesse n'avait d'égale que son grand sourire blanc. Elle était passionnée, rêveuse, elle croquait dans la vie comme dans un fruit et qu'il soit pomme mûre ou pomme verte, elle mangeait tout jusqu'au noyau.

Ensuite, Tamao fut jeune vierge.
Avec le temps, l'innocence céda place à un corps un peu plus pulpeux, un visage légèrement moins poupon et des cheveux soyeux, brossés et choyés par des doigts habiles. Elle céda aussi la place à certains désirs et un égoïsme tout adolescent. Ainsi la vie de servante ne convenait plus à la jeune Yamato et le travail autrefois tant aimé se faisait harassant. La lessive lui brûlait le nez tandis qu'elle observait d'un oeil envieux les belles dames du château. Tamao aussi aurait voulu être de ces filles de nobles, apprendre l'ikebana et l'art du théâtre de nô. Comme la légendaire nadeshiko du Shogun, elle voulait briller, elle voulait chanter. Alors elle se mît à observer discrètement ses femmes de grâce et devint plus malicieuse, plus coquine, mais toujours emplie de cette ravissante fraîcheur. Elle restait sérieuse et appliquée tout en étudiant avec réserve comment parler, comment marcher. Elle suivait à la dérober les cours de danse et demanda qu'on lui enseigne à prendre soin des kimonos de sa maîtresse. Bonne élève, studieuse, intelligente en dépit de sa petite éducation, Tamao apprit comment nouer l'obi de la plus belle des manières. Et elle était fière, heureuse de cet accomplissement. Elle devint si douée qu'on la remarqua. Et on commença à la complimenter pour sa douceur, son obéissance et même sa beauté. Elle était juvénile et à croquer, adorable avec toutes ses envies et ses fantasmes plein les yeux. Une jeune fleur que l'amour ne demandait qu'à cueillir et le bonheur à trouver.

Puis, Tamao fut jeune fille.
Toujours ingénue, toujours gentille. Tamao appris au côté d'un des jeunes fils de son seigneur comment séduire et comment faire l'amour. Il la toucha par bien des endroits interdits, tacha ses pétales de son vice et de sa luxure. Avec lui elle devint entreprenante, aventureuse. Elle se mit à souhaiter l'impossible, espérait plus qu'il ne le faudrait. Elle se laissa mener à la baguette. Elle se donna sans réserve, se fit Amante sans tabou, femme séduisante et désirable, tigresse de quelques ébats si passionnés qu'ils en auraient fait rougir le plus prude des hommes du Taiyotsuki. Pour cette idylle qui ne durerait pas Tamao se vendit. Elle qui était si intelligente, elle qui connaissait du Yamato toutes les subtilités de la langue, elle qui -peut-être- aurait pu prétendre à une éducation à la maison de geisha se désavoua complètement. Elle crut au mensonge et se noya dedans. L'homme la fit flétrir pauvre idiote. Pis, il lui fit un enfant, à elle, hors-mariage qui plus est. C'était une honte, un crime dont elle paya le prix.

Enfin, Tamao fut jeune mère.
Apeurée, angoissée, enlevée à son berceau de naissance, affaiblie par la perte d'une part d'elle-même, Tamao chuta dans une spirale infinie de détresse. Elle était désormais moins que servante, moins que rien. Elle se sentait jugée, elle se sentait terrifiée. La mort, la violence, les regards mauvais, les critiques et les insultes, ce manque puissant qui rongeait dans son ventre et lui donnait envie de vomir devinrent son quotidien. Tamao y perdit son enfant, ses rêves, ses fantasmes, sa naïveté et son esprit. Adieu l'aventure et l'amour, bonjour le désespoir et la crainte. Elle en ressortit telle qu'elle est aujourd'hui : Étrange, solitaire, méfiante, peureuse, mais aussi violente, secrète, effrontée, peut être même dangereuse et vengeresse. Ce n'est pourtant pas ce qu'on dirait, car elle agit encore comme le fantôme de cette adolescente qu'elle n'est plus tout à fait. Elle sourit, elle rit, elle est maternelle, elle est bonne. Mais en vérité que pense-t-elle ? Que veut-elle cette femme au regard de biche, aux cils fournis, à la bouche rose ? Que veut-elle cette esclave aux airs parfois ahuris, qui parle seule sans raison, sans personne, comme si elle était folle ? Que veut-elle avec son regard troublé ? Que cherche-t-elle si désespérément de ses bras frêles et abîmés de fines cicatrices ? Serait-elle capable de tuer ? Espère-t-elle encore ? Vit-elle encore ? Est-elle véritablement fougueuse et courageuse ou simplement suicidaire ?

Jusqu'où va-t-elle tomber ? Cette fleur de sakura arrachée.


Informations IRL

Pseudo : Toujours le même ! XD
Âge IRL : Toujours Pareil
Comment avez-vous connu le forum ? : Déjà là !
Code du Règlement : On est là pour s'amuser !
Qu'ont les humains, que les ainokos annulent ? : Harry Potter !!! /PAN/ La magie.


Humain(e) Asservi(e)
avatar
Humain(e) Asservi(e)
Tamao Suguru
Messages : 37
Âge IRL : 23
Date d'inscription : 22/04/2016
Multi-Compte : Tenkei Kakon - Junya Yume - Noriko Ankoku - Sheila Raion - Shohei Kaijuu - Mori Ineko
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Tamao Suguru (Terminée) 26.04.16 10:43
Hooooo une mamounette chérie^^ Bienvenue^^

Par contre, ce que tu as mis dans la partie physique et psychologie ne correspondrait-il pas plutôt à sa biographie ? ^^
Humain(e) Asservi(e)
avatar
Humain(e) Asservi(e)
Saki Suzumi
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t154-saki-suzumi-peluche-adorable
Messages : 235
Âge IRL : 33
Date d'inscription : 06/05/2015
Multi-Compte : Sayuri Sakkaku, Nailah Kaijuu
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Tamao Suguru (Terminée) 26.04.16 11:05
Ouip, en effet !

J'ai mis en bas du coup x3 ! I love you I love you I love you

A la base, je voulais en faire la psychologie, puis c'est devenue la biographie !

*caline fort fort fort son fils* I love you I love you I love you

Edit : Voilà, j'ai fini ! Je me tiens prête à corriger ou rajouter ce qu'il faut, si ça ne va pas : ) !

Et encore merci pour le bienvenu !! ^^
Humain(e) Asservi(e)
avatar
Humain(e) Asservi(e)
Tamao Suguru
Messages : 37
Âge IRL : 23
Date d'inscription : 22/04/2016
Multi-Compte : Tenkei Kakon - Junya Yume - Noriko Ankoku - Sheila Raion - Shohei Kaijuu - Mori Ineko
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Tamao Suguru (Terminée) 26.04.16 11:44
Fiche Validée
"C'est partit pour le Grand Voyage ! Découvrons Migoto tous ensemble !"

Félicitation !
Ton personnage est validé, nous te souhaitons bienvenue sur Migoto no Shima et espérons que tu t’amuseras bien parmi nous !

Afin de commencer à jouer sur de bonnes bases, nous t'invitons à aller recenser ton avatar afin d’éviter de potentiels conflits quant aux images/personnages pour les nouveaux arrivants.
Nous te demanderons aussi d'aller Recenser tes dons ainsi que Recenser ta race si tu es Ainoko. De plus, peu importe ton groupe, si tu peux aller recenser ton Métier cela serait pratique.

A tout cela, s'ajoute le fait d'éditer ton Profil. Tu remarqueras qu'il y a de nombreuses informations à y entrer. Les langues que parlent ton personnage, tes autres comptes si tu en as, tes périodes d'absence, l'âge et autres petites informations utiles rapidement aux joueurs, et qui concernent ton personnage !
Merci d'avance en tout cas, de prendre le temps de remplir tout ça. Même si, je le sais, ça fait un peu beaucoup ...

Sache que tu peux aussi réaliser une fiche de suivi RP/Relations ! Pour ce faire, il te suffit de te rendre dans ce forum-ci.
Nous avons aussi les Dépôts de Missives pour les rps de type "épistolaires". Le lien de sa boîte est à mettre dans son profil soit dit au passage ^^
A noter que les modèles proposés de codage ne sont pas obligatoires, si tu veux faire autrement : tu peux -_^

Pour te lancer en rp, tu peux consulter ou faire ta propre demande de rp dans le forum mis à ta disposition pour cela !
Tu pourras aussi y faire verrouiller tes topics clos, et trouver le code nécessaire si tu désires proposer des prédéfinis à l'administration.

N'hésite pas à contacter le Staff par MP si tu as un problème ou une question.


Le staff te souhaite la bienvenue!
Humain(e) Asservi(e)
avatar
Humain(e) Asservi(e)
Saki Suzumi
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t154-saki-suzumi-peluche-adorable
Messages : 235
Âge IRL : 33
Date d'inscription : 06/05/2015
Multi-Compte : Sayuri Sakkaku, Nailah Kaijuu
Revenir en haut Aller en bas
Tamao Suguru (Terminée)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Tamao Halejo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Migoto no Shima : Renaissance :: Quand s'en vient la Renaissance :: Identités Déclarées :: Dossiers Validés :: Les Humains-
Sauter vers: