Test pour Tenkei Kakon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Quand s'en vient la Renaissance :: Identités Déclarées :: Tests Identitaires :: Tests Validés
(#) Sujet: Test pour Tenkei Kakon 07.04.16 19:38
Spoiler:
 


- Aaaaarrh !!!

Dans un cri de rage, Tenkei envoya voler le vase en céramique contre le mur de sa chambre. L'éclat dans lequel il se brisa ne suffit pas à calmer sa rage et c'est avec violence qu'elle abattit son poing contre le bois noir, encore et encore, jusqu'à ce que la douleur engourdisse ses doigts et qu'elle n'est plus qu'à se mordre à sang pour calmer la fureur. La main dans la bouche et les dents fermement enfoncées dans sa peau de lait, Tenkei s'écroula par terre. Elle avait le ventre serré et tremblait des jambes, quant à sa respiration, elle restait hiératique, signe de la grande agitation qui la troublait. Si Hayete était ici, elle n'hésiterait pas à lui faire part de sa pensée : « Tu te laisses trop submerger par des émotions, tu devrais te calmer… Tu vas finir par mourir d’une crise cardiaque si tu continues »
Voilà ce qu'elle lui dirait et elle aurait raison. Elle avait souvent raison. Tenkei était trop émotive et ne parvenait pas à contrôler suffisamment bien ses accès de colère. Pour quelqu'un d'un peu psychologue, ce qu'elle pensait devenait alors aussi limpide que l'eau d'une rivière et c'était un grand désavantage, surtout dans leur folle course pour la conquête du conseil. Mais en même temps c'était bien pour ça que Tenkei l'avait engagé, elle, Hayete Kakon.

-Merde...!.-cracha-t-elle dans le vide, la voix grave et tremblante-

Elle essuya sa paume sur son haut fébrile et se cacha dans l'ombre rassurante de ses ailes. Au moins, là, dans cet univers d'ombres et de noir qui n'appartenait qu'à elle, elle se sentait tranquille. Il était toutefois énervant de constater qu'en dépit des années, malgré douze putains d'années, elle en était au même point. Elle ne changeait pas. Oh bien sûr, elle savait y faire. Elle avait appris à la bonne école. Mentir et manipuler, faire chanter, la fière Kakon en était capable. Elle était même experte en la matière et plus encore. Car, pour devenir chef de clan, le corbeau avait suivi un chemin abîmé et tortueux. Elle avait tué, elle avait torturé. Elle avait abandonné les remords et les regrets, ou du moins elle avait tenté. Cependant la vérité c'était qu'elle ne changeait pas. Non, elle ne changeait pas et restait éternellement cette même enfant blessée.

Toute cette rancune, cette haine qui lui brûlait le cœur, elles auraient dû disparaître avec « sa » mort, mais plus les mois défilaient, plus Tenkei était à bout. Elle avait toujours l'impression que rien n'avait suffi. Elle, elle avait subi des saisons entières de calvaire. Mais lui ? A part une journée à peine, qu'avait-il enduré ? La mort avait été trop douce et le souvenir de ses cris ne suffisait plus à reposer l'esprit torturé de Tenkei. Elle commençait à oublier l'expression de son visage pris par la souffrance ou la sensation de ses boyaux dans le creux de sa paume. Des détails que la Kakon s'était pourtant juré de graver dans sa mémoire mais qui s'effaçaient lentement. Or, Tenkei avait peur d'oublier. La jeune femme craignait que l'oubli ne la rende docile et qu'à termes ce soit son père qui gagne...cette simple idée lui était insupportable. Le fait de se mettre dans un tel état aussi d'ailleurs. Elle exécrait cette façon qu'elle avait de sans arrêt revenir à lui au moindre problèmes, comme s'il était toujours là, dans le coin d'un couloir à l'observer de son regard glacé. Il était un fantôme qui la hantait et dont elle ne pouvait se débarasser. Pourtant, si elle avait été indifférente, capable de citer son nom s'en trembler là aurait été le vrai triomphe. Mais elle n'en était pas capable et ça lui donnait envie de tout casser. Pourquoi n'était-elle pas satisfaite ? Elle ne trouvait pas la réponse. Peut-être était-ce parce qu'elle était loin d'avoir récupéré tout ce qui lui revenait de droit. Peut-être était-ce aussi parce qu'elle ne pourrait jamais récupérer son enfance perdue et que si elle avait beau ne pas se satisfaire de la fatalité, elle ne pouvait pas refaire le passé. Tenkei retint un sanglot de frustration. Il n'aurait pas du pouvoir la mettre dans cet état, elle avait l'impression d'être toujours sa marionnette quand c'était le cas.

-Merde, merde, merde !!!

Heureusement qu'elle avait sa cape de ténèbres pour se cacher, car elle n'accepterait que quiconque la voit dans ce lamentable état et certainement pas Aido. Aido....Quand Hayete lui avait annoncé qu'Aido avait été embusqué, elle n'avait pas su comment réagir. Le fait est que par rapport à Aido, Tenkei ne savait jamais comment réagir. Il était son frère, mais ils n'avaient jamais connu la solidité des liens qui unissent les vrais fratries. Ils avaient été uni dans l'enfer certes, mais pas dans leurs coeurs. Et s'ils n'y avaient pas eu le sang, elle ne se serait jamais senti proche de lui. Se sentait-elle seulement proche de lui ? Tenkei avait une notion dénaturée de la famille. Elle ne savait pas ce que c'était que d'avoir un père ou une mère. Elle ne comprenait pas l'affection qui liait un parent à son enfant et par conséquent, elle ne comprenait pas si ce qui la liait à Aido dépassait le simple intérêt tactique ou la peur. Le corbeau lui avait prouvé par bien dés fois qu'il était préférable de l'avoir comme allié que comme ennemi. Il n'était pas le plus doux des agneaux et certainemement pas le plus tendre des hommes. Mais elle ne l'était pas non plus et ce n'est pas pour ça qu'ils méritaient de mourir, bien au contraire. Après tout ce qu'elle avait vécu, tout ce qu'ils avaient vécu, Hayete, Aido et elle ne méritait pas cette fin-là. Ils méritaient bien plus que ça ! La crise passait Tenkei se releva. Elle avait beaucoup à faire et à régler. Elle ne pouvait s'admettre les faiblesses qu'elle ne supportait pas chez les autres. On avait blessé Aido ? Soit, elle ne se contenterai pas seulement de se venger, elle anéantirait les coupables. Oeil pour œil, dent pour dent, telle était sa devise. Parce que ceux qui touchent aux Kakon ne méritent ni la pitié, ni la compassion et encore moins le pardon.

-Bon, il est peut-être temps que je paie une petite visite à une certaine prêtresse.... -se murmura-t-elle.-

Tenkei n'avait pas souvent l'occasion de rendre visite à Rengu pour des raisons tant politiques que stratégiques. Ce n'est pas l'envie qui manquait, mais le devoir et l'ambition passaient avant le sentiment. Pourtant durant toute sa triste existence, la sage servante de Taïsha avait été ce qui se rapprochait le plus d'une figure maternelle pour Tenkei. Elle n'irait pas jusqu'à dire qu'entre elles, c'était comme mère et fille, loin de là, mais la Kakon vouait à l'ancienne amante de son défunt paternel une grande admiration. Parfois, elle se disait qu'elle aurait pu lui en vouloir, car elle la savait en partie responsable du tournant qu'avait pris sa vie. Mais parce que Rengu ne voulait que le bien des autres et qu'elle l'avait toujours laissé maître de son libre arbitre, Tenkei ne lui vouait que gratitude et respect. Il aurait été difficile de s'en sortir sans ce soutien et elle comptait beaucoup sur la prêtresse qui avait été la première marche sur laquelle elle avait pu poser le pied pour grimper au pouvoir. En ce bas monde, ils existaient tellement peu d'être à qui Tenkei se sentait d'accorder sa confiance, qu'elle gardait précieusement à ses côtés chacun de ceux qu'elle avait estimé digne de sa rare amitié. Et au moins, avec Rengu elle pouvait se montrer telle qu'elle était, en toute impunité. Elle n'avait rien à cacher à la prêtresse puisque celle-ci était une envoyée des dieux. Pour Tenkei qui était en dépit des apparences, très pieuse, Rengu était une entité bien à part et l'oreille dans laquelle elle pouvait noyer ses pêchés.

Quand Tenkei sortit de la chambre tout était silencieux. La demeure des Kakon était calme, lugubre, élégante...tout ce qu'il fallait à l'esprit torturé de Tenkei pour pouvoir se reposer. Elle se hâta jusqu'au balcon et embrassa l'air frais de la nuit avec délice, puis s'envola un instant plus tard.


Spoiler:
 
Ainoko Asservi(e)
avatar
Ainoko Asservi(e)
Mori Ineko
Messages : 211
Âge IRL : 23
Date d'inscription : 30/03/2016
Multi-Compte : Shohei Kaijuu, Tenkei Kakon.
Actif : Oui
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Test pour Tenkei Kakon 07.04.16 23:54
Pour moi, c'est nickel Very Happy ! ^^
Je te réserve le prédéfini donc Wink
Maître du Jeu
avatar
Maître du Jeu
Le Maître
http://migoto-renaissance.forumactif.org
Messages : 2271
Âge IRL : 26
Date d'inscription : 14/04/2014
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Test pour Tenkei Kakon 08.04.16 0:33
Youpi !!!!!! I love you I love you I love you

*Court partout* Merci beaucoup !


Spoiler:
 
Ainoko Asservi(e)
avatar
Ainoko Asservi(e)
Mori Ineko
Messages : 211
Âge IRL : 23
Date d'inscription : 30/03/2016
Multi-Compte : Shohei Kaijuu, Tenkei Kakon.
Actif : Oui
Revenir en haut Aller en bas
Test pour Tenkei Kakon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Petit test pour Feuillajou
» Tout ça... Pour ça?! [PV Drago Malefoy]
» [Test] Quelle baguette magique vous aurait choisi ?
» Test pour du 1v1
» Pottermore

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Migoto no Shima : Renaissance :: Quand s'en vient la Renaissance :: Identités Déclarées :: Tests Identitaires :: Tests Validés-
Sauter vers: