Hakyu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Quand s'en vient la Renaissance :: Identités Déclarées :: Dossiers Validés :: Les Ainokos
(#) Sujet: Hakyu 04.04.16 21:19
Image Présentation 600*200
Hakyu

Informations
Année de Naissance : L'an -45.
Genre : Homme
Race : Hybride Lièvre (Markav Krigare)
Statut : Asservi
Métier : Majordome de Rengu Kokuren.
Don(s) : Force inné dans les jambes : Il n'est pas difficile de conclure que sa partie animale y est pour beaucoup. En effet, Hakyu a une force inouïe dans ses jambes et il a apprit à s'en servir comme son père auparavant. Ce n'est pas très pratique pour le combat, si jamais il doit ce battre, cependant il est ainsi un bon sprinteur, il saute relativement haut et loin et s'il doit vous botter le cul, croyez-moi il ne sent pas sa force, vous pourriez être éjecté sans comprendre comment c'est arrivé. Nb : il sait se battre avec ses jambes malgré tout, ses coups son puissants, mais là n'est pas le but premier d'une paire de jambe !

Information des ombres : Les ombres ne parlent pas, elles n'ont pas de pensées, mais elles sont toutes la marque de quelqu'un. Hakyu est ainsi capable d'appeler les ombres de tiers personnes se trouvant sur un périmètre limité (Environ 30 mètres). Cela ne sert à rien me direz-vous, cela n'a pas d'impact non plus sur autrui, mais il peut ainsi, grâce aux silhouettes noires, savoir quels sont les individus qui se cachent ou qui se trouvent derrière une porte. Cela lui permet très souvent d'anticiper si danger il y a ou si il va devoir préparer plus de petits fours pour le repas...


Psychologie & Physionomie

Physiquement vous avez devant vos yeux un bel homme d'un mètre quatre-vingt dix. C'est une beauté pour les yeux, un plaisir que de savoir un tel animal asservi, un être qui pourrait potentiellement devenir votre joujou favori, votre nouvelle décoration de maison. Seulement, pas de bol pour vous, notre beau mâle appartient déjà à quelqu'un et il est fort probable que son propriétaire préférait le savoir mort plutôt qu'au service d'un ou une autre.

Mais toute beauté est amenée à se faner, l'âge approche au bord de sa limite et les cicatrices du passées ont déjà commencé à se flétrir. Il est bien bâti, il se garde en forme, mais derrière cette façade d'apparence trop propre sur lui, on ne pourrait se mentir, le temps fait clairement son travail. L'habit ne fait pas le moine, c'est ce qui se dit et ce qui est parfaitement juste.

Propre sur lui, toujours tiré à quatre épingles, faisant au mieux pour représenter sa maitresse et surtout ne pas la déshonorer, c'est bien ses habits que l'on admire en premier chez Hakyu. En effet, pour un asservi il est clairement bien loti. Ses vêtements sont impeccables et ont cette chance d'être souvent de couleur vive, tranchante, souvent de rouge et d'or par dessus un noir ébène ou un gris anthracite. Notons également le luxe qu'il s'apporte d'avoir un chapeau lorsqu'il n'est pas à s’affairer à domicile, signe distinctif de sa personne dans les rues de la ville.

Par la suite, c'est bien les parcelles de sa peau que l'on admire, car habitué au grand froid, notre lièvre a très souvent chaud : ainsi, il combine le plaisir de la vu et celui de porter des choses dans lequel il est à l'aise, en laissant régulièrement, si ce n'est pas toujours, sa chemise ouverte ou partiellement, idem pour son manteau et son veston. On peut donc admirer une musculature marqué par le temps, des heures d'entrainements et de maintien de soi. Il en impose donc mais la guerre est loin, sa jeunesse aussi, depuis le temps qu'il travaille uniquement au domicile de Kokuren, la douleur dans les articulations se fait sentir et il serait beaucoup moins apte qu'à ses 20 ans de partir au combat. Oh, il n'est pas encore un vieux croulant, loin de là, mais le temps fait malgré tout son œuvre. Ses nerfs sont plus ce qui lui reste s'il se doit de se défendre.

Nous terminerons alors par son visage, banal pour un homme, s'il n'avait pas eu ses cheveux d'un blanc immaculé. Longs qui puis est, il a eu la chance de pouvoir toujours en prendre soin. Ses yeux ressortent aussi, d'un bleu cérulé, dont l'iris est cependant assez petit, lui donnant un air vif, attentif, parfois mesquin lorsqu'il se met à froncer les sourcils. Tout est blanc d'ailleurs chez lui, du à la race du lièvre qui fait partit de ses gênes, alors n'allez pas lui demander la couleur de ce qui se trouve sous son pantalon, il pourrait juste vous faire manger ses cheveux.

++ : Hakyu est tatoué dans le dos, signe de son appartenance envers Rengu. Des ailes de harpies y sont donc tatoué avec en son centre la marque de lacération de griffe de harpie. Il s'agit du blason de Rengu, inspiré de l’emblème des Kakon. Son tatouage a été fait après la guerre.

_______________

Hakyu n'a pas toujours été comme il va être décrit. Il fut une époque ou il était un homme fougueux, avec la colère au ventre, avec cette ambition d'être le meilleur, quoi qu'il arrive. Il en a mordu plus d'un pour garder sa place et si quiconque était amené à l'emmerder, peut-être réagirait-il à nouveau de la sorte, mais le temps l'a adouci, l'a rendu plus sûr de lui également...

Notre asservi est un majordome qui, malgré la petitesse de son hybridation, n'est pas à sous-estimer. Il a du caractère, quand bien même il ne le démontre pas, laissant plus un visage impassible à quiconque lui est inconnu. Il est tenace, a du répondant et qui plus est, c'est un homme réfléchi. Il a été éduqué pour savoir lire, écrire, répondre aux attentes de ses futurs maitres, autant aux tâches domestiques, que sexuelle ou encore pour le combat, bref, tout pour être un asservi de luxe. Il n'est donc pas le genre d'homme que l'on doit prendre à la légère.

Bien évidement, l'éducation n'est pas ce qui fait tout d'un homme. Bien qu'il ait été dès sa majorité au service de la famille Kakon, il a du apprendre de ses erreurs, pour en avoir fait et même aujourd'hui, surement en faire encore. Il a toujours été mature, mais il reste quelqu'un qui a le sang chaud, qui aime l'action et la droiture. Il sait mentir, mais ne voit pas l'intérêt d'être un menteur : qu'est-ce-que cela pourrait bien lui apporter, si ce n'est les ennuis ?

Habile de ses mains, il sait qu'il peut se mettre en avant dès qu'il s'agit de faire les tâches ingrates. Il reste un homme malgré tout, il aime qu'on le félicite et il l'apprécie plus encore lorsque le travail est compliqué. Masochiste me direz-vous ? Lorsque l'on sait pour qui il travaille et qu'il aime son travail, nous pourrions dire que oui, pour autant, il est bien loin de tout ça. Attentif avec autrui, il est sensible lorsqu'un souci touche son entourage proche. Il se souci peu de lui, mais aime porter de l'attention, une épaule sur laquelle se reposer pour les gens qu'il aime : cependant, ce genre de personne sont triées sur le volet.

Car Mr Hakyu ne fait confiance en personne, si ce n'est qu'en lui-même et envers sa maitresse, Rengu. Ses proches sont donc rarement dans la confidence de ses propres faits et gestes et il reste toujours flou quant à sa façon de voir les choses. Il reste un homme mystérieux, mais c'est aussi un choix que les autres doivent accepter, étant généralement très clair à ce sujet lorsqu'il accepte un tiers dans sa vie.

Malgré tout, l'invisible ne l'est pas toujours. S'il est un grand cachotier, il est difficile de ne pas comprendre qu'il a des sentiments envers celle qu'il sert. Des sentiments devenu platoniques avec le temps, mais qui a une époque l'avaient rendu malade : être un asservi et être jaloux ne fait pas bon ménage. Il a donc appris à se tempérer et du apprendre à s'effacer. Il en a souffert, mais il juge qu'à présent tout n'était que pour son bien. Ceci dit, la flamme n'est pas complètement éteinte, qui sait ce qui pourrait bien la rallumer...

Neutre dans la vie de tous les jours, se contentant d'obéir et d'être naturellement présent, ce que peu savent, c'est qu'il est bien le seul qui puisse se permettre de lancer des piques envers la grande-prêtresse Kokuren. Ainsi, ne soyez pas étonné s'il lui arrive de vous en lancer à votre tour : il n'a pas de limite, il n'a pas peur de ce qui lui est interdit. Il sait se remettre à sa place, il n'est pas prétentieux, mais lorsqu'il ouvre la bouche, c'est rarement pour ne rien dire...que cela plaise ou non.


Biographie


Tu es né asservi, tu le resteras jusque la fin de ta vie.

Hakyu est né dans un lieu un peu spécial. En effet, si le terme d'Ainoko asservi n'existait, à l'époque, que depuis 12 ans, un homme, ce nommant Junpei avait réussi à ce faire un business florissant de ce côté là. Ce fameux Junpei était un homme à l'hybridation ours. D'une carrure très imposante, il avait servi anciennement comme garde pour l'une des 7 familles mais avait décidé de changer de voie, dès lors qu'il vit l'utilité d'avoir un asservi respectable dans une demeure.

Rachetant certains criminels, il avait prit la décision de les dresser afin de les soumettre complètement, devenant un marchant d'asservi. Si cela pouvait s'apparenter à de la barbarie les premières années, lui voyait cela plutôt d'un œil neuf : il allait pouvoir leur redonner une vie utile, il allait pouvoir leur offrir cette seconde chance, celle de se racheter auprès des dieux envers qui ils avaient tous foi, dont Taisha principalement. Ce qu'il n'avait pas prévu cependant, serait que certains de ses asservis s'amuseraient à se donner du plaisir. Ainsi, Hakyu naquit d'une union basée juste sur le plaisir de la chair. Il n'était pas le premier, mais le troisième né qui se présentait chez Mr Junpei.

Jamais cet homme ne se fâcha d'une telle venue, bien au contraire. S'il avait vendu le premier enfant à une famille désireuse d'éduquer un asservi dès bébé, il avait gardé Hakyu et le deuxième né pour leur apprendre tout de A à Z. Ils naissaient asservis, ils le resteraient tout au long de leur vie, il voyait ici l'opportunité de réussir à en faire des esclaves parfaits, pour des familles de la "haute" principalement.

Hakyu grandit donc auprès de cet homme mais également auprès de Rinnu, qui était le second enfant de deux ans son ainé et qu'il considérait un peu comme son grand-frère. Il n'eut pas l'occasion de connaitre ses parents, vendu par Junpei une fois leur éducation refaite, mais vu ce que le marchand lui réservait, les liens familiaux n'y avaient pas leur place.

Hakyu apprit donc à lire, écrire et compter les premières années de sa vie. A être poli, demander la permission, ne pas crier et ne pas pleurer. Il commença également à apprendre quelques notions de combat, mais sans trop forcer, le corps d'un enfant n'étant pas fait pour ça. Il avait le droit parfois de jouer comme un enfant normal avec son "frère" ainé, pour s'évader un peu du quotidien. Deux enfants parmi des adultes : car il ne fallait pas oublier que Mr Junpei achetait toujours et dressait des asservis pour en faire des esclaves parfait. Cela n'aurait pas réellement du impacter sur sa façon d'être, mais à cause ou grâce à cela, les deux enfants ont vite gagné en maturité. Ils comprenaient très bien ce qu'ils allaient devenir et ce à quoi ils se risquaient s'ils désobéissaient.

C'est vers l'adolescence que beaucoup de chose changèrent. Les hormones, comprenez. Hakyu devenait de plus en plus turbulent et Mr Junpei se devait d'être de plus en plus sévère. Oh, il ne faisait pas le fier bien longtemps, mais il s'en est prit des coups qu'il n'est pas près d'oublier. Son corps est encore marqué des cicatrices qu'il a écopé de cette période : « Recommence et crois-moi, tu ne verras plus la lumière du jour ! » Mais Hakyu le savait, Junpei était comme un père et lui comme un fils aux yeux de l'ours. Il n'était qu'un adolescent qui cherchait à se démarquer, son ainé jouant les enfants exemplaires mais surtout, ayant un avantage que notre lièvre ignorait. La jalousie le gagnait donc, pourquoi Rinnu était-il déjà quasiment près à servir quelqu'un ? Il connaissait les mêmes choses que lui et ils apprenaient les cours de cuisine et les tâches ménagèrent ensemble, pourquoi leur éducateur avait hâte de le vendre si tôt ?

Plusieurs fois, il s'était fâché avec Mr Junpei à ce sujet. Il en avait ramassé des claques pour son impertinence, mais il ne saisissait pas. Alors, par la force des choses, Hakyu fut jeté dans la cage aux lions : « Tu veux comprendre, ok, alors ne me déçoit pas. » Le sexe. Voilà ce qu'avait Rinnu de plus que lui. Donné à deux jeunes femmes que Mr Junpei gardait pour son propre plaisir, notre lièvre découvrir les plaisirs de la chair cette nuit-là. Un débutant, certes, mais endurant et en redemandant. Qui aurait rechigné une telle nuit me direz-vous ?

Plutôt heureux d'arriver au même niveau que son ainé, il fut décontenancé de voir que leur instructeur réservait à présent un autre sort pour Rinnu. Qu'avait-il loupé encore ? Tout, tout simplement. Hakyu avait été jaloux de quelque chose que Rinnu n'avait pas. Mr Junpei avait bel et bien fait découvrir les joies de la chair à son ainé et plus d'une fois, mais les résultats avaient été décevant : en effet, Rinnu s'était avéré être asexuel. Etant incapable de savoir s'il pourrait le vendre, une fois sa majorité passé, à quelqu'un qui ne le désirerait pas comme jouet sexuel, il se mit à entrainer le plus grand pour en faire un gardien, un garde du corps, plus qu'un domestique. Leur chemin se séparèrent alors là, car peu de temps après, l'ours eut une occasion en or de le revendre et c'est ce qu'il fit sans poser plus de question.

« Pourquoi aussi tôt ? A qui l'avez-vous vendu ? Je ne le reverrais donc jamais ?! »

Hakyu était perdu. L'ours qui leur avait toujours dit qu'il ne les vendrait qu'en âge de l'être s'était permis de dérober à sa règle. Une fois de plus notre lièvre reçu des coups pour seul réponse. Il était trop impertinent, il posait trop de question, il n'en avait pas le droit. Seul, il du prendre sur lui, avec pour unique commentaire le fait qu'il en verrait d'autres.

Il continua donc son éducation, se penchant cette fois-ci sur le combat. Hakyu avait cette chance d'être doué de ses mains, de pouvoir toucher à tout et, comme ne cessait de dire Mr Junpei, d'être aussi doué que son père pour combattre avec la force de ses jambes. De la sorte, le combat fut quotidien, mêlé de temps en temps à ce qu'il savait déjà faire pour ne pas perdre la main. Les heures, les jours, les semaines, les mois et les années s'écoulèrent alors et, l'année de ses 18 ans, le symbole de ce pourquoi il avait été éduqué trouva son aboutissement.

______________________________________________________

« Jamais tu ne l'abandonneras.
Tu la verras mourir et tu en souffriras.
Mais tel est ton destin. Sois-en fier. »
Masamune.

Masamune Kokonoka. Tel était le nom de l'ainoko qui venait chercher Hakyu. Junpei, ami avec ce dernier, lui avait promis qu'il lui vendrait son asservi le plus apte à répondre à sa demande. En effet, Mr Kokonoka avait un désir bien particulier en achetant pour la première fois un asservi : ce dernier se devait d'être sans faille, apte à supporter sa fille tant bien que mal. Il s'était donné cet objectif dès qu'il avait compris que sa fille ferait tout pour repousser son mariage tout en s'aventurant là ou il ne l'avait pas désiré. Et c'est Hakyu qui fut choisi par l'ours. Du caractère, un savoir faire quasi-complet, sachant se défendre en cas de besoin et défendre autrui, que demander de mieux ? C'était à la famille Kokonoka de continuer son apprentissage à présent pour répondre entièrement à leur besoin.

C'est donc une fois rendu dans le cercle familial, une fois s'être fait au lieu et avoir appris pendant quelques semaines auprès des domestiques, domestiques rapportant tout à Masamune sans que Hakyu ne le sache, que le bilan fut posé et qu'il fut convoqué par ce dernier. Accroupi dans ce jardin, la tête contre le sol, les mains en avant, paumes plaquées contre la terre, Masamune Kokonoka se tenait devant lui, tournant autour du lièvre comme d'une proie prête à se faire dévorer.

« L'unique raison pour laquelle je t'ai acheté est simple, Hakyu. Tu as eu une éducation remarquable, mes domestiques ont pu me le confirmer. Je t'ai vu plus d'une fois au combat avant de t'acheter et je n'ai rien à redire. Cependant, tu n'es pas encore prêt à affronter ce que le destin t'offre. Tu es le premier asservi dans cette demeure, je doute que tu en sois le dernier, mais j'attends de toi la perfection. »

Hakyu avait écouté le chef Kokonoka. Il lui avait expliqué la situation dans laquelle il se trouvait concernant les liens familiaux et dans quel embarra sa propre fille le mettait. Hakyu serait donc formé pour devenir son majordome, mais pour le moment, il se devait de garder ses distances. Les ordres étaient clairs : observer de loin, rester à l'écoute, à l'affut, être, tant que le chef ne l'avait pas décidé, les oreilles et les yeux de sa fille qui se mettait des œillères. Hakyu n'avait pas réellement compris ce sens, Fujimi Kokonoka cherchant la liberté, mais c'était bel et bien là qu'était son erreur.

« Tu n'as pas le droit à l'erreur Hakyu. Je te l'ordonne. Tu seras ses yeux, ses oreilles, parfois ses mains mais jamais sa voix. Cependant, peu importe ce que l'avenir nous réservera, jamais au grand jamais, tu m'entends, quelqu'un d'autre ne devra prendre ta place. Je t'offre ma confiance, chose quasi inaccessible, je vais t'éduquer pour que tu sois tout ce que ma fille ait besoin et ce jusque sa mort. »

Il n'avait pas relevé la tête de tout le discours, de toutes les explications. Hakyu n'avait pas bronché, si ce n'est qu'il comprenait le but que Taisha lui donnait. Être au service de Fujimi, la servir, la protéger mais surtout ne jamais l'abandonner. Le chemin serait long, douloureux, en valait-il la chandelle ? On lui offrait ce pourquoi il avait été formé jusque présent, on lui offrait cette chance dont l'ours Junpei lui parlait depuis sa naissance...il allait la saisir, être le meilleur et jamais il ne se permettrait que l'on se mette sur son chemin. Tel était son but.

______________________________________________________

Son apprentissage complémentaire se passa alors sans encombre. Tout ce qu'il avait à faire était d'observer. Il continuait à s'occuper de tâche ménagère, il s'entrainait régulièrement pour garder une forme physique, on lui offrait aussi les bases de l'apprentissage des Kokonoka et des Kakon. Hakyu devait, au vu de son statut, être apte à comprendre les conversations et agir au besoin. Cependant, la majorité de son temps, il le passait avec Masamune Kokonoka. Il lui parlait de sa fille, de ses projets, il lui répétait en boucle quel était son but. Il lui apprenait ce qu'elle était, son caractère, il lui exposait aussi les risques auquel il s'exposait. Mais jamais Hakyu ne parut impressionné : au contraire, sa curiosité se développait au fil des semaines, des mois, des années.

Il ne fut en contact avec Fujimi Kokonoka que ce jour-là. Ce jour fatidique. La guerre avait fait des ravages, Hakyu avait simplement été gardé à résidence pour défendre la famille si les humains arrivaient à se mouvoir jusque l'intérieur de l'île, mais ceci n'arriva jamais. Ce qui fit cependant le début de sa guerre personnelle, fut qu'enfin, on le laissait entre les mains de celle qui serait sa maitresse à vie.

« Kokonoka-sama...chut...ce n'est qu'un mauvais rêve... »

La nuit, le jour, qu'il pleuve, neige, vente, que la chaleur lui brûle les entrailles...Hakyu était désemparé face à la détresse de sa maitresse. Elle souffrait de la guerre, elle souffrait qu'un humain lui ait coupé son aile. Elle souffrait de ne plus être libre. Combien de cicatrices notre lièvre avait t-il échoppé lors des crises de rage de sa dame ? Bien trop pour qu'elles ne puissent être comptées. Dans l'idée de vouloir lui rendre la vie plus douce, de montrer à quel point il méritait cette place, il fit tout pour réussir à calmer la peine de sa dame. Combien de temps cela prendrait-il ? Il l'ignorait, mais il serait là : il ne vivait que pour elle, on ne le lui avait que trop souvent rappelé.

Alors une nuit, on ne sait comment, la chair eut raison des mots. Hakyu n'ayant jamais caché son désir de vouloir lui plaire, de lui montrer jusqu'où il irait pour la satisfaire, lui avait alors donné ce réconfort qui pourtant était tabou. Une fois, deux fois, trois...Hakyu avait cessé de compter dès lors qu'il eut compris que son cœur était amoureux. Mais qui était-il pour être amoureux d'une telle femme ?! Un asservi, un moins que rien, quelqu'un qui ne la méritait pas...Pourtant, il était heureux de lui redonner un peu le sourire.

Leur jeu était alors comique. La nuit ils étaient amants, ne pouvant se détacher l'un de l'autre, le jour ils n'étaient que maitre et esclave, Hakyu se permettant régulièrement de ne pas aller dans le sens de sa dame et se prenant régulièrement des claques bien méritées. Leur quotidien, leur jeu, leur vie...Mais dieu seul sait comment, tout bascula du jour au lendemain.

Fujimi Kokonoka devint Fujimi Kakon. Le mariage s'était fait avant même que quiconque n'ait pu comprendre que la dame harpie s'était rétablie. Hakyu lui-même ne compris pas comment cette décision fut prise aussi vite. Il fut heureux pour elle, il se devait de l'être, il n'avait de toute façon guère le droit de penser autrement, ni de montrer son mécontentement, pour autant, d'apprendre qu'à peine mariée, elle était enceinte...cela le brisa.

Il tombait de haut, de très haut. Il fit cependant comme si de rien n'était, malgré tout, il n'en dormait pas la nuit. Le chef Kakon n'était pas dans son coeur, lui qui n'avait jamais désiré la fille de Masamune Kokonoka. Il avait beau se dire qu'il n'était rien, son coeur refusait d'écouter. Il fut alors plus insolent pendant toute la période de grossesse de sa maitresse. Ce n'était pas une claque ou deux par jour, mais bien six ou sept. Et quand elle demandait pourquoi il réagissait ainsi, sa seule réponse était qu'il faisait ça pour soulager ses pulsions de femme enceinte. Comique ? Que ne ferait-il pas pour elle ?

Se punissant, il fit tout pour faire son deuil. Il n'avait pas le droit de l'aimer, son rôle était de s'occuper d'elle, d'être juste là pour elle, lui faire à manger, l'aider à se laver, l'habiller, faire des courses pour elle...Alors il se frappait, se griffait là ou cela ne se voyait pas, il devait laver ses péchés...

La naissance de l'enfant fut alors ce qui le brisa définitivement. Il mit des jours avant d'aller voir le fruit de l'union de sa bien aimée et de cet homme. Pour autant, un soir, il pénétra la chambre avec l'unique but d'en finir : quitte à mourir de chagrin, peut-être valait-il qu'il meure tout court en ayant commis un acte irréparable ? Mais lorsqu'il posa les yeux sur ce bébé, ce n'est pas de la colère, ni du chagrin qui l'envahit, mais bien de l'amour. Il avait les yeux grands ouverts et des yeux...ceux de sa mère. Une caresse sur sa joue, il resta là, le prenant dans ses bras jusqu'à ce que l'enfant ne s'endorme...

« Pourquoi... »

Jamais il ne pourrait lui faire de mal, jamais il ne pourrait s'opposer à celle qu'il servait. Mais mon pauvre Hakyu, si seulement, si seulement tu savais...que ce jeune garçon, celui dont tu as voulu ôter la vie, n'était autre que ton propre fils...

« Faire son deuil. Oublier.
Tu n'as pas le droit de l'aimer.
Tu dois juste la servir et te taire. »
Hakyu.

______________________________________________________

La vie doit cependant reprendre son cours, mais Hakyu se renferme sur lui-même avec le temps qui passe. Plus les heures, les jours, les mois passent et plus le majordome s’endurcit, devient sévère, strict, refuse tout mauvais comportement des autres à son égard et celui de sa maitresse. Car il a beau être un asservi, il est avant tout le majordome de Fujimi Kakon, nul autre qu'elle ne peut lui ordonner et lui seul peut se permettre d'ouvrir la bouche s'il faut remettre quelqu'un à sa place, surtout si cela va à l'encontre des besoins de sa dame. Il voit le fils de cette dernière grandir et même si Fujimi n'est pas au côté de ce dernier, Hakyu lui, l'est régulièrement. Les domestiques l'éduquent avec sagesse, mais notre majordome aime faire part à ce petit garnement d'un peu de son savoir, voir même de s'amuser de temps en temps avec lui pour qu'ils échappent tout deux à leurs quotidiens.

Mais la vie de Masamune Kokonoka entre en jeu, devenant sénile, Hakyu se doit donc de ce rapprocher de ce dernier pendant les derniers moments de sa vie. Il le surveille de près, informe régulièrement sa fille de son état, Hakyu le voit mourir, il voit mourir ce père qui a été aussi un peu comme le sien. Mais Fujimi prend une décision le concernant, car ce vieil homme parle trop et énonce des choses que les ainokos ne sont pas près à entendre. Hakyu n'est pas en accord avec sa maitresse, sur cet exil qu'elle lui offre, mais il n'a guère le droit à la parole, alors il se contente de voir ce grand homme partir, lui souhaitant une mort douce, mais rapide.

Touché par ce départ, devant faire son deuil à sa manière, c'est à partir de là que notre lièvre s'imposa des barrières. Il laissa donc le fils de sa maitresse, lui expliquant qu'il s'occuperait de lui moins souvent et il se concentra à nouveau sur Fujimi : il refusait de souffrir de la perte d'un autre proche et son travail et sa vie ne devait consister qu'au service de Mme Kakon. Ainsi, il apprit avec elle les préceptes de la déesse Taisha, tout du moins, ce qu'il essayait de suivre lorsqu'il n'était pas occupé à s'occuper de la demeure Kakon. C'est ainsi, lorsque Fujimi Kakon tomba à nouveau enceinte, que Hakyu devint à la limite du violent envers les domestiques : il était hors de question que quelqu'un d'autre que lui ne s'occupe d'elle. Il prit donc soin d'elle avec des gants de velours et le jour de l'accouchement, il fut là pour la soutenir, supportant jusqu'aux ongles plantés dans sa chair pour la laisser évacuer sa douleur. Il en garde des cicatrices, mais pour lui, ce ne sont que des bons souvenirs.

Les années passèrent alors à nouveau, deux bambins en plus dans la famille, si pour sa dame cela n'avait guère d'importance, Hakyu lui voyait qu'il y avait plus d'agitation dans la demeure. Il s'était lié à eux malgré tout, ne pouvant faire autrement que d'être en contact avec la petite troupe Kakon. Il vit alors naturellement un œil noir envers Nagato Kakon, ce père absent, qui d'après sa maitresse, commençait à perdre la tête. C'est dès qu'il commença à avoir des actes violents envers sa dame que notre majordome prit ses précautions : s'il pouvait faire du mal à sa femme, qu'en serait-il de ses propres enfants ?

Ne pouvant pas défendre Fujimi car n'ayant pas le droit d'être avec eux  lorsqu'ils étaient seuls, Hakyu protégea donc naturellement les enfants Kakon. Certes, leur père n'aura jamais levé la main sur eux, mais le lièvre préférait rester prudent. A défaut de pouvoir aider sa dame, il assurerait simplement les arrières de sa progéniture. Mais dans l'ombre, autre chose se tramait. Si Fujimi Kakon devint Rengu Kokuren et que notre majordome du la suivre pour vivre au temple, Hakyu fit tout pour faire régulièrement des allées et retour au domicile Kakon : Nagato ayant réellement perdu l'esprit, eut des actes digne d'un incapable auprès d'un membre de sa famille et ses actions risquaient du jour au lendemain de se répercuter sur les plus jeunes, ses propres enfants. Inquiet pour ses derniers, le lièvre fut aux aguets, pire que tout, il aida non sans mal la mort de Nagato, prémédité dans l'ombre de sa maitresse.

Pourrions-nous dire alors que le calme revenait après tant d'année dans la famille ? Oui et non. Les enfants de Rengu se fâchèrent avec leur mère pour une histoire de funéraille. Et les liens s'empirèrent avec les années sans qu'elle ne soit pour autant atteinte par cela : Hakyu lui cependant, en était plus qu'attristé. Mais il restait malgré tout serein, leurs vies étaient sauves, il pouvait dormir à tête reposé sans à craindre le pire pour leur avenir.

Papa poule donc ? Presque. Mais avant tout un ami, un amant, un majordome, un asservi dont les sentiments, piétinés avec le temps, essayait de se redonner un peu de vitalité. Et son coup de fouet fut la liaison qu'eut sa maitresse avec Hayete Kakon. S'il l'avait connu enfant, il ne pouvait plus la considérer comme telle à ce jour. Jaloux, il n'eut cependant aucune agressivité après cette dernière : au contraire, s'installait là un jeu entre eux deux, une sorte de rivalité, tout deux ne veillant qu'au bien être de Dame Kokuren. L'appréciant et souhaitant malgré tout qu'elle reste au côté de sa maitresse pour la soutenir, il comprit bien vite que, malgré leur relation relativement neutre, Hayete Kakon savait aussi lui faire confiance.

Car Hakyu a toujours été dans la confidence. Il est au courant de tout, il voit tout, il connait tout le monde sans que les autres ne le connaisse pour autant. Il est le majordome de Dame Kokuren, celui qui est là depuis le début, celui qui aujourd'hui, prend soin de sa maitresse comme de la porcelaine, tissant avec un délice infini des tresses dans ses longs cheveux pour cacher sa vieillesse. Il est l'un de ceux qui a vu la chimère et qui a tremblé face à la détresse de sa dame lorsqu'elle eut comprit que le peuple Ainoko était fragilisé. Il est celui qui sera là jusque la fin et qui espère à présent que leur petite île trouvera la paix. Il est aussi celui qui, dans l'ombre, sera capable des pires atrocités si cela peut soulager la peine et la colère de l'amour de sa vie : Rengu Kokuren.

« Tu n'as pas oublié j'espère.
Ce jour là, tu te donneras la mort.
Le jour ou ses yeux se fermeront.
Le jour ou elle rejoindra Taisha. »
Masamune.



Informations IRL

Pseudo : Ahmes
Âge IRL : Des brouettes, beaucoup de brouettes !
Comment avez-vous connu le forum ? : Krkrkr ♥ Bref, je suis faible, trop faible. Que Taisha me pardonne x_x
Code du Règlement : On est là pour s'amuser !
Qui a créé les Ainokos ? : Taisha


Ainoko Asservi(e)
avatar
Ainoko Asservi(e)
Hakyu
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t1002-hakyu
Messages : 62
Âge IRL : 28
Date d'inscription : 04/04/2016
Multi-Compte : Njall
Actif : Actif
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Hakyu 04.04.16 22:46
Re-bienvenu Wink

Bon courage pour ta fiche en tout cas !
Juste, je me permet une info. Vu le personnage que tu utilises en avatar, je te demanderais juste de faire attention qu'on ne voit pas trop les armes à feux sur les futurs images que tu viendras à utiliser Wink
La Poudre Noire n'existe pas encore (ou plutôt, n'a pas encore été découverte) sur Migoto...donc, le concept même des armes à feu n'existe pas (les armes "magiques" qui font "pistolet" existe mais bon, inutile sur les ainokos alors bon ^^") ....

C'est juste une petite info comme le perso de ton avatar est un pistolero Wink
Maître du Jeu
avatar
Maître du Jeu
Le Maître
http://migoto-renaissance.forumactif.org
Messages : 2214
Âge IRL : 25
Date d'inscription : 14/04/2014
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Hakyu 04.04.16 23:50
Sexy le nouveau majordome !
Re-bienvenue à toi Wink


Eji:
 
Ainoko Libre
avatar
Ainoko Libre
Eiji Meiroo
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t437-eji-meiroo-attention-chat-timide
Messages : 597
Âge IRL : 29
Date d'inscription : 29/07/2015
Multi-Compte : Tancho, Callum, Atsuhiko, Botan, Tampopo, Elupidio, Momiji, Fumihiro, Erwin
Actif : Oui !
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Hakyu 05.04.16 8:59
Le Maitre : Hey ! Oui j'ai essayé de faire gaffe, comme là on ne voyait que le bout, j'me suis dis que je pouvais l'apparenter à un bâton ou je ne sais quoi xD Vu qu'il a une clope et qu'elle fume...mais je prendrais du temps pour coller les carreaux du fond quand je me poserais sur Toshop ! J'me suis posé la question avec Eclipse déjà et j'avais bien lu que "Poudre Noire" était bien la poudre à canon /o/

Merci :3

Eiji : Pire que ça, franchement, je rêverais bien d'en avoir un comme ça *fuis* Merci :3
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Hakyu 12.04.16 10:38
Et...j'ai terminé aussi ._.
L'un ne va pas sans l'autre Krkr ♥



Majordome Playboy depuis l'an -26
*tousse*
Ainoko Asservi(e)
avatar
Ainoko Asservi(e)
Hakyu
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t1002-hakyu
Messages : 62
Âge IRL : 28
Date d'inscription : 04/04/2016
Multi-Compte : Njall
Actif : Actif
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Hakyu 12.04.16 12:52
Un lapinou copain pour kinko °w°
Rebienvenue à toi !




Spoiler:
 
Humain(e) Asservi(e)
avatar
Humain(e) Asservi(e)
Yuzuraki Inori
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t1031-yuzu-la-gentillesse-devrait-avoir-des-limites
Messages : 272
Âge IRL : 37
Date d'inscription : 08/04/2016
Multi-Compte : Kento Soukoku - Loun Kakon - Kinko "Katastrophea" Sagai
Actif : Ouiiiiii
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Hakyu 13.04.16 8:40
Oui ♥
Merci bien :3



Majordome Playboy depuis l'an -26
*tousse*
Ainoko Asservi(e)
avatar
Ainoko Asservi(e)
Hakyu
http://migoto-renaissance.forumactif.org/t1002-hakyu
Messages : 62
Âge IRL : 28
Date d'inscription : 04/04/2016
Multi-Compte : Njall
Actif : Actif
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Hakyu 16.04.16 13:54
Tout est nickel ♥
Pardon pour le retard, j'ai lu la fiche de Rengu avant la tienne pour bien suivre tout ^^'

Fiche Validée

"C'est partit pour le Grand Voyage ! Découvrons Migoto tous ensemble !"

Félicitation !
Ton personnage est validé, nous te souhaitons bienvenue sur Migoto no Shima et espérons que tu t’amuseras bien parmi nous !

Afin de commencer à jouer sur de bonnes bases, nous t'invitons à aller recenser ton avatar afin d’éviter de potentiels conflits quant aux images/personnages pour les nouveaux arrivants.
Nous te demanderons aussi d'aller Recenser tes dons ainsi que Recenser ta race si tu es Ainoko. De plus, peu importe ton groupe, si tu peux aller recenser ton Métier cela serait pratique.

A tout cela, s'ajoute le fait d'éditer ton Profil. Tu remarqueras qu'il y a de nombreuses informations à y entrer. Les langues que parlent ton personnage, tes autres comptes si tu en as, tes périodes d'absence, l'âge et autres petites informations utiles rapidement aux joueurs, et qui concernent ton personnage !
Merci d'avance en tout cas, de prendre le temps de remplir tout ça. Même si, je le sais, ça fait un peu beaucoup   ...

Sache que tu peux aussi réaliser une fiche de suivi RP/Relations ! Pour ce faire, il te suffit de te rendre dans ce forum-ci.
Nous avons aussi les Dépôts de Missives pour les rps de type "épistolaires". Le lien de sa boîte est à mettre dans son profil soit dit au passage ^^
A noter que les modèles proposés de codage ne sont pas obligatoires, si tu veux faire autrement : tu peux -_^

Pour te lancer en rp, tu peux consulter ou faire ta propre demande de rp dans le forum mis à ta disposition pour cela !
Tu pourras aussi y faire verrouiller tes topics clos, et trouver le code nécessaire si tu désires proposer des prédéfinis à l'administration.

N'hésite pas à contacter le Staff par MP si tu as un problème ou une question.


Le staff te souhaite la bienvenue!
Maître du Jeu
avatar
Maître du Jeu
Le Maître
http://migoto-renaissance.forumactif.org
Messages : 2214
Âge IRL : 25
Date d'inscription : 14/04/2014
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sujet: Re: Hakyu 16.04.16 14:44
Ahah pas de souci, c'est tout à fait normal, faut lire Rengu avant moi s'mieux xD

Merci ♥
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Hakyu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Migoto no Shima : Renaissance :: Quand s'en vient la Renaissance :: Identités Déclarées :: Dossiers Validés :: Les Ainokos-
Sauter vers: